Le rôle du stress dans le diabète

Informations utiles et conseils pour éviter et réduire le stress
Publié 13 septembre 2022
Un homme avec des cheveux courts prépare une boisson dans la cuisineUn homme avec des cheveux courts prépare une boisson dans la cuisine

Selon l’enquête suisse sur la santé de l'OFS1, en 2017, environ 21% des personnes actives ressentaient très souvent du stress dans leur travail. Qui n’a jamais eu un emploi du temps chargé, de nombreux rendez-vous privés et des conflits entre vie privée et vie professionnelle... ?

Lorsqu’à cela s’ajoute une (nouvelle) maladie, le diabète, c’est une double peine pour beaucoup de personnes. Tu découvriras ici précisément comment le stress et le diabète sont liés et quelles interactions peuvent exister entre eux.

Qu’est-ce qui déclenche le stress dans le corps ?

Différentes situations peuvent être source de stress pour nous : heures supplémentaires, choses importantes à faire, ennuis au travail ou dans la vie privée, insécurité financière, temps passé dans les transports ou problèmes de santé. Le point commun entre toutes ces situations est la réaction physique qu’elles provoquent : lorsque nous nous sentons stressé·e·s, notre corps se met en état d’alerte. Les hormones de stress comme par exemple le cortisol et l’adrénaline font en sorte, entre autres, que

  • la tension artérielle augmente,
  • la fréquence cardiaque augmente,
  • les muscles sont mieux irrigués et
  • le foie libère davantage de glucose, ce qui entraîne une augmentation du taux de glycémie.

Cette réaction est logique du point de vue de l’évolution, car elle prépare le corps à la fuite et mobilise de l’énergie. Mais, dans les situations de stress actuelles, nous n’avons pas besoin de fuir, notre corps n’a pas besoin d’énergie supplémentaire. Alors qu’auparavant, le taux de glycémie élevé redescendait après la fuite ou le combat, ce n’est plus le cas aujourd’hui – et ce taux de glycémie reste élevé.

Le stress augmente-t-il le taux de glycémie ?

Oui, il existe effectivement un lien entre le stress et l’augmentation du taux de glycémie : en plus de la libération de glucose, le cortisol inhibe simultanément l’action de l’insuline – ce que l’on appelle la résistance à l’insuline peut alors augmenter. C’est donc la combinaison de deux mécanismes qui fait augmenter le taux de glycémie.

Le savais-tu ?

Le modèle clé-serrure

Chez les personnes en bonne santé, l’hormone insuline (clé) ouvre les cellules du corps (serrure), de sorte que le glucose sanguin peut passer du sang dans les cellules du corps et y être utilisé pour produire de l’énergie. Si, comme dans le cas du diabète, l’insuline fait défaut (carence en insuline, dans le diabète de type 1) ou que l’insuline ne peut pas agir correctement (résistance à l’insuline, surtout dans le diabète de type 2), le glucose sanguin ne peut pas pénétrer à l’intérieur des cellules - et le taux de glycémie augmente.

Le stress influence notre mode de vie

Outre les réactions physiques provoquées par le stress, décrites ci-dessus, il existe également d’autres effets néfastes. Les personnes qui se sentent (durablement) stressées ont généralement une vie moins saine :

  • On mange moins sainement.
  • On bouge moins.
  • Les fumeurs et fumeuses ont plus souvent recours à la cigarette.
  • La consommation d’alcool augmente.

Ces habitudes de vie peu saines peuvent entraîner une prise de poids et favoriser l’obésité, qui augmente à son tour le risque de diabète.

Le manque de sommeil2 – souvent dû à un stress excessif – ou des horaires de sommeil irréguliers peuvent également augmenter le risque de développer un diabète de type 2.

Ainsi, différentes études et recherches montrent qu’une durée de sommeil de seulement 5 à 6 heures par nuit augmente le risque de diabète. Les causes exactes de ce lien ne sont pas encore totalement élucidées. Un rôle est probablement joué par le fait que la faim et l’appétit – et donc aussi l’apport calorique – augmentent en cas de manque de sommeil.3

Le stress comme facteur de risque : peut-il être à l’origine du diabète ?

Le stress et l’apparition du diabète de type 1

Le diabète de type 1 est une maladie auto-immune dans laquelle le système immunitaire détruit les cellules productrices d’insuline. Cela a pour conséquence que l’hormone métabolique n’est plus produite par le corps et que les composants alimentaires comme le sucre ne peuvent plus être assimilés. C’est pourquoi les personnes atteintes de diabète de type 1 doivent s’injecter quotidiennement de l’insuline pour maintenir l’équilibre de leur glycémie.

Si la prédisposition génétique joue certes un rôle en tant que facteur de risque dans le développement du diabète de type 1, elle n’entraîne pas nécessairement l’apparition de la maladie. Outre l’hérédité, les facteurs environnementaux, par exemple, jouent un rôle important dans l’apparition de cette forme de diabète. Quels sont exactement ces facteurs ? Cette question doit encore faire l’objet de recherches supplémentaires.4

Ainsi, le stress ou des expériences marquantes vécues dans la petite enfance, telles que des maladies graves, des décès dans la famille ou des conflits familiaux, semblent augmenter le risque de diabète de type 1.5

Le stress et l’apparition du diabète de type 2

Le diabète de type 2 est la forme la plus courante de maladie métabolique. Les personnes concernées présentent une résistance à l’insuline (l’action de l’insuline produite par le corps est limitée), un manque d’insuline ou les deux.

Parmi les facteurs de risque les plus connus du diabète de type 2 figurent l’obésité et le manque d’activité physique. Mais de nombreuses études montrent aujourd’hui que le stress chronique peut également favoriser l’apparition d’un diabète de type 2 en tant que facteur de risque à part entière.6 Les facteurs de stress physiologiques et psychiques peuvent tous deux augmenter le risque.

Stress physiologique
Stress psychique
  • Tabac, alcool
  • Mauvaise alimentation
  • Manque d’activité physique
  • Ozone
  • Pollution atmosphérique
  • Situation de travail stressante
  • Événements traumatisants
  • Personnalité, problèmes mentaux, comportement agressif, conflits
  • Statut socio-économique faible
  • Appartenance à une minorité

Une équipe scientifique, réunie autour du Pr Dr Karl-Heinz Ladwig et de Cornelia Huth, du Centre de recherches Helmholtz de Munich, s’est penchée sur la question de savoir si le stress au travail peut à lui seul avoir des effets néfastes sur la santé. Ils ont constaté que les personnes ayant une charge de travail élevée et, en même temps, une faible marge d’action et de décision, ont un risque de développer un diabète de type 2 environ 45 % plus élevé que les personnes ayant une faible charge de travail.7

Pour en savoir plus sur les types de diabète, clique ici.

Quels sont les effets du stress sur le diabète ?

Le stress peut non seulement augmenter le risque de diabète, mais il peut en même temps être la conséquence du diabète. Pourquoi ? Imagine que tu as récemment reçu un diagnostic de diabète et que tu as l’impression que toute ta vie a soudainement changé. Tu dois constamment respecter des règles – mesurer ton taux de glycémie, peut-être plusieurs fois par jour, réfléchir à ton alimentation et veiller à faire suffisamment d’exercice. Si tu dois prendre des médicaments, il se peut que tes pensées tournent constamment autour de cela. Est-ce que j’ai tout ce qu’il faut ? Que se passe-t-il si je suis en hypoglycémie ? Combien de médicaments dois-je prendre et à quels intervalles ? Si tu utilises un système de mesure continue du glucose ou une pompe à insuline, il te faudra peut-être un peu plus de temps pour choisir tes vêtements, car tu n’es pas sûr de toi et tu ne veux pas que tes ami·e·s ou collègues voient ton appareil.

En même temps, tu connais aussi les éventuelles séquelles en cas de non-respect du traitement ou tu en as même déjà fait l’expérience. Tout cela est trop pour toi et tu préférerais tout simplement faire disparaître complètement ton diabète. Tu te demandes toujours pourquoi cela devait t’arriver à toi, et tu souhaites que ce diabète disparaisse.

Cette charge émotionnelle permanente s’appelle le stress du diabète. Il s’agit donc d’un état d’esprit et d’une humeur négatifs liés aux défis que représente la vie ou la gestion du diabète.8 Le stress lié au diabète peut survenir à tout moment dans la vie d’une personne diabétique : au moment du diagnostic ou après des années de traitement.9

On estime que 36 % des adultes atteints de diabète de type 2 dans le monde vivent un stress lié au diabète.10

Quels sont les symptômes du stress lié au diabète ? 8, 9
  • Sentiment de surmenage
  • Sentiment de peur ou de honte, souvent lié au poids corporel ou aux habitudes alimentaires
  • Sentiment d’impuissance et de désespoir
  • Peur de l’hypoglycémie
  • Inquiétudes ou réflexions répétées sur des séquelles actuelles ou futures
  • Frustration vis-à-vis des professionnels de la santé (et donc méfiance et rendez-vous manqués)

Ce stress permanent provoque à son tour une augmentation du taux de cortisol et donc du taux de glycémie (voir la section « Qu’est-ce qui déclenche le stress dans le corps ? »). Chez les personnes atteintes de diabète, un stress supplémentaire peut donc avoir un effet négatif sur le succès du traitement.

Stress du diabète vs. dépression

Dans ce contexte, une question se pose souvent : « N’est-ce pas en fait une dépression ? » Malgré leurs similitudes, le stress lié au diabète et la dépression sont deux maladies différentes. Le stress lié au diabète est souvent appelé la « souffrance émotionnelle du diabète » ; par rapport à la dépression, il est plus répandu et plus étroitement lié au comportement d’autogestion et aux résultats cliniques tels que le taux d’HbA1c. Un stress accru semble toutefois augmenter le risque d’apparition et de persistance d’une dépression. Mais une dépressivité plus élevée semble également être responsable du fait que le diabète (ou son traitement) est perçu comme plus stressant.

La dépression est deux fois plus fréquente chez les personnes atteintes de diabète que chez celles qui ne souffrent pas de cette maladie métabolique.11

Bon à savoir

Dans une étude clinique menée auprès d’adultes vivant avec un diabète de type 2, le programme WW a apporté une nette amélioration du stress lié au diabète sur une période de 12 mois, comparé à un bref conseil diététique général sur le diabète et à une formation sur le diabète.12

Voici comment réduire le stress grâce à l’exercice physique

Tu as maintenant lu beaucoup de choses sur l’interaction entre le stress et le diabète. D’un côté, le stress peut augmenter le risque de diabète. Parallèlement, le diabète peut être source de stress (stress lié au diabète). Voilà donc directement deux raisons de maîtriser le stress à long terme. Outre les stratégies mentales, l’activité physique est également une méthode très efficace pour réduire le stress. Dans le contexte du diabète, l’activité physique et le sport revêtent une importance particulière. En effet, d’une part, l’activité physique a un effet positif sur de nombreux facteurs de risque qui peuvent conduire soit à un diabète de type 2, soit à des maladies secondaires en cas de diabète existant. On peut notamment citer les effets positifs sur la glycémie et sur les processus inflammatoires.13 D’autre part, l’activité physique et le sport ont un effet positif sur notre santé psychique en réduisant le stress et en augmentant notre bien-être. Pour de nombreuses personnes concernées, c’est d’ailleurs la motivation centrale pour augmenter leur activité.

Tu peux lutter contre le stress lié au diabète en pratiquant les sports suivants

En plus des sports d’endurance classiques comme la course à pied, la marche, le nordic walking, le vélo ou la natation, un entraînement musculaire régulier est recommandé. Mais aussi des sports « body and mind » comme le yoga, le qigong ou le tai-chi ont un effet positif sur notre bien-être et améliorent la régulation de la glycémie.14, 15, 16

Que dirais-tu d’aller faire un tour dans le quartier, de faire une promenade dans le parc pendant la pause de midi ou de planifier une sortie à vélo avec des ami·e·s pour le week-end ? Choisis ce qui te plaît.

Une chose est importante : ne te stresse pas à vouloir éviter le stress ou à penser à l’activité physique et au sport. En effet, si tu dois toujours te forcer à faire quelque chose que tu n’as pas vraiment envie de faire, ou si tu exagères avec le sport parce que tu t’entraînes trop ou que tu te fixes des objectifs trop élevés, cela ne réduit pas le stress, mais favorise un nouveau stress – et ce serait tout simplement dommage et contre-productif !

Ceci pourrait aussi t'intéresser

Avec WeightWatchers, tu peux réduire ton stress

Notre programme WW t’aide également à passer la journée de manière plus détendue.

  • De nombreuses idées d’entraînement ou des plans d’entraînement, des défis, etc. t’inspirent à bouger davantage tout en réduisant ton stress.
  • Le programme PersonalPointsTM t’aide à développer un état d’esprit utile, dont le thème est par exemple l’autocompassion – c’est-à-dire une attitude positive envers soi-même. Ainsi, des études montrent que l’autocompassion peut ralentir, ou réduire, les effets négatifs du stress lié au diabète sur le taux d’HbA1c 17, 18, 19.
  • Cela a été démontré : les exercices de pleine conscience, comme les techniques de respiration ou de méditation, réduisent aussi le stress lié au diabète de manière significative 20. Tu découvriras dans notre app WW différentes techniques de méditation et exercices de respiration.

Remarque :

Nous attirons ton attention sur le fait que WW n’est pas une organisation médicale et n’est pas en mesure de fournir des recommandations ou des conseils médicaux sur la manière de gérer le stress lié au diabète, ni de poser un diagnostic correspondant. Si tu es confronté·e à un stress lié au diabète ou à d’autres problèmes mentaux, tu devrais consulter ton médecin ou thérapeute afin d’obtenir un soutien supplémentaire.