Chronique d'une WetWet : épisode 3

J'ai combiné Weight Watchers et le ramadan, et vous dis tout !

Cette année, je l’attendais impatiemment, ce « mois sain(t) ». Je l'attendais pour qu'il rime avec nutrition saine et respect envers mon corps ! Cette année, le ramadan a été un challenge, et pas n’importe lequel : c’est la première fois de ma vie que ce mois de jeûne ne rime pas avec prise de poids ! Mieux, j’en ai perdu ! 2,5 kilos !

 

Si vous avez raté des épisodes, cliquez ici !

 

Chaque année, sans la moindre exception, je faisais partie de ces personnes qui prennent du poids durant le ramadan. Pourquoi ? Parce que je passais ma journée à fantasmer sur ce que j'allais manger le soir. Et même lorsque je tentais de manger léger, j'étais comme piégée face à tous les mets alléchants ! 

Mais grâce à Weight Watchers, j’ai changé mes habitudes alimentaires. Les conséquences ? 2,5 kilos perdus ! Et je me sens mieux ! Cette période de l'année rimait souvent avec goinfrerie et sensation de ballonnement ! Et cette année, en vérité, je ne me suis jamais sentie aussi bien. Pour que vous compreniez bien, rien ne vaut un petit comparatif avant/après

 

Repas traditionnel

Repas Weight Watchers

Les quantités sont variables (comprendre illimitées)

A volonté : eau, pain, boissons gazeuses sucrées

  • Trois dattes, un verre de lait fermenté (lben), gâteaux mielleux
  • Un bol de chorba (soupe avec des graines de semoule et viande, poulet ou poisson)
  • Une ou deux (ou plus) bricks, en forme d’éventail avec œuf entier, en forme de nems, ou de samoussa
  • ½ assiette de salade : méchouia (RICHE en huile d’olive et thon à l’huile), verte, de pomme de terre…
  • Le plat principal (oui, tout ça n'était que l'entrée...) : une assiette de couscous ou lasagne ou viande rôtie avec pommes de terre ou grillades…
  • Le dessert : fruits à volonté, gâteaux au miel, thé sucré à la menthe…

A volonté : eau, fruits

  • De l'eau + une datte
  • Un bol de chorba
  • Une assiette de salade (en privilégiant légumes et fruits de saison, vinaigrette allégée, sauce soja ou vinaigre balsamique). Avec une pointe de gourmandise : fêta, chèvre, noix…
  • Une part de viande rouge, de poulet ou de poisson + assaisonnement léger
  • Un fruit au dessert + un gâteau au miel ou des fruits secs
  • Un café ou un thé sans sucre

 

Les flops et les tops

 

Première rupture de jeûne : en famille. Mille et un repas. Tentative de me retenir ? Ratée. « Je ferais mieux demain », voilà comment je me suis rassurée.

Le deuxième jour, très fière de moi, je me contente d’un repas équilibré. C’est-à-dire je me suis passée (et non privée) de friture, d’aliments trop gras et/ou trop sucrés. Résultat : je me sens bien après le repas.

Parce que j’en ai pris conscience et eu envie de raisonner la sensation de faim, je n’ai écouté que les besoins de mon corps. Et quand, sans le vouloir, je fais preuve de générosité débordante au niveau des quantités, je mange ce dont j’ai besoin, quitte à garder le reste de mon assiette pour plus tard.

La première semaine, la balance ne voulait pas bouger d’une aiguille ! Je n’ai pas perdu de poids. Et ce n’était pas dû aux excès dont il serait trop facile de me soupçonner ! En fait, la première semaine a surtout rimé avec déséquilibre : au niveau des horaires des repas, la composition des plats, et surtout le sommeil ! Ce n’est pas confortable de dormir juste après avoir mangé. Alors j’ai moins dormi. Et pas de doute, le manque de sommeil a une incidence sur la (non) perte de poids.

S’il est un aliment que j’ai consommé sans modération aucune, c’est l’eau ! Pas pour ses vertus coupe-faim, mais pour optimiser la digestion, rester hydratée, compenser avec le manque d’eau durant la journée. Cerise sur le gâteau, à peine le repas terminé, j’avais envie de bouger pour digérer et me sentir légère. En marchant le soir après le repas, j’ai réussi à augmenter mon budget ActivPoints™ de 40 à 60 points hebdos et à le dépenser.

 

Réaliser mon objectif hebdomadaire d'ActivPoints™ est devenu un vrai défi et un partenaire pour me sentir bien !

 

Et parce que ce n’était pas parfait…

 

  1. J’ai peu noté, surtout lorsqu’il s’agissait de repas traditionnels pris en famille. 
  2. J'ai succombé un peu trop souvent au plaisir des pâtisseries orientales...
  3. J’ai manqué de sommeil, ce qui m’a certes permis de bouger plus, mais qui a certainement ralenti ma perte de poids.

 

En définitive, j’ai réussi à...

  1. Partager plus de repas : le partage étant de coutume, j’ai fait goûter aux proches des recettes délicieuses, qu’ils n’associaient pas à Weight Watchers.
  2. Éviter le gaspillage alimentaire : le mois du Ramadan est l’occasion pour certains de se remettre en cause, de questionner ses habitudes, y compris alimentaires. Simple : j’ai fait attention aux quantités en faisant les courses, et à partager plutôt que jeter !
  3. Profiter de la spiritualité : ce qui permet de se recentrer sur soi, de prendre de la distance par rapport aux choses et de s'écouter, de lâcher prise et de gagner en compassion et en empathie envers les autres…

 

Mon grand-père - paix à son âme - disait : "Si le mois de Ramadan était bon, on ne fêterait pas sa fin !"

C’est pourquoi, c’est avec autant de plaisir que j’ai fêté l’Aid*, et me suis remise à manger petit à petit durant la journée, pour reprendre mon rythme normal. Rendez-vous le mois prochain pour la suite !

*L’Aid : fête de fin du ramadan