Témoignages

martina

« Je constate également que je deviens globalement plus sereine. Dans mes relations avec moi-même, avec mes collègues et même avec mes enfants. »
Publié 16 décembre 2022
Martina, membre de WW, se tient devant un mur de briques en chemise blancheMartina, membre de WW, se tient devant un mur de briques en chemise blanche

martina, 39 ans

Martina travaille et a deux jeunes enfants. Dans son quotidien stressant, il y avait peu de place pour une alimentation saine, elle mangeait de manière incontrôlée, le plus souvent les restes des repas des enfants. Après un événement clé survenu pendant ses vacances, cette femme de 39 ans s’est inscrite à WeightWatchers et a perdu près de 30 kilos, sans faire de sport.

J’ai deux jeunes enfants. Ma fille a deux ans, mon fils cinq ans. Toutes les mères connaissent cette situation : là où il y a des enfants, il y a aussi de la nourriture. J’ai du mal à jeter la nourriture, alors je finissais les restes des repas de mes enfants.

De toute façon, avant, je faisais plutôt peu attention à mon alimentation. Si un collègue apportait un croissant au chocolat, j’en prenais un. Quand j’achetais un bretzel à la boulangerie pour les enfants, je m’en achetais un aussi.

le déclic s'est produit en vacances

J’ai continué à prendre du poids. J’ai dû faire le tri dans les vêtements qui m’allaient encore avant mes grossesses. J’ai complètement changé de vêtements. C’est au moment où j’ai réalisé que même les nouveaux vêtements ne me convenaient plus que je me suis dit : « Ça suffit ! Maintenant, je dois changer quelque chose. » Mais je savais aussi que je n’y arriverais pas toute seule. C’était le 20 septembre 2021.

Nous étions alors en vacances, et j’étais encore dans ma chambre d’hôtel lorsque je me suis inscrite au programme WeightWatchers. Deux jours plus tard, quand nous sommes rentrés à la maison, j’ai commencé. Je pense que c’est très important. Il ne faut pas attendre demain, la semaine prochaine ou le 1er janvier. Il faut commencer tout de suite.

Dès le début, j’ai noté tout ce que je mangeais, sans exception, et ce, avant même de manger. Le credo de mon coach WW, c’est tenir son journal d’abord, grignoter ensuite.

lors de mon parcours minceur, deux choses étaient particulièrement importantes pour moi :

  1. J’ai veillé à préparer des repas qui me rassasient vraiment. Car lorsqu’on a faim, on retombe dans de vieux schémas qui ne sont pas bons pour la santé.
  2. Mon mari et moi, nous aimons beaucoup aller au restaurant. Il n’était pas question d’abandonner ce hobby. J’ai donc cultivé l’ambition de trouver dans chaque restaurant un plat sain qui me fasse vraiment envie. Cela a presque toujours fonctionné et, la plupart du temps, je pouvais même m'accorder un verre de vin.

Désormais, j’établis mon planning de repas chaque dimanche. Cela m’amuse beaucoup. Le lundi, j'achète alors tous les ingrédients pour les plats de la semaine. Je reste toutefois flexible sur ce point également : si ma famille et moi avons soudain envie, le lundi, de manger le plat prévu pour le jeudi, on fait l’échange.

Je trouve l’inspiration dans l’app WW. J’aime le fait que l’on puisse saisir les ingrédients dont on a envie et recevoir ensuite des propositions de recettes. J’aime beaucoup ces plats et j’attends vraiment le souper avec impatience tous les jours !

Martina, membre du WW, en t-shirt blanc, est adossée à un mur de pierre, son téléphone portable à la main.

De cette manière, j’ai perdu 27 kilos en huit mois. Tout cela, sans faire de sport. Le sport n’a jamais été mon truc. Tout au plus, je fais un peu de marche - rien d'autre.

Les jours difficiles sont ceux qui précèdent mes règles. Mais je sais que je n’aurais des envies de sucré que pendant deux jours. Si je tiens bon maintenant, je serai d’autant plus heureuse après.

je m'accorde à nouveau plus d'estime

Mais ce n’est pas seulement mon corps qui a changé, c’est aussi la façon dont je me comporte avec moi-même. Par exemple, lorsque j’ai voulu acheter un cadeau d’anniversaire pour une amie, je me suis soudain demandé : « Quand est-ce que je me suis fait du bien pour la dernière fois ? » Cette pensée m’a fait comprendre que je peux m’apprécier différemment depuis que je sais tout ce que je peux réussir.

J’ai soudain retrouvé le plaisir d’acheter des vêtements. Avant, je visais seulement ce qui convenait. Aujourd’hui, je peux choisir les tendances de la mode auxquelles je veux participer – c’est un sentiment formidable.

Je constate également que je deviens globalement plus sereine. Dans mes relations avec moi-même, avec mes collègues et même avec mes enfants. Cela tient aussi à mes nouvelles habitudes : avant, je m’allongeais souvent sur le canapé après le souper pour manger des sucreries.

Aujourd’hui, mon mari me prépare toujours un cappuccino décaféiné après le repas, et pour mes enfants, un verre de lait mousseux. Nous restons ensuite un moment ensemble et terminons la journée de cette manière. C’est un rituel dont je ne pourrais plus me passer.