Voici ce qu’il faut savoir sur les intolérances alimentaires

Avant toute chose : elles sont très différentes des allergies alimentaires.

« Chaque fois que je mange ça, je me sens malade. » Avez-vous l’impression que c’est votre cas ces derniers temps? Si vous avez remarqué que vous avez des nausées ou des maux de ventre après certains repas, une allergie ou une intolérance alimentaire en est peut-être la cause. Mais même après que vous avez identifié l’aliment ou la boisson qui vous pose problème, il peut être difficile de faire la distinction entre une allergie et une intolérance.

« Les réactions allergiques aux aliments sont provoquées par le système immunitaire, explique Sakina Bajowala, M.D., allergologue et immunologiste agréée à North Aurora, dans l’Illinois, et membre de l’American Academy of Allergy, Asthma and Immunology (AAAAI). « Dans un cas classique d’allergie alimentaire, les anticorps IgE du système immunitaire déclenchent, par les cellules, la libération de substances chimiques qui provoquent des symptômes, et ce, généralement dans les 30 minutes qui suivent la consommation de l’aliment en cause. Moins fréquemment, ce sont les cellules du système immunitaire, par opposition aux anticorps qui sont des molécules, qui provoquent parfois la réaction. Cette variation se produit davantage chez les enfants et les symptômes, dans ce cas, sont plus lents à se manifester. »

De nombreux éléments déclencheurs se cachent probablement dans votre garde-manger et votre réfrigérateur en ce moment : lait de vache, œufs, arachides, blé, soya, poisson, crustacés (le homard, les crevettes et le crabe sont des allergènes fréquents) et noix. Si vous mangez un de ces aliments et que vous y êtes allergique, vous remarquerez généralement une réaction cutanée (urticaire ou démangeaisons) ou des problèmes gastro-intestinaux (diarrhée et vomissements). Selon l’AAAAI, ces deux types de symptômes peuvent être combinés à une congestion nasale et à des éternuements. Dans les cas les plus graves, vous pourriez avoir une réaction potentiellement mortelle appelée anaphylaxie. Même une infime quantité de nourriture ingérée, touchée ou inhalée, peut provoquer une respiration sifflante, un serrement de gorge et des troubles respiratoires. Et voici ce qui est vraiment effrayant : « il n’y a pas de prévisibilité en matière d’allergies », dit Mme Bajowala. « Si vous n’avez eu que des symptômes mineurs en mangeant un certain aliment dans le passé, cela ne veut pas dire que vous n’aurez pas une réaction grave la prochaine fois. »

Bien qu’elles soient certainement être désagréables, les intolérances alimentaires, contrairement aux allergies, ne sont pas mortelles. Les effets indésirables qu’elles provoquent ne sont pas déclenchés par le système immunitaire. « Souvent, une intolérance alimentaire est liée au système digestif et est le résultat du manque d’une certaine enzyme digestive », explique Mme Bajowala. L’un des exemples les plus connus est l’intolérance au lactose qui, selon l’American Gastroenterological Association (AGA), touche environ 50 millions d’adultes aux États-Unis. Si vous en souffrez vous aussi, il vous manque l’enzyme nécessaire pour transformer un sucre appelé lactose qui est présent dans le lait de vache. Dans ce cas, vous devrez probablement limiter votre consommation de produits laitiers et d’autres aliments contenant du lactose pour atténuer les symptômes ennuyeux tels que les crampes, la diarrhée et les gaz. La quantité de lactose que chaque personne peut tolérer varie. D’autres personnes ont du mal à digérer le fructose, le sucre des fruits, du miel et des édulcorants à base de maïs à haute teneur en fructose que l’on trouve dans certains jus, boissons gazeuses et autres aliments transformés. Les personnes atteintes remarqueront des gargouillis dans la zone du ventre et devront déterminer la quantité de fructose que leur corps peut supporter.

Il est essentiel de déterminer s’il s’agit d’une allergie ou d’une intolérance alimentaire, car la première peut être mortelle. Si vous pensez être atteint d’une de ces conditions, consultez votre médecin pour obtenir un diagnostic précis. Il pourrait vous suggérer de tenir un journal alimentaire pour vous aider à cerner les causes de vos symptômes. Si une intolérance est suspectée, il est possible que vous soyez orienté vers un gastro-entérologue. En cas d’allergies alimentaires potentielles, vous serez probablement orienté vers un allergologue qui examinera vos antécédents médicaux et effectuera un test cutané, un test sanguin ou un test de provocation orale. Si le diagnostic est positif, votre médecin peut vous recommander de garder sur vous un médicament d’urgence, une injection d’épinéphrine ou un EpiPen, en cas d’exposition accidentelle. En tout cas, ne faites pas de supposition : « Je n’avais pas d’allergie alimentaire quand j’étais enfant, alors je ne peux pas en avoir maintenant. » Environ 3 % des adultes souffrent d’allergies alimentaires. Cela inclut les allergies déjà présentes dans l’enfance et les allergies apparues à l’âge adulte, qui sont identiques aux allergies de l’enfance. Oui, une allergie est sûrement la dernière chose dont vous avez besoin, mais il est bon d’en être au courant.