Embrassez le bonheur et changez votre vision des choses

Comme le mode de pensée influence nos actions, WW met l'accent sur le changement de comportement et propose des pistes pour favoriser un état d'esprit positif.

Pensées et opinions
Chaque jour, notre esprit est traversé par mille et une pensées : des mots, des phrases, des images. La plupart sont automatiques, on y pense sans en être conscient. Mais cela peut forger un schéma de pensée qui détermine la façon dont on observe le monde. C'est parfait lorsque les pensées sont réalistes et précises, mais néfaste dans le cas contraire.
Il faut en effet savoir que la façon dont on pense détermine comment on se sent et au final, ce que l'on fait. Certains schémas de pensée peuvent nous orienter dans la bonne direction, mais d'autres font tout à fait l'inverse, jusqu'à saper, à terme, la santé et le bien-être.
C'est pourquoi on recommande de convertir les pensées négatives en pensées positives. Non seulement c'est bon pour l'humeur, mais cela aide aussi à analyser les choses telles qu'elles sont réellement.
Si vous remarquez un jour une propension à manger non par faim, mais en réaction à quelque chose d'autre, vous pourrez sciemment décider d'y réagir sans vouloir ouvrir la porte du réfrigérateur pour autant. Car penser autrement pousse aussi à agir différemment.

Embrasser le bonheur
Quand vous êtes-vous senti heureux pour la dernière fois ? Aujourd'hui ? La semaine dernière ? Impossible de vous en souvenir ? Si cela fait un bail, il est temps de changer votre fusil d'épaule. Car vouloir être heureux en permanence est peu réaliste, le bonheur demeure un précieux allié lorsqu'on désire être en bonne santé.
D'abord, parce que les gens heureux font des choix plus équilibrés pour les aliments, l'activité physique et le sommeil. Ils ont souvent plus d'énergie, une meilleure maîtrise d'eux-mêmes et une moindre tendance à compenser les émotions, le stress ou le chagrin par la nourriture.
Une partie du bonheur ressenti dépend de facteurs sur lesquels on n'a aucune prise, par exemple les gènes ou les conditions de vie ; mais la bonne nouvelle, c'est que les choses que l'on fait (ou pas) jouent aussi un rôle important. D'après des études, il semble que 40 % du bonheur sont déterminés par les actions personnelles*. Évidemment, personne n'est toujours en mesure de faire uniquement les choses qui rendent heureux, mais apporter des changements relativement modestes à la façon dont on pense, se comporte et agit peut générer un impact considérable.

Lisez également nos 10 tuyaux pour se faire plaisir et cherchez ce qui vous rend heureux, vous.

 

*Lyubomirsky S, Sheldon KM, Schkade D. Pursuing happiness: the architecture of sustainable change. Review of General Psychology. 2005;9(2):111–131.