Interlocuteurs pour la santé mentale

Tu trouveras ici de l'aide pour toi et tes proches.

Chez WW, nous sommes conscients du fait que la santé physique n’est qu’une facette du bien-être global. La santé mentale en est un élément essentiel.

Il nous arrive à tous d’éprouver des émotions pénibles comme l’affliction, l’inquiétude et le chagrin. Le pilier de WW axé sur l’état d’esprit offre de nombreuses techniques pour aider ses membres à faire face à de telles émotions, entre autres par la sensibilisation, la pratique de la gratitude et la gestion du stress. Toutefois, axée sur la façon de voir les choses, la mentalité n’est pas la même chose que la santé mentale.

Une détresse émotionnelle, inhabituellement intense ou persistante, peut justifier le recours à un professionnel.

Si la façon dont tu te sens t’empêche d’assumer tes responsabilités, d’entretenir des relations saines avec les autres ou tout simplement de vivre pleinement, il est grand temps pour toi de découvrir des ressources pour te soutenir. Sachant qu’une personne sur deux est atteinte dans sa santé mentale au moins une fois dans sa vie (de manière ponctuelle ou durable) et que près de 18% de la population suisse fait face à un ou plusieurs troubles psychiques, il est primordial de prendre soin de sa santé mentale. Ce qui compte d’abord, c’est de savoir que l’on n’est pas seul. Et que l’on peut obtenir de l’aide.

WW ne fournit pas de traitement ni de conseils psychothérapeutiques, et nos coachs ne sont pas non plus des professionnels de la santé mentale. C’est pour cette raison que l’équipe scientifique de WW a élaboré cette ressource. L’objectif : permettre à nos membres d’accéder à des ressources crédibles et dignes de confiance leur permettant de s’informer.

Ta santé mentale compte. Que tu souhaites en savoir plus sur ce thème, bénéficier de conseils pour obtenir l’aide d’un professionnel afin de surmonter les difficultés émotionnelles que tu rencontres ou trouver des idées pour soutenir quelqu’un : tu trouveras ici des informations sur les problèmes courants et les endroits utiles où tu peux te rendre.


Les problèmes psychologiques courants


Tu trouveras ci-dessous un condensé des nombreux problèmes psychologiques qui affectent chaque année des millions d’adultes. Cette liste n’est pas exhaustive. À la fin de ce chapitre, tu trouveras une liste d’organisations et de services respectés, qui proposent de l’aide.


Autodestruction et pensées suicidaires

En Suisse, près d'un millier de personnes décident de mettre fin à leur jour chaque année. Les pensées suicidaires s’accompagnent d’un désir de s’automutiler s’extériorisant souvent (bien que pas toujours) par des signes comportementaux comme, une mise en retrait de la famille et des amis, l’expression d’un sentiment de vide ou de désespoir, une consommation plus fréquente de médicaments ou d’alcool, ou un changement des habitudes alimentaires ou de sommeil. Les pensées et actions suicidaires sont les signes d’une détresse extrême. Elles ne sont pas une manifestation de «faiblesse» ni une tentative anodine d’attirer l’attention.

Si tu envisages le suicide, il est important de chercher de l’aide immédiatement.

Tu peux contacter La Main Tendue par téléphone en composant le 143, par courriel et par chat sur www.143.ch , 24 heures sur 24. La Main Tendue est là pour tout le monde, pour les jeunes et les personnes âgées, les travailleurs, les femmes au foyer, les stagiaires ou les retraités, pour les personnes de toutes les confessions et aussi pour les personnes sans affiliation religieuse. Vous trouverez ci-dessous d'autres sources de soutien à court et à long terme.


Problèmes de comportement alimentaire et de perception de soi

WW s’appuie sur des approches saines du bien-être et de la gestion du poids, basées sur des preuves et qui visent à aider les gens à se sentir bien dans leur peau. Toutefois, nous reconnaissons que beaucoup de gens se sentent tourmentés du fait de leurs comportements alimentaires et des pensées qu’ils ont à l’égard de la nourriture. Les sentiments chroniques de culpabilité et de honte au sujet de l’alimentation, l’impression permanente de perte de contrôle pour tout ce qui touche à la nourriture, l’utilisation de laxatifs ou de lavements pour perdre du poids, la pratique excessive du sport pour brûler des calories ou les préoccupations au sujet du poids ou de la silhouette peuvent être les indices de troubles ou d’une perturbation de l’alimentation.

Pour les personnes luttant contre des sentiments et comportements de ce type, la perte de poids et la recherche de bien-être peuvent être particulièrement compliquées. WW considère que les programmes d’amaigrissement ne conviennent pas aux personnes en proie à des troubles alimentaires. En combattre les symptômes avec le soutien d’un professionnel qualifié est primordial pour améliorer leur bien-être et leur rapport global à la nourriture.

Pour cette raison, il peut arriver qu’il soit demandé aux membres de WW souffrant de troubles de l’alimentation de suspendre leur adhésion jusqu’à ce qu’ils reçoivent un avis médical favorable avant de renouer avec le programme. Le bien de nos membres est la priorité absolue de WW.


Les troubles de l’anxiété

L’anxiété ou les soucis occasionnels font partie de la vie. Une personne peut ressentir de la tension quand elle rencontre un problème au travail, par exemple, ou avant de prendre une décision importante dans son existence. En revanche, la peur ou l’inquiétude qui persistent et gênent ses activités ou ses habitudes quotidiennes peuvent être le signe d’un trouble de l’anxiété.

Les troubles de l’anxiété recouvrent un trouble anxieux généralisé (ressenti comme une inquiétude chronique perturbant les activités quotidiennes) ainsi qu’un trouble panique (également appelé crises de panique), des troubles obsessivo-compulsifs et différents troubles liés à des phobies, axés sur des situations ou objets spécifiques.

Les troubles de l’anxiété comptent parmi les maladies mentales les plus courantes et peuvent être traités. Au chapitre suivant, tu trouveras des liens vers des ressources pour que tu puisses parler à ton médecin de ton anxiété et mettre en place un soutien à long terme.


État dépressif

Il arrive à chacun de nous de nous sentir tristes ou d’avoir le cafard, tout au moins de temps en temps, soit que ce soit en réaction à des évènements de l’existence ou juste comme ça, sans raison apparente. Bien que la plupart d’entre nous n’aiment pas se sentir mal, les coups de blues occasionnels sont inévitables dans la vie.

Des difficultés peuvent en revanche survenir quand ces sentiments ne se dissipent pas. Si tu remarques chez toi plusieurs semaines d’affilée des sentiments de tristesse ou de désespoir, ou une baisse de l’intérêt que tu prends aux choses que tu apprécies d’ordinaire, il se peut que tu souffres d’un trouble dépressif. Les troubles dépressifs, qui englobent la dépression clinique, la dépression postpartum, les troubles bipolaires, etc., peuvent avoir des répercussions considérables sur la façon de se sentir, de penser, d’entretenir des relations et de gérer des activités quotidiennes comme le sommeil, l’alimentation et le travail. S’ils sont communs, ces troubles n’en sont pas moins graves. Ils peuvent souvent être traités par une thérapie verbale, la prescription d’antidépresseurs ou une association de ces deux approches.


Dépendance et toxicomanie

Les troubles liés à l’abus de substances se définissent par une dépendance physique et psychologique à l’alcool, à la nicotine, aux narcotiques ou à des drogues comme la cocaïne ou la marijuana. Ce type de troubles entraîne une altération des besoins et priorités ordinaires d’une personne et peut entraver sa capacité à respecter ses engagements et à entretenir des relations saines. Parmi les possibilités offertes pour traiter les troubles liés à l’abus de substances, citons les conseils en comportement, la prise de médicaments, le traitement des problèmes de santé mentale connexes et le suivi à long terme visant à prévenir les rechutes.


Traumatisme et stress post-traumatique

Les traumatismes sont une forme de détresse émotionnelle profonde, provoquée par un événement choquant, effrayant ou dangereux. Parmi les événements potentiellement traumatisants, citons les catastrophes naturelles (p. ex. les tempêtes, les tremblements de terre et les feux de forêt), les actes de violence (agressions, mauvais traitements, guerres, massacres) et les accidents comme, par exemple, les accidents de voiture.

Les survivants réagissent de différentes façons aux expériences traumatisantes qu’ils ont vécues. Ces réponses se traduisent communément par de l’anxiété, de la tristesse ou de la colère ; des difficultés à se concentrer et des troubles du sommeil ; des flash-back ou des pensées intrusives au sujet de l’événement traumatisant. Les réactions à des traumatismes peuvent être immédiates ou différées, de courtes durées ou prolongées.

Dans de nombreux cas, ces sentiments s’estompent naturellement au fil du temps – au bout de quelques semaines ou de quelques mois. Toutefois, un petit nombre de survivants constatent que ces sentiments deviennent chroniques, un état connu sous le nom de syndrome de stress post-traumatique. Nombre de survivants à des traumatismes, qu’ils souffrent ou non de ce syndrome, trouvent que la thérapie verbale les aide à gérer leur expérience. La prise de médicaments est parfois aussi une piste recommandée.


Les relations abusives

Chacun de nous mérite de se sentir apprécié, respecté et en sécurité dans les relations qu’il entretient. Les relations abusives, également appelées violences domestiques ou conjugales, surviennent quand une personne essaie d’exercer un pouvoir ou un contrôle sur une autre avec laquelle elle entretient une relation. Ces relations abusives peuvent être physiques, émotionnelles, ou les deux. Il peut arriver à chacun de nous d’en être victime, dans n’importe quel type de relation, sans aucune différence de genre, de sexe ou d’âge.

Les relations abusives sont très difficiles à gérer. En plus de souffrir d’une atteinte de leur intégrité physique, les victimes peuvent subir des conséquences émotionnelles et psychologiques se traduisant par de l’anxiété, une dépression et des sentiments d’isolement et d’impuissance. Si tu entretiens une relation avec une personne affichant des comportements abusifs, sache que ces violences ne sont pas ta faute. Il existe de l’aide, en appelant le 143 ou en consultant le site Aide aux victimes.


Interlocuteurs pour la santé mentale



Il se peut que tu te dises maintenant que tu aimerais te procurer de l’aide mais que tu ne saches pas par où commencer. Les ressources indiquées ci-dessous pourraient t'être utiles pour déterminer les possibilités à ta disposition et pour mettre en place le soutien qu’il te faut.

Thérapie

De nombreuses personnes peuvent surmonter leurs problèmes émotionnels avec l'aide d'un psychologue ou d'un autre thérapeute agréé.

De nombreux groupes et organisations professionnels proposent des recherches géolocalisées qui vous permettent de trouver des psychologues, des psychiatres, des travailleurs sociaux et des conseillers dans votre région. WW ne peut pas examiner ou vérifier les fournisseurs trouvés sur ces sites ou d'autres sites web. Nous te recommandons de contacter ton médecin traitant et ton assureur maladie qui pourront t'aider au mieux.


Thérapie en ligne

Tu ne dois pas nécessairement terendre dans le bureau d'un thérapeute pour recevoir un traitement. Ces dernières années, de nombreux services en ligne ont été développés pour mettre en relation patients et prestataires. Les plateformes de thérapie numérique peuvent être tout aussi efficaces que les traitements traditionnels. En fait, ils sont souvent plus pratiques. WW te recommande de contacter ton médecin traitant et ton prestataire de soins de santé pour trouver un service numérique qui réponde à tes besoins.



Hotlines Nationales

Pour de nombreuses personnes, le fait d'appeler ou d'envoyer un SMS à un centre de conseil aide à surmonter des difficultés. Cela peut constituer une première étape importante dans la recherche d'un soutien à long terme. Les appels sont généralement traités par des conseillers qui sont formés à l'intervention de crise et peuvent suggérer d'autres ressources dans la région.

En cas d'urgence, vous pouvez appeler le 144 ou le service d'urgences psychiatriques de votre canton
La Main Tendue Tél 143
Aide aux victimes
SKP PSC (La Prévention Suisse de la Criminalité)