Alimentation

Les repères de consommation des légumineuses par l'Anses

Parmi les nouvelles recommandations alimentaires de l'Agence Nationale Sécurité Sanitaire Alimentaire Nationale (ANSES), consommer plus de légumineuses. Gros plan sur ces aliments.

Avant tout, les légumineuses, c'est quoi ?

Déjà, ne faisons pas l'erreur courante : les légumineuses ne sont pas des légumes (pas au sens "classique", en tout cas, et elles ne peuvent donc pas les remplacer) ! Il s'agit en fait d'une catégorie d'aliments rassemblant notamment les légumes secs. On y retrouve par excellence lentilles, haricots secs, fèves et pois secs. A noter que certains végétaux donnent, récoltés à des stades de maturité différents, des légumes et des légumineuses, comme par exemple les jeunes pois, dont on distingue les petits pois (légumes) des pois cassés (légumineuses), ou encore les haricots (verts, légumes), et secs (légumineuses). Bref, il ne faut pas confondre !

A part les lentilles, quelles sont les autres légumineuses ?

On peut énumérer les lentilles qui se déclinent en blondes, vertes, corails ou noires..., mais aussi les haricots rouges, blancs, flageolets, tarbais, lingots, mungo (on en apprend, des choses !), les fèves, les pois cassés, les pois chiches...

Légumineuses = féculents ?

Et oui, les légumineuses, comme les céréales (blé, riz, et leurs dérivés : pain, pâtes, semoule…) et les pommes de terre sont une excellente source de glucides complexes. Elles permettent de fournir à l’organisme humain l’ énergie nécessaire à son fonctionnement. C'est bon à savoir, notamment pour ne pas cumuler deux féculents dans votre assiette.

Pourquoi faut-il en manger régulièrement ?

Les instances de santé recommandent de manger des féculents à chaque repas et, parmi ceux-ci, des légumineuses au moins deux fois par semaine. Avec le programme WW, la variété alimentaire est essentielle ! En variant les aliments au sein d'une même catégorie alimentaire, on assure à son organisme différentes sources de vitamines et minéraux, tout en rompant avec la monotonie alimentaire (et ça c’est cool, non ?).