Épanouissement

Redécouvrir la sérénité

Une fin de semaine de réflexion a permis à cette rédactrice new-yorkaise de se ressourcer, de faire le point et de renouer avec elle-même.

 

J’ai réglé mon téléphone en mode silencieux dès que j’ai monté dans l’autobus en partance de Manhattan, et je me suis jurée de ne pas vérifier mes courriels pendant quatre jours. Même ma mère ne connaissait pas le numéro de téléphone de ma destination. Mon but? Me détacher de mon univers pour la première fois depuis des années pour pouvoir renouer avec moi-même.

La technologie nous connecte, mais elle peut aussi nous isoler, et je le sentais tous les jours. D’une part, sans échange de textos, je ne saurais pas ce que font mes amis. Par contre, avec cette connexion de haute technologie, il est difficile de tout fermer et de prendre le temps d’établir des rapports sérieux avec les gens qui sont en face de vous. Il en existe des preuves scientifiques : selon des recherches effectuées par l’université Humboldt de Berlin, le fait de voir les activités des autres sur les médias sociaux peut mener à la jalousie, à un dépassement social et même à des sentiments de souffrance et de solitude. D’autre part, une étude de la University of Maryland a révélé qu’il était moins probable que les gens participent à des activités « prosociales » comme le bénévolat immédiatement après avoir utilisé leur téléphone cellulaire. Je me débranchais pour découvrir ce qui manquait dans ma vie.

Le Camp Towanda se trouve dans la forêt de la campagne du nord-est de la Pennsylvanie, à plus de deux heures (et au même nombre d’années-lumières sur le plan psychologique) de New York, et je m’y rendais pour le Soul Camp, une retraite de quatre jours. C’est un peu comme un camp pour adultes : pas d’Internet, pas de stress, mais des tas d’activités et de gens de même esprit qui suivent un horaire chargé comprenant des exercices de respiration, des lectures angéliques, de la danse, du yoga, et les Soulympics (« Olympiques de l’âme », une « guerre des couleurs » où des équipes se mesurent lors d’événements comme la souque à la corde et une compétition de méditation). L’un des buts de l’événement est de « créer un environnement qui permet aux participants de laisser leur routine de côté, donc de découvrir une partie d’eux-mêmes qu’ils peuvent avoir oubliée », explique Alison Leipzig, l’une des cofondatrices de Soul Camp.

Une retraite pour aller de l’avant

J’ai découvert qu’il existe de nombreuses occasions de faire une pause semblable. Pendant mes recherches sur l’endroit où je voulais aller, j’ai découvert qu’il existe une retraite pour pratiquement tout intérêt de bien-être : relaxation profonde, ressourcement spirituel, méditation, santé et guérison, yoga, créativité, et plus encore. Elles peuvent être structurées (ou non), confessionnelles (ou non), en groupe (ou solo)—il y en a pour tous les goûts. Certaines ont lieu dans des camps éloignés comme Towanda ou même des monastères, d’autres dans des spas et des gîtes touristiques offrant toutes les commodités.

Le Soul Camp m’a apporté tout ce que je souhaitais : un espace pour oublier la technologie, me concentrer sur moi-même, essayer de nouvelles choses—de l’alimentation végétale à un entraînement de style militaire—et révéler des épisodes de ma vie que je n’avais jamais racontés. Ça m’a libérée de raconter aux autres campeurs les détails de la lutte que j’ai menée toute ma vie pour contrôler mon poids. Je suis restée debout tard à commérer avec les filles dans nos lits de camp et j’ai révélé encore plus de choses sur moi-même. Les choses profondes que je trouvais si faciles à cacher aux autres personnes de ma vie quotidienne sortaient de ma bouche sans problème. Après le camp, je suis rentrée chez moi rafraîchie, plus équilibrée. Le mieux dans tout cela? J’ai découvert un nouveau réseau de personnes qui ont continué de m’inspirer et de m’appuyer bien après le camp.

Je sais qu’il n’est jamais facile de s’évader, surtout seul. Mais voici la leçon la plus importante que j’ai tirée de ma retraite : tu t’es déjà accordé la priorité, tout simplement en t’y rendant. Maintenant, profite de l’occasion de faire de la fin de semaine exactement ce dont tu as besoin.

Trouvez votre lieu de bonheur

Il y a des retraites partout et il est facile d’en trouver une qui vous convient.

Les sites de recherche de retraites vous permettent d’examiner des centaines de possibilités, par région, état, pays (pourquoi pas la Suède?), coût, type, installations et même des critères particuliers comme le genre de nourriture qu’on y sert et l’acceptation des animaux de compagnie. Allez consulter les sites retreatfinder.com ou retreatsonline.com.