État d'esprit

Les bienfaits du tricot urbain

Le tricot urbain a débarqué en France en 2012 à Angers lors du festival d'art urbain Artaq. Les organisateurs ont demandé aux habitant de participer en recouvrant arbres, poteaux... de laine tricotée. Bizarre, bizarre me direz-vous ? Pas tant que ça. En effet, cette activité pourrait vous permettre de développer vos talents manuels et votre imagination. Et puis voir de jolies choses dans les rues, ça donne le sourire non ? 

 

Le tricot graffiti

Le mouvement serait né aux États-Unis en 2005 lorsque Magda Sayeg eu l'idée de recouvrir de laine la poignée de la porte de sa boutique. La pratique s'est ensuite largement diffusée, en Europe de l'Est et en Angleterre. C'est en effet à Londres qu'a eu lieu la première aventure de tricot collectif, appelée « Knit the City » (« Tricote la ville »).

En juin 2015, le terme « yarn-bombing » ( ou tricot urbain en français ) a fait son entrée dans l'English Oxford Dictionary avec la définition suivante : « action ou pratique de couvrir ou décorer des objets ou monuments publics avec des morceaux de laines colorés tricotés, en tant que forme d'art urbain ».

 

Une histoire de génération

Longtemps, les activités de type tricot ou crochet étaient réservées à nos grands-mères qui confectionnaient avec amour des trousseaux pour nouveaux-nés ou des pulls pour la rentrée scolaire. Si vous aviez de la chance, vous aviez même droit à un bonnet, une écharpe et des gants assortis. Les broderies, quant à elles, paraient les robes de baptême, mariage ou toutes autres cérémonies religieuses. 

Les temps ont changé et ces activités manuelles se sont transmises de générations en générations. Si les grands-mères ont souvent abandonné leurs travaux d'aiguilles, les jeunes filles à la mode ont repris le flambeau et tricotent toute seule leur snood (sorte d'écharpe tube), leur gilet ou crochètent avec enthousiasme des petits sacs ou des doudous pour les enfants de leurs copines. 

 

Tricot-bonheur

D'après une étude menée en 2013 par la physiothérapeute britannique Betsan Corkhill et publiée dans le Journal of Occupational Therapy, le tricot a le pouvoir d'insuffler du bonheur dans notre vie. Sur les 3 545 tricoteurs interrogés, 81% ont affirmé se sentir plus heureux après une session et voient dans le tricot « une source de relaxation, de créativité et de soulagement du stress ».  

Il est important d'être l'artisan de son propre bonheur. Choisir le patron du modèle que vous souhaitez réaliser, comparer les couleurs, toucher les matières de vos pelotes sont déjà des étapes vers une satisfaction. Passer du temps à croiser ses aiguilles en est une autre. En effet, il n’y a rien de plus relaxant que de prendre ses aiguilles, s’installer confortablement dans un fauteuil et commencer à monter ses mailles. Peu à peu, les mouvements répétitifs de vos mains sur votre ouvrage vont activer les zones du cerveau qui ressentent les bienfaits de la méditation. Qu’on se le dise, tricoter est « un moyen de mettre le corps en relaxation » selon le Dr Bendon, directeur de l’Institut du cerveau à l’école de médecine de Harvard. 

Alors convaincus des bienfaits du tricot ? Pourquoi ne pas vous rendre heureux tout en apportant un peu de couleur dans votre ville en relookant certains endroits grâce à vos créations en laine colorées ? A coup sûr, vous provoquerez le bonheur vous aussi. Voyez ci-dessous quelques exemples en photo (cliquez dessus pour les agrandir). Inspirez-vous en, inventez-un, amusez-vous ! Parce que rien de tel que la bonne humeur pour continuer d'avancer dans le programme. 

...