Graisses saines : mythes sur les aliments gras et la perte de poids

... et pourquoi les graisses saines sont bonnes pour toi.
Publié 18 janvier 2022

Bien avant que les régimes paléo, céto ou low-carb n’arrivent sur le devant de la scène, la graisse était considérée comme le plus grand frein à la perte de poids. Aujourd'hui, elle fait son come-back... à juste titre. Tu découvriras dans cet article pourquoi la graisse est un élément important de ton alimentation, même si sa valeur PersonalPoint est parfois élevée.

La graisse est bonne pour toi

Mère Nature n'a pas créé la graisse sans raison. Tout d'abord, elle représente une source d'énergie durable, mais c'est loin d'être son seul rôle. « La graisse est indispensable ou, en d'autres termes, vitale », explique Sina Peters, écotrophologue diplômée et experte WW du programme et de la science. « C'est le seul nutriment capable d'alimenter nos cellules en nutriments liposolubles. Nous en avons donc besoin pour absorber les vitamines A, D, E et K ainsi que les antioxydants comme le lycopène et le bêta-carotène. De plus, la graisse isole et contribue ainsi à ce que tu aies moins froid lorsque les températures baissent. Elle protège tes organes des blessures, comme un coussin, et fait partie des hormones et des membranes qui entourent les différentes cellules du corps.

Pourquoi manger des graisses ?

Ce nutriment possède une autre propriété unique : il rend les aliments plus savoureux. « La graisse a un effet moelleux et crémeux. Elle améliore ainsi le goût des aliments et leur confère une texture veloutée et rassasiante », explique Sina Peters. C'est l'arme secrète qui rend le fromage délicieusement crémeux et le houmous tendre et facile à tartiner.

Se faire plaisir avec un peu de graisse peut même aider à manger moins. Pourquoi ? Lorsque les graisses passent dans l'intestin, elles stimulent la sécrétion d’une hormone, la cholécystokinine, qui envoie un signal de satiété à ton cerveau. Cependant, toutes les graisses n'influencent pas l'appétit de la même manière. Ainsi, les acides gras polyinsaturés, présents dans des aliments comme les noix, l'huile de germe de maïs ou le saumon, peuvent avoir un effet sur certaines hormones de la satiété. C'est ce qui ressort d'une étude menée en 2015 et publiée dans la revue Obesity. Les personnes dont l'alimentation était riche en acides gras polyinsaturés ont sécrété de plus grandes quantités de peptide YY, l'hormone qui coupe l'appétit, que les personnes dont l'alimentation était plus riche en acides gras monoinsaturés et saturés.

Il n'y a pas de recette miracle

Depuis les années 1970, la part des graisses dans notre alimentation est passée de 37 à 34 % des calories. Pourtant, le surpoids est plus présent que jamais. En effet, en limitant la consommation de graisses, nous avons en même temps favorisé un autre nutriment : les glucides. De nombreux expert·e·s estiment qu'une augmentation de l'apport en glucides sous forme de sucres ajoutés peut même causer plus de problèmes que la consommation de graisses que nous voulions réduire. « En fait, alors que certaines personnes ne se sentent tout simplement pas satisfaites s'il n'y a pas un peu de graisse dans leur nourriture, d'autres s'en sortent à merveille en consommant moins de graisse, tant qu'elles la remplacent par des aliments rassasiants, complets et riches en fibres », explique Sina Peters.

Qu’est-ce qui ne fonctionne pas ? La restriction extrême de la consommation de graisses. « Les régimes qui excluent totalement ou limitent fortement la consommation d'un nutriment particulier donnent rarement de bons résultats », constate Sina Peters. « Qu'il s'agisse des protéines, des glucides ou des lipides, si tu consommes l'un de ces nutriments en quantité insuffisante, tu peux finir par avoir faim et te sentir insatisfait·e. »

Un numéro d'équilibre…

Or, il n'est pas forcément préférable de mettre plus de graisse dans les aliments. Et, il est difficile de résister à de nombreux aliments riches en graisses - comme la tarte à la crème à la noix de coco, le poulet rôti ou les frites gratinées au fromage. La solution ? Chercher d'autres aliments, dans lesquels on ne soupçonne parfois pas forcément la présence de graisse, et les intégrer dans ton alimentation de manière à ce que chaque repas contienne une petite quantité de graisse. Alors pourquoi ne pas ajouter quelques cuillères à soupe de graines de tournesol dans tes céréales, agrémenter ton sandwich de quelques tranches d'avocat ou grignoter une petite poignée de noix ? Ces aliments peuvent certes avoir une valeur PersonalPoints plus élevée et plus de calories, mais tu auras peut-être moins faim et tu apprécieras davantage ton repas.