Un regard sur les troubles du sommeil les plus courants

Leur incidence sur votre bien-être général

Nous savons tous que le sommeil est important pour notre santé générale, mais que faire s’il est perturbé? Il existe un certain nombre de troubles du sommeil. Voici un résumé des plus courants.

« Les troubles du sommeil les plus fréquents chez les adultes nord-américains sont l’insomnie, l’apnée obstructive du sommeil, la narcolepsie, le syndrome des jambes sans repos et le trouble du comportement en sommeil paradoxal », révèle la Dre Chelsie Rohrscheib, spécialiste en chef du sommeil et neuroscientifique chez Wesper, une société d’évaluation du sommeil à domicile.

Ces troubles, selon la Dre Rohrscheib, entraînent une perte de sommeil importante qui, selon la science, contribue directement à la prise de poids et aux mauvaises habitudes alimentaires.

Voici un aperçu de chacun de ces troubles :

L’insomnie

« L’insomnie est de loin le trouble du sommeil le plus courant. Elle se produit lorsqu’on a du mal à s’endormir ou à rester endormi, ou une combinaison des deux », explique la Dre Rohrscheib, ajoutant qu’elle peut être de courte durée (trois mois ou moins) ou chronique (plus de trois mois). Parmi ses causes, on compte le stress, les mauvaises habitudes de sommeil, la génétique et les maladies et affections secondaires. « La plupart des gens vivent un épisode d’insomnie à un moment ou l’autre de leur vie. »

L’apnée obstructive du sommeil

« L’apnée obstructive du sommeil (AOS) est un trouble respiratoire du sommeil qui se produit lorsque les tissus de l’arrière de la gorge se détendent pendant le sommeil et bloquent la circulation de l’air vers les poumons, dit-elle. Les apnées peuvent se produire plusieurs fois par heure et obligent le cerveau à se réveiller pour recommencer à respirer. Le cycle constant d’endormissement et de réveil donne à la personne qui en souffre une somnolence chronique pendant la journée. »

La narcolepsie

« La narcolepsie est un trouble d’hypersomnie qui entraîne une augmentation du temps de sommeil et une somnolence excessive pendant la journée, déclare la Dre Rohrscheib. Elle se produit lorsque le système immunitaire d’une personne attaque par erreur et endommage la partie du cerveau qui contrôle le cycle veille/sommeil. Comme le sommeil n’est plus contrôlé chez les narcoleptiques, ils passent trop de temps dans la phase de sommeil paradoxal (rêve) et pas assez de temps dans la phase de sommeil profond et réparateur, ce qui fait que la personne concernée se sent chroniquement fatiguée, quelle que soit la durée de son sommeil. »

Le syndrome des jambes sans repos

Il s’agit d’un trouble neurologique où il est difficile de s’endormir et de rester endormi, dit-elle. « Les personnes atteintes du SJSR ressentent une sensation inconfortable, angoissante ou douloureuse dans leurs membres, qui n’est soulagée que par le mouvement. Le SJSR se manifeste lorsque la personne qui en est atteinte essaie de se détendre ou de s’endormir, donc il est très difficile pour elle de s’endormir. Les scientifiques ne comprennent pas entièrement pourquoi le SJSR se produit, mais selon des recherches scientifiques, il est attribuable à l’utilisation anormale des substances neurochimiques qui contrôlent le mouvement. »

Le trouble du comportement en sommeil paradoxal

« Le trouble du comportement en sommeil paradoxal est classé comme tout comportement anormal ou inhabituel qui se produit pendant le sommeil paradoxal », poursuit la Dre Rohrscheib. Elle explique que normalement, dans la phase du sommeil paradoxal, le cerveau paralyse partiellement le corps afin que nous ne puissions pas mimer nos rêves et nous faire du mal. « Le cerveau des personnes souffrant d’un trouble du comportement en sommeil paradoxal n’arrête pas correctement les mouvements, ce qui les amène à marcher ou à parler dans leur sommeil, à se débattre ou à adopter un grand nombre de comportements anormaux. »

Effets sur le corps

Le manque de sommeil a un effet direct sur la prise de poids de plusieurs façons.

« Plusieurs études scientifiques ont révélé que la perte de sommeil modifie l’équilibre entre la leptine et la ghréline, les deux hormones qui contrôlent la faim et l’alimentation, explique la Dre Rohrscheib. Chez les personnes privées de sommeil, les niveaux de ghréline, l’hormone qui donne la sensation de faim, sont beaucoup élevés, et les niveaux de leptine, l’hormone qui donne la sensation de satiété, beaucoup plus faibles. Cela signifie que les personnes qui manquent régulièrement de sommeil sont plus susceptibles d’avoir faim et de consommer davantage de calories. »

Elle ajoute que d’autres recherches montrent que les adultes privés de sommeil consomment en moyenne plus de calories par jour que les adultes qui dorment suffisamment. En outre, la perte de sommeil est associée à une envie plus forte d’aliments riches en calories.

« La perte de sommeil peut également réduire la capacité de votre corps de perdre du poids efficacement, révèle-t-elle. Des études ont montré que même lorsqu’elles suivent un régime hypocalorique, les personnes privées de sommeil perdent 55 % de moins de poids sous forme de graisse que les personnes qui suivent le même régime mais dorment suffisamment. »

La perte de sommeil chronique affecte également d’autres aspects de la santé, poursuit la Dre Rohrscheib. Elle augmente le risque de maladies chroniques, comme les maladies du cœur, le cancer ou le diabète, et a des effets négatifs sur la santé mentale.

Comment savoir si un trouble perturbe votre sommeil?

« La plupart des gens savent si leur sommeil est perturbé, parce qu’ils se sentent somnolents pendant la journée, explique la Dre Rohrscheib. Il peut être difficile de déterminer la cause de la perte de sommeil et de savoir si un spécialiste devrait vous évaluer pour déterminer si vous avez un trouble du sommeil. »

Voici quelques éléments à surveiller, mais en fin de compte, si la qualité de votre sommeil vous préoccupe, il est préférable d’en parler à votre médecin.

« Les personnes souffrant d’insomnie ont des difficultés constantes à s’endormir en moins de 30 minutes ou se réveillent plusieurs fois pendant la nuit et sont incapables de se rendormir rapidement, » révèle la Dre Rohrscheib.

Les personnes atteintes d’AOS ont souvent une somnolence diurne excessive, quelle que soit la durée de leur sommeil. Leur partenaire peut remarquer qu’elles cessent momentanément de respirer pendant la nuit. Jusqu’à 95 % des personnes souffrant d’AOS ronflent, et bon nombre d’entre elles se plaignent de maux de tête matinaux et de maux de gorge chroniques. »

La narcolepsie, en revanche, est beaucoup plus difficile à diagnostiquer, affirme la Dre Rohrscheib. « Les personnes atteintes de narcolepsie de type I souffrent généralement de cataplexie, ou d’une faiblesse musculaire extrême, qui fait que la personne concernée s’effondre et s’endort sur place. La narcolepsie de type II ne comporte pas de cataplexie, et le principal signe est une somnolence diurne extrême et de longues périodes de sommeil. »

Le syndrome des jambes sans repos est facile à reconnaître, ajoute-t-elle, car il provoque une sensation extrêmement inconfortable dans les jambes et parfois les bras lorsqu’on essaie de s’endormir. « La plupart des personnes rapportent que le SJSR n’est soulagé que par un mouvement constant des membres. »

Le trouble du comportement en sommeil paradoxal, dit-elle, est presque toujours remarqué en premier lieu par le partenaire de la personne qui en est atteinte. Les signes peuvent être minimes, comme un bavardage excessif pendant le sommeil, ou plus spectaculaires, comme le somnambulisme ou le fait de se débattre pendant le sommeil.

« Si vous souffrez d’une perte de sommeil chronique ou d’une somnolence diurne excessive sans raison [apparente], conclut la Dre Rohrscheib, vous devriez demander à votre médecin de vous diriger vers un spécialiste du sommeil pour qu’il vous évalue. »