Souriez

5 énormes bobards sur le système immunitaire

Vous a-t-on dit et assuré que certains aliments avaient des effets magiques sur la santé ? Eh bien, méfiez-vous ! Beaucoup de choses qui se disent et s'écrivent à propos des vertus des aliments sur le système immunitaire ne sont pas scientifiquement établies. Et pour vous le prouver, nous avons vérifié le fondement de 5 idées reçues, qui se sont révélées être d'énormes bobards…

Bobard 1 : Les jus de fruits et de légumes favorisent la guérison quand on est malade.

Si le seul aliment que supporte votre estomac est un verre de jus de fruits, alors n'hésitez pas. Mais si vous avez la capacité de mâcher et d'avaler de vrais quartiers d'orange, c'est assurément mieux. Leur chair contient en effet plus de fibres, d'antioxydants, de phytonutriments et de prébiotiques que le jus : autant d'éléments dont on a besoin pour rester en bonne santé. En ce qui concerne les vertus du liquide sur le corps : une banale eau gazeuse fait aussi bien que du jus. Un potage de légumes frais, un bouillon et même un pot-au-feu sont même meilleurs puisqu'ils apportent les acides aminés et antioxydants nécessaires, le tout dans un liquide chaud qui est moins irritant pour la gorge et soulage le nez bouché.

Bobard 2 : Les produits laitiers stimulent la production de glaires, mieux vaut les éviter quand on a un rhume.

D'après la recherche scientifique, c'est un canular1. Si vous avez envie de lait, buvez-en ; si à cause d'un refroidissement ou d'une grippe, vous n'avez pas envie de nourriture crémeuse (pudding, yaourt, glace, lait), ne vous forcez évidemment pas. Il existe assez d'alternatives protéinées à ces produits laitiers.

Bobard 3 : Quand on est malade, mieux vaut éviter les boissons déshydratantes caféinées comme le thé et le café.

C'est faux ! Le café est une bonne source d'antioxydants qui hydrate bien, malgré la présence de caféine. Et celle-ci rend plus alerte quand on a la tête lourde et congestionnée. En ce qui concerne la probabilité de réduire les risques de maladies chroniques à long terme et de stimuler la santé : les gens qui boivent 3 à 4 tasses de café par jour ont moins de risque de subir des maladies cardiovasculaires, différentes formes de cancers, de diabète et d'Alzheimer que les gens qui ne boivent jamais de café.2

Bobard 4 : Malade ? Prenez des tablettes de vitamine C.

Hélas, c'est trop tard ! Bien que les gens qui prennent régulièrement des tablettes de vitamine C (environ 200 mg par jour) ressentent moins fort et moins longtemps les symptômes d'un refroidissement, l'ingestion de suppléments vitaminés par un adulte moyen ne réduit guère ses chances d'éviter la maladie. Et la guérison n'est pas plus rapide si l'on commence à en avaler seulement après l'apparition des premiers symptômes.
Bon à savoir : comme la vitamine C se dissout dans l'eau, il n'est guère utile d'en augmenter la dose quotidienne durant la saison hivernale : les vitamines additionnelles seraient tout bonnement évacuées par les urines. La même chose vaut pour les produits multivitaminés. L'exception à cette règle sont les suppléments en zinc, susceptibles de réduire la durée du refroidissement si on commence à en prendre dès l'apparition des premiers symptômes 3. Par contre, consommer davantage d'aliments contenant du zinc, comme les noix, les graines, les haricots, les coquillages et crustacés a une influence positive sur l'immunité normale.

Bobard 5 : les aliments 'antibactériens' comme l'huile de coco et le miel préservent des maladies.

Non, pas vraiment. Environ la moitié de tous les acides gras présents dans l'huile de coco proviennent de l'acide laurique, un acide gras qui a un effet antimicrobien et antifongique, et qui pourrait diminuer les risques de certaines maladies chroniques ou aiguës (par exemple, une infection fongique, mais pas le diabète de type 2). Mais ce n'est pas une bonne raison de consommer des litres d'huile de coco à s'en rendre malade ! <
La recherche sur ce sujet se poursuit, mais les résultats tendraient jusqu'à présent à prouver qu'il faudrait consommer de grandes quantités pour en ressentir un effet positif. Or comme le nombre de matières grasses de toutes les huiles végétales dans le corps peut augmenter rapidement (et provoquer bien sûr une hausse de poids), les bienfaits ne valent pas la peine par rapport aux risques encourus : l'huile de coco contient beaucoup d'acides gras saturés, qui causeraient une probabilité supérieure de maladies cardiovasculaires que le beurre.
Et qu'en est-il du miel ? Des enquêtes sont menées sporadiquement sur les vertus du miel sur les allergies aux pollens et les inflammations microbiennes, mais on estime jusqu'à preuve du contraire qu'il n'y a aucune raison de cesser de consommer du miel, par exemple si vous avez l'habitude d'en ajouter une petite cuillère à une tasse de thé ou une bouillie matinale 4. À ceci près que c'est malgré tout une forme concentrée de sucre, c'est pourquoi il glisse si bien dans la gorge !

Mais alors, où est l'essentiel ?

Si vous êtes une personne fragile ou dans un endroit très susceptible d'être contaminé par des germes de maladies, consommez tant que possible des fruits (entiers), des légumes, légumineuses, noix, graines et céréales entières. Les plantes, dans leur forme la plus naturelle, contiennent beaucoup de prébiotiques, une sorte de fibres qui aide le corps à garder les probiotiques en bonne condition. Ces probiotiques sont importants pour maintenir un système immunitaire sain et diminuer les risques de maladies.
Autre aspect important : restez bien hydraté ! En cas de fièvre, le corps a besoin de beaucoup d'eau. De protéines aussi : c'est pourquoi une soupe de poulet soulage quand on ne se sent pas bien. <
Et terminons par les mesures de précaution habituelles, à commencer par le vaccin, le lavage fréquent et consciencieux des mains pendant au moins 20 secondes, un bon sommeil réparateur et une activité physique régulière (même un petit peu vaut mieux que rien du tout). Autant de choses utiles pour se préserver tant que possible des maladies.


Sources :

1. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/16373954

2. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/28391515

3. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/23775705

4. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/28469409