Épanouissement

Être « affamé et fâché », est-ce réel?

Comment la faim affecte-t-elle notre humeur?

Comme le terme « hangry » (affamé et fâché) a été officiellement ajouté dans le dictionnaire anglais Oxford en début d’année, nous avons voulu savoir si c’était un état réel.

Défini dans l’Oxford de la manière suivante : « personne qui est de mauvaise humeur ou irritable parce qu’il a très faim », être « affamé et fâché » est sûrement un sentiment que nous avons tous probablement ressenti à un moment ou un autre et c’est un terme qui s’est taillé une place dans le lexique collectif au point qu’il existe des expressions virales sur Internet et même des publicités Snickers – vous vous en souvenez?

« Être affamé et fâché est réel! » dit Simon Moore, un médecin de famille et professeur adjoint d’enseignement clinique en médecine familiale à l’Université de la Colombie-Britannique.

« Quand nous n’avons pas mangé, notre glycémie baisse », explique-t-il. « Ceci est important – le sucre apporte de l’énergie à notre cerveau, et si notre niveau de glycémie baisse, nous pouvons mourir en quelques minutes. »

Évidemment, en général cela ne se produit pas quand notre niveau de sucre baisse.

Selon Moore, « c’est grâce à un système de sûreté intégré que notre corps utilise pour puiser le glucose conservé dans notre corps. Pour que le système fonctionne, notre corps utilise des hormones : l’epinéphrine – communément nommée adrénaline – et le cortisol, l’hormone du stress. Ces deux hormones jouent un rôle important sur notre humeur et peuvent nous rendre anxieux, inquiet ou affamé et fâché. »

Le psychologue Sal Raichbach de l’Ambrosia Treatment Center affirme que les mauvaises décisions sont directement liées à ces émotions.

« Pour la plupart d’entre nous, nous ne sommes pas vraiment en danger de famine quand nous sommes affamés et fâchés, mais nos corps ne font pas la différence », dit-il.

« Quand nous cherchons à nous alimenter, nos émotions prennent le dessus, car c’est un mécanisme de survie. Les mauvaises décisions sont une conséquence de ces changements d’humeur, car nous utilisons nos émotions pour prendre des décisions. Être affamé et fâché peut altérer votre jugement, car il est extrêmement difficile de se concentrer sur autre chose que votre faim. »

Teresa Kay-Aba Kennedy, une consultante en réussite et mieux-être et directrice générale de Power Living Enterprises, affirme qu’être « affamé et fâché » est une sensation réelle qui peut non seulement affecter nos capacités à prendre des décisions, mais aussi entraîner un comportement impulsif.

« Si vous devez prendre une décision importante sous le poids d’une date butoir, faire une présentation au travail qui requiert beaucoup d’énergie ou toute chose qui demande votre concentration, ne le faites pas en ayant le ventre vide », dit-elle. Elle ajoute que nous devrions aussi « éviter les achats et les décisions financières importants. »

« Vous risquez d’utiliser votre carte de crédit pour quelque chose que vous regretterez plus tard », dit Kennedy.

« De plus, évitez toute conversation agitée avec votre partenaire quand vous avez faim. Il se peut que vous vous fâchiez contre votre partenaire et vous ne serez sûrement pas un auditeur patient et attentif. »

Elle conseille aussi de ne pas faire l’épicerie quand on est affamé et fâché.

« Si vous décidez de faire l’épicerie pendant que votre estomac crie famine, vous allez sûrement prendre un sac de biscuits ou de croustilles en guise de récompense même si le souper approche », dit Kennedy. « Emportez plutôt des collations saines pour éviter les conséquences liées à la sensation d’être affamé et fâché. »

Pour éviter ce sentiment, ayez en stock des collations futées comme celles-ci.