Raquette 101

Un guide pour faire les premiers pas.

La raquette est une ancienne pratique qui a évolué, passant d’un mode de transport nécessaire et d’un outil de survie à une activité que nous pouvons également faire pour le plaisir et l’exercice.

Selon la Fiducie du patrimoine ontarien, les raquettes ont commencé à être utilisées il y a entre 10 000 et 16 000 ans. On croit qu’elles sont arrivées au Canada il y a près de 10 000 ans lorsque d’anciens peuples sont partis de l’est de la Sibérie et ont traversé le détroit de Béring. En 1608, Samuel de Champlain fut le premier à fournir une attestation écrite que les membres des Premières nations utilisaient des raquettes.

D’après l’information figurant sur le site Web du Conseil tribal de la nation algonquine Anishinabeg, chaque Première nation possède sa propre méthode ancestrale pour fabriquer des raquettes en fonction du type de terrain sur lequel les gens se déplaçaient dans la région. Les raquettes traditionnelles algonquines, par exemple, sont allongées et recourbées en avant.

Alors, par où devez-vous commencer si vous voulez essayer cette activité hivernale millénaire? Nous avons demandé conseil à des gens qui en font depuis longtemps.

« La raquette a commencé à devenir populaire parce que c’était une façon de renouer avec notre monde naturel », affirme Paul Lapierre, un guide de montagne patrimonial au Fairmont Chateau Lake Louise en Alberta.

 

« C’est une activité à faible impact qui est très abordable (aucun billet de remontée nécessaire, pas de foules) et que les grands-parents et les petits-enfants peuvent faire ensemble », ajoute-t-il.

 

En effet, la raquette nécessite une courte période d’apprentissage.

« Je dis à mes invités que s’ils peuvent marcher, ils peuvent faire de raquette – vous n’avez qu’à plier les genoux », explique M. Lapierre.

 

Que devez-vous savoir?

 

« Cela peut être aussi facile ou difficile que vous le souhaitez », fait remarquer Dwayne Sandall, un entraîneur de course pour Trail Run Manitoba, qui a commencé à faire de la raquette il y a environ 12 ans parce qu’il voulait varier ses activités d’hiver.

 

« Attendez-vous à transpirer davantage qu’en marchant », ajoute M. Sandall, précisant que marcher dans des raquettes est une expérience plus lourde que la marche ordinaire, car cela exige que vous leviez vos jambes davantage, particulièrement s’il y a beaucoup de refoulement de neige folle.

 

Comme pour toute activité hivernale, M. Sandall rappelle qu’il est important de s’habiller en couches et de « pouvoir s’ajuster en cours de route ». Tenez compte de la température et du vent, qui détermineront à quel point vous devrez vous habiller chaudement et porter une couche de vêtement que vous pouvez facilement ouvrir ou enlever si vous devez évacuer de la chaleur. Assurez-vous que vos pieds sont confortables, au chaud et au sec. M. Sandall souligne qu’il est essentiel de ne pas avoir de neige dans vos chaussettes.

 

À quel endroit et à quel moment pouvez-vous en faire?

 

Une semaine après une nouvelle chute de neige est un bon moment pour aller faire de la raquette, car vous ne devriez enfoncer que de quelques centimètres. Avant cela, M. Lapierre indique qu’il se peut que la neige fraîche contienne trop d’air et ait besoin de se déposer.

 

Pour ce qui est des endroits, M. Sandall suggère les parcs provinciaux, qui ont souvent des sentiers entretenus, et les terrains de golf, qui sont parfois ouverts durant l’hiver pour des activités comme la raquette.
 

M. Lapierre recommande de choisir un endroit qui vous mènera à de la neige vierge. « Il y a quelque chose de tellement satisfaisant de quitter ses propres traces pour aller dans de la neige fraîche. »

 

« Certains de mes endroits préférés sont des sentiers longeant les rives des lacs pour la vue qu’ils offrent », ajoute-t-il.

 

De quel matériel avez-vous besoin?

 

M. Sandall estime que Mountain Equipment Co-op est un bon endroit pour commencer à magasiner des raquettes, car cette entreprise a un programme de location d’équipement qui vous donne la possibilité d’essayer des raquettes sans engagement. Les boutiques de skis et de vélos sont également des endroits où vous pouvez trouver des raquettes et même Canadian Tire et Costco proposent des produits abordables.

 

Des bâtons ajustables dotés de grandes rondelles peuvent aussi vous aider à garder votre équilibre pendant que vous vous habituez à porter vos raquettes, particulièrement celles qui sont larges, estime M. Lapierre, qui aime également fabriquer ses propres raquettes. « Ils vous aident aussi à vous relever quand vous êtes dans la poudreuse profonde et que vous trouvez que vos bras sont trop courts. »

 

M. Sandall croit qu’avoir des bâtons vous offre également « un autre moyen de donner des petits coups et de tester », particulièrement dans les endroits où vous ne savez pas ce qui se trouve sous la neige.

 

De plus, il recommande d’apporter un petit sac à dos et une bouteille d’eau isotherme, surtout si vous partez pour plus d’une heure.

 

M. Lapierre suggère d’apporter un guide de terrain pour vous aider à identifier les traces d’animaux que vous pourriez observer.

 

Pour ce qui est des raquettes comme telles, M. Sandall précise que les raquettes traditionnelles en bois peuvent être difficiles à trouver dans des magasins. Les raquettes modernes sont habituellement faites en toile et munies d’un cadre en aluminium ou en titane. La taille moyenne est neuf pouces de large par 32 pouces de long, mais elles viennent en plusieurs tailles. M. Sandall, par exemple, utilise une paire de 20 cm x 64 cm (8 po x 25 po) pour courir (oui, il est possible de courir en raquettes) et une paire de 20 cm x 76 cm (8 po x 30 po) pour faire de la randonnée. Plus les raquettes sont grandes, plus vous allez « flotter » ou moins vous allez vous enfoncer dans la neige poudreuse. Cependant, les raquettes plus grandes sont également plus lourdes, alors vous devrez les essayer pour voir si vous les trouvez confortables.

 

L’une des erreurs que les débutants font souvent, a remarqué M. Lapierre, est de commencer avec des raquettes trop petites. « Tout repose sur la distribution du poids sur le dessus de l’accumulation de neige. Pensez à un lièvre : son petit corps et ses grands pieds lui permettent de rester au-dessus de la neige. »

M. Sandall recommande également de s’assurer que les fixations sur vos raquettes sont confortables. La plupart des raquettes ont un embout à l’avant et une courroie derrière le talon. Il conseille d’éviter les raquettes qui ont trop de gadgets et d’opter plutôt pour des attaches simples et solides – c’est tout ce qu’il vous faut.

 

Le conseil le plus important que M. Sandall peut vous donner lorsque vous magasinez pour des raquettes est toutefois d’apporter une paire de gants au magasin.

 

« Mettez vos gants et essayez d’ajuster les raquettes », propose-t-il. « Cela peut sembler ridicule, mais la dernière chose que vous voulez est de vous battre avec vos raquettes dans le froid avec vos mains nues. »
 

Une fois sur place, M. Lapierre conseille d’adopter un rythme avec lequel vous êtes à l’aise. Et ne vous en faites pas si vous trébuchez. Il dit que tomber et faire des anges dans la neige font partie du plaisir.

 

« Il s’agit de l’une des activités hivernales les plus accessibles », ajoute M. Sandall, comparable à simplement être dehors ou faire de la luge. Il n’y a pas de technique difficile à apprendre comme pour d’autres activités hivernales comme le ski. « C’est plutôt simple et facile », conclut-il. « C’est de la marche. »