Bouger plus

En quoi l’exercice physique affecte-t-il votre avenir ?

Cinq avantages du fitness pour votre avenir

L’activité physique n’influe pas seulement sur votre bien-être en vous aidant à perdre du poids. Bouger est bon pour votre santé, au niveau cellulaire déjà. Le nombre de mitochondries (les centrales énergétiques des cellules) augmente avec les mouvements, ce qui active des hormones qui influencent positivement votre corps et votre cerveau, explique Michele Olson, docteure en médecine et professeure adjointe au centre scientifique d’activité physique du Huntingdon College à Montgomery, Alabama.

 

Voici quelques-uns des avantages dont vous profiterez tout de suite et dans des dizaines d’années, juste en bougeant régulièrement.

 

Une vie plus heureuse

 

Tous ceux qui ont déjà fait une longue marche savent que l’exercice physique peut améliorer l’humeur. Ce n’est pas juste une impression : « Vous utilisez plus de cellules du cerveau pendant l’exercice physique que pendant tout autre type d’activité », explique John J. Ratey, docteur en médecine, professeur clinicien en psychiatrie à l’école de médecine de Harvard.

 

L’activité du cerveau (et celle des hormones du bien-être telles que la dopamine, la sérotonine et la norépinéphrine) améliore votre humeur à court terme. Mais à long terme ? « Votre mental est plus fort et de ce fait, votre cerveau est en meilleure santé », affirme le docteur Ratey. Puisque l’exercice physique contribue à la production de GABA, une substance chimique avec des propriétés calmantes, dans une zone du cerveau que l’on appelle l’hippocampe, vous combattez mieux le stress ainsi que des problèmes sérieux comme la dépression. Il ajoute : « L’hippocampe réagit fortement au stress, mais les molécules GABA peuvent freiner ce stress. »

 

Grâce à une meilleure humeur, une meilleure image de vous-même ou un sentiment de réussite (à la fin de votre première course sur 5 km, par exemple), l’exercice physique peut booster votre amour-propre et vous donner davantage confiance en vous, explique Michael Ryan, docteur en philosophie, professeur en science de l’exercice physique à l’Université d’État de Fairmont en Virginie de l’Ouest.

 

Moins de fatigue

 

La sensation d’épuisement après une session de fitness peut vous apporter une meilleure nuit de sommeil. « Notre corps suit des cycles rythmiques de hauts et de bas, et le sommeil est l’opposé de l’exercice », explique Michael Ryan. « Ce qui monte doit redescendre ». L’exercice physique vide notre réservoir d’énergie, dégrade les tissus et augmente la température corporelle. A contrario, le sommeil, pour être réparateur, nous aide à économiser notre énergie, répare les tissus endommagés et régule la température du corps. Mais n’oubliez pas : il faut du temps pour descendre des « hauteurs » de votre exercice, donnez-vous quelques heures avant d’aller dormir.

 

Plus d’aisance

 

« La mémoire musculaire est le terme usuel pour décrire l’apprentissage moteur », affirme Michele Olson. De quoi s’agit-il ? « Dès que vous avez appris à exécuter un mouvement, vous l’exécutez une deuxième fois avec moins d’effort conscient et vous pouvez vous concentrer plutôt sur votre respiration ou l’intensification de l’effort physique ». Un exemple : dès que vous exécutez vos pompes à la perfection, votre cerveau enregistre ce mouvement et se concentre sur l’effort d’effectuer plus de pompes sans compromettre le mouvement, pour vous aider à vous améliorer.

 

Moins de risque de maladie (ou de stress)

 

L’exercice aide votre corps à éliminer d’importantes sources d’inflammation (un excès de glucose dans le sang, par exemple) ainsi que des graisses viscérales (le type de graisse qui entoure vos organes et qui est lié au diabète de type 2), réduisant ainsi le risque de maladie cardiaque, explique Michele Olson. « La graisse viscérale est nuisible. Elle cause des inflammations, qui sont la cause d’affections généralisées comme celles de l’artère coronaire et l’hypertension ».

 

Puisque l’exercice physique réduit la tension et le rythme cardiaque, il aide également votre corps à « économiser de l’énergie » pour l’utiliser ailleurs - notamment pour améliorer l’immunité, ajoute-t-elle. Elle remarque dans ce cadre que les personnes qui font régulièrement de l’exercice physique ont tendance à mieux résister aux coups de froid et aux virus que celles qui ne bougent pas beaucoup.

 

L’exercice physique force les cellules à s’adapter au stress. Une pratique régulière et répétée peut aider les cellules à gérer tout type de stress - physique, émotionnel, environnemental ou dû à une maladie, dit le docteur Ryan. Cependant, l’exercice extrême (enchaîner les marathons, par exemple) peut avoir l’effet contraire. Selon Michele Olson : « Votre corps doit également pouvoir se reposer entre les sessions d’exercice physique ».

 

Vous en garderez l’habitude

 

« Les habitudes sont dures à perdre, même les bonnes », remarque Michael Ryan. Dans le cas de l’exercice physique, c’est tant mieux. Une étude publiée dans l’American Journal of Preventive Medicine a constaté que plus la période pendant laquelle une personne fait de l’exercice est longue, plus elle sera en meilleure condition physique en vieillissant. Le docteur Ratey remarque que ceux qui commencent jeunes à faire de l’exercice en profitent clairement en accumulant de plus en plus de cellules pour combattre des problèmes tels que le stress et la dépression.

 

« Une fois que vous avez goûté aux joies de l’exercice, il fait partie de vous et vous apprenez toute son importance au niveau viscéral », dit-il. « Vous développez de nouvelles aptitudes et vous essayez avec plaisir de nouvelles activités physiques ».