Que sont les fibromes utérins? Voici tout ce que vous devez savoir

Vous trouverez ci-dessous un guide approfondi des symptômes, des causes et des traitements des fibromes utérins, ainsi que des conseils concrets d’un membre de WW pour vous aider à vous sentir au mieux de votre forme.

Au début, Millie Peartree pensait que sa fatigue chronique et ses règles abondantes étaient simplement liés au vieillissement. « Je pensais que c’était juste le cycle de la vie », raconte la chef de 39 ans à WW. Un examen échographique recommandé par son médecin en 2006 a révélé une réalité plus surprenante. « On m’a dit que j’avais des fibromes utérins et que j’avais besoin d’un suivi », explique-t-elle. « Honnêtement, à l’époque, je ne connaissais pas très bien les fibromes utérins. »

Il s’agit d’une situation à laquelle plusieurs peuvent s’identifier, étant donné que de nombreuses personnes ne connaissent pas les fibromes utérins avant d’en avoir reçu le diagnostic – en partie parce que ces tumeurs bénignes ne constituent pas exactement un grand sujet de conversation lors d’un brunch (« Voulez-vous que l’on partage les bâtonnets de pain doré tout en discutant de la santé de l’utérus? »). Cela ne signifie pas que les fibromes utérins apparaissent rarement. En fait, une étude portant sur plus de 1 300 femmes a révélé que de 70 % à 80 % des sujets développaient des fibromes utérins avant l’âge de 50 ans. Vous trouverez ci-dessous un guide fondé sur la science portant sur la gestion des fibromes utérins, ainsi que d’autres renseignements fournis par Mme Peartree, partenaire de WW, sur les stratégies qu’elle utilise au quotidien pour favoriser sa santé.

Que sont les fibromes utérins?

Situés dans la paroi musculaire de l’utérus et autour de celle-ci, les fibromes utérins sont généralement décrits comme des tumeurs non cancéreuses dont la taille varie de celle d’un pépin de pomme à celle d’un pamplemousse. « Les fibromes utérins apparaissent lorsque les fibres musculaires se regroupent et forment des amas solides », explique Adeeti Gupta, M.D., obstétricienne-gynécologue certifiée et fondatrice de Walk In GYN Care. Également connus sous le nom de « léiomyome » ou simplement de « myome », les fibromes utérins peuvent apparaître seuls ou en amas.

Bien que le mot « tumeur » puisse être troublant, gardez ceci en tête : les fibromes utérins sont presque toujours bénins, et il n’y a aucune preuve que les fibromes utérins bénins puissent se transformer en cancer. Dans de rares cas, des fibromes utérins cancéreux peuvent se former avec une forme de cancer connue sous le nom de « léiomyosarcome ». Malgré cela, les fibromes utérins bénins sont 1 000 fois plus nombreux que ceux qui sont cancéreux.

Les fibromes utérins sont plus susceptibles de se développer dans la quarantaine et au début de la cinquantaine, mais il ne s’agit pas d’une règle absolue. Reflétant l’expérience de nombreuses autres femmes noires, Mme Peartree indique qu’elle a été diagnostiquée alors qu’elle était dans la mi-vingtaine. Nous explorerons davantage les facteurs de risque un peu plus loin dans l’article.

Les types de fibromes utérins

Les fibromes utérins ne sont pas tous comparables. Les experts en santé classent les excroissances selon cinq types principaux en fonction de leur emplacement et de leur composition.

  • Fibromes utérins intramuraux : ils se forment dans la paroi musculaire de l’utérus
  • Fibromes utérins sous-séreux : ils se forment sur la couche musculaire externe de l’utérus
  • Fibromes utérins sous-muqueux : ils se forment dans la paroi interne de l’utérus
  • Fibromes utérins pédiculés : ils sont attachés à l’utérus par une tige (imaginez un fibrome en forme de fleur)
  • Fibromes utérins calcifiés : il s’agit du stade final pour les quatre types précédents, lorsque les cellules sont mortes et lorsqu’elles ont durci

« Les deux types les plus courants sont les fibromes utérins intramuraux et sous-séreux, mais le type sous-muqueux peut entraîner le plus de complications », explique Lucky Sekhon, M.D., obstétricienne-gynécologue certifiée et endocrinologue de la reproduction certifiée travaillant pour Reproductive Medical Associates of New York. « C’est parce que les fibromes utérins sous-muqueux peuvent entraîner des problèmes de fertilité ou de grossesse. »

Quelles sont les causes des fibromes utérins?

Bien que les scientifiques n’aient pas encore identifié les causes exactes des fibromes utérins, les recherches suggèrent que certaines hormones jouent probablement un rôle dans leur formation. « Les fibromes utérins peuvent se former en réponse à la stimulation des hormones ovariennes (œstrogène et progestérone). Ils peuvent donc augmenter de taille tout au long de la période où une personne est en âge de procréer », explique la Dre Sekhon. Cela signifie qu’un fibrome utérin peut grossir lentement pendant plusieurs décennies. Les personnes appartenant à certains groupes peuvent courir un plus grand risque de développer des fibromes utérins. Voici quelques facteurs qui pourraient augmenter ce risque :

  • L’hérédité : certains facteurs génétiques héréditaires sont liés à la croissance des fibromes utérins. « Les gens sont plus susceptibles d’avoir des fibromes utérins si d’autres membres de leur famille en ont », mentionne la Dre Sekhon.
  • L’origine ethnique : bien que les personnes de toute origine ethnique puissent développer des fibromes utérins, les recherches suggèrent que la population noire est la plus touchée. Une chose est sûre : les personnes de ce groupe sont plus susceptibles de développer des fibromes utérins, et ce, généralement à un âge plus précoce et avec des symptômes plus graves.
  • Les antécédents liés à la grossesse : les personnes qui n’ont pas été enceintes et porté un fœtus pendant 24 semaines ou plus pourraient être plus susceptibles de développer des fibromes utérins que celles qui l’ont été. Une personne qui tombe enceinte pour la première fois après l’âge de 30 ans peut être moins protégée que si la grossesse était survenue plus tôt dans sa vie.
  • Le poids : les recherches ont trouvé un lien entre l’incidence des fibromes utérins et un poids corporel plus élevé. « Un taux de graisse corporelle élevé augmente la quantité d’œstrogènes qui circulent dans l’organisme, ce qui pourrait stimuler la croissance des fibromes utérins », souligne la Dre Sekhon.
  • Une carence en vitamine D : les carences de ce nutriment largement sous-consommé peuvent augmenter le risque de formation de fibromes utérins. Cela peut également expliquer en partie l’incidence plus élevée des fibromes utérins chez les adultes noirs, qui ont tendance à avoir des niveaux de vitamine D3 plus faibles que les personnes à la peau plus claire.
Quels sont les symptômes des fibromes utérins?

Alors que de nombreux fibromes utérins sont asymptomatiques (c’est-à-dire que vous ne vous rendez pas compte que vous en avez), environ 30 % à 40 % de ceux-ci présentent des symptômes. Grâce à son diagnostic, Mme Peartree a pu faire le lien avec d’autres symptômes qu’elle avait ressentis, comme des vertiges dus à une carence en fer. « J’ai découvert que l’anémie est un autre symptôme des fibromes utérins », indique-t-elle.

Les symptômes dépendent généralement de l’emplacement, du nombre et de la taille des fibromes utérins, décrit la Dre Sekhon, et peuvent inclure les éléments suivants :

  • des saignements menstruels abondants;
  • de l’anémie;
  • des douleurs menstruelles intenses (dysménorrhée);
  • un dysfonctionnement des intestins et de la vessie dû à la pression;
  • une déformation abdominale;
  • une douleur pelvienne;
  • l’infertilité;
  • les fausses couches récurrentes.

En ce qui concerne le lien avec l’infertilité, la Dre Sekhon explique que les fibromes utérins peuvent bloquer l’entrée des spermatozoïdes dans les trompes de Fallope, altérer le flux sanguin allant vers la cavité utérine, déformer la cavité utérine et réduire la surface d’implantation d’un embryon. Quant à la perte de grossesse, « si les fibromes utérins se trouvent dans la paroi interne ou sont suffisamment gros pour déformer la cavité, ils peuvent également augmenter le risque de fausse couche », dit-elle.

Les fibromes utérins peuvent-ils entraîner une prise de poids?

Dans la plupart des cas, les fibromes utérins n’entraînent pas de changements importants sur la balance – du moins pas directement. « Si les fibromes utérins sont suffisamment gros, ils peuvent augmenter la taille et le poids de l’utérus », précise la Dre Sekhon, mais elle ajoute rapidement que les fibromes utérins devraient être exceptionnellement gros ou nombreux pour ajouter ne serait-ce qu’une livre supplémentaire.

L’un des liens possibles entre les fibromes utérins et la prise de poids est qu’ils peuvent perturber la routine d’entraînement : vous n’avez pas vraiment envie d’effectuer une séance sur un tapis roulant lorsque vous ressentez des crampes ou des douleurs pelviennes. En outre, les règles abondantes provoquées par certains fibromes utérins peuvent saper la force de quelqu’un. « L’anémie associée à des règles abondantes peut entraîner une faiblesse, et donc une activité physique moindre », explique la Dre Sekhon.

Comment les fibromes utérins sont-ils diagnostiqués?

Si vous ressentez des symptômes liés à un fibrome utérin, votre médecin peut effectuer un examen pelvien ou vous envoyer passer une échographie pour évaluer la taille, l’emplacement et le nombre de fibromes dans votre utérus. Votre médecin peut également exiger une échographie pour rechercher des fibromes utérins si vous avez des difficultés à concevoir un enfant. Dans ces cas-là, « nous évaluons la cavité utérine pour nous assurer qu’elle est bien lisse, et si nous trouvons des fibromes utérins sous-muqueux, nous recommandons de les enlever », relève la Dre Sekhon.

Cependant, comme ils sont souvent asymptomatiques, de nombreux fibromes utérins passent inaperçus ou ne sont découverts que lorsqu’une échographie est effectuée pendant la grossesse.

Les façons de traiter les fibromes utérins

Vous n’avez probablement pas besoin de faire quoi que ce soit concernant les fibromes utérins, à moins qu’ils n’interfèrent avec votre vie. « Ils ne doivent être retirés ou traités que s’ils sont suffisamment gros pour provoquer des symptômes, comme l’incapacité d’uriner ou la constipation », précise la Dre Gupta. Toutefois, plusieurs options s’offrent à vous si vous ressentez des symptômes ou si vous avez un fibrome utérin sous-muqueux qui pourrait potentiellement compliquer une future grossesse.

Selon Mme Peartree, une conversation continue avec son médecin a été essentielle pour déterminer les meilleures approches à différents moments de son parcours associé aux fibromes utérins. « Mon obstétricien-gynécologue est la personne la plus gentille et le premier médecin qui a pris le temps de m’expliquer ce que sont les fibromes utérins et l’importance du mieux-être », indique-t-elle. « Au moment de mon diagnostic, une option qui m’a été présentée était de ne pas toucher aux fibromes utérins et de me faire opérer s’ils grossissaient, ce qui a été la voie que j’ai décidé de suivre. »

Pour les patients faisant partie de ce groupe, la gestion des symptômes est le principal objectif. Cela peut impliquer des mesures telles que la prise d’un anti-inflammatoire non stéroïdien (AINS) pendant les périodes où la douleur se fait sentir. Certaines personnes trouvent également utiles les approches hormonales telles que les contraceptifs oraux (c’est-à-dire les pilules contraceptives) ou les dispositifs intra-utérins progestatifs. « Ces approches peuvent ralentir ou empêcher la croissance des fibromes utérins en réduisant le nombre d’hormones stimulées par les ovaires », précise la Dre Sekhon.

Pour les cas plus graves ou récurrents, ainsi que pour les fibromes utérins sous-muqueux (quelle que soit leur ampleur), votre médecin peut vous conseiller l’un des procédés qui existent.

  • L’embolisation de l’artère utérine : Ce procédé, généralement réalisé sous anesthésie locale par un radiologue, utilise des microparticules afin de bloquer les vaisseaux sanguins qui alimentent les fibromes utérins. Cela « peut aider à réduire les fibromes utérins au fil du temps et à atténuer leurs symptômes », souligne la Dre Sekhon. Veuillez noter que l’embolisation de l’artère utérine peut augmenter le risque de complications futures liées à une grossesse, car elle limite le flux sanguin allant vers l’utérus.
  • La myomectomie : il s’agit d’une intervention chirurgicale plus invasive qui épargne l’utérus et où on enlève uniquement le tissu tumoral. « Un fibrome utérin peut être retiré de l’utérus de manière ciblée », mentionne la Dre Sekhon. Les fibromes peuvent parfois réapparaître après une myomectomie.
  • L’hystérectomie : cette intervention chirurgicale consiste à retirer l’utérus et est généralement réservée aux personnes qui ont des fibromes utérins graves et qui ne sont pas préoccupées par leur fertilité. Environ 600 000 hystérectomies sont pratiquées chaque année aux États-Unis, les fibromes utérins en étant la principale raison. Si les hystérectomies sont largement considérées comme étant sûres, elles présentent tout de même les risques habituels qui peuvent être associés à une intervention chirurgicale majeure, tels que l’infection et la perte sanguine.

Les fibromes utérins de Mme Peartree ont fini par grossir avec le temps. Depuis, elle a choisi de subir deux interventions chirurgicales pour les enlever. En parlant avec WW alors qu’elle se remettait de la dernière intervention, en juin 2021, Mme Peartree déclare : « Tout compte fait, je me sens bien. Parfois, je suis très essoufflée et je ressens des douleurs, mais je comprends que cela fait partie du processus. Il y a eu des moments où mon corps a dû me dire de m’arrêter et de ralentir, car j’essayais d’en faire un peu trop, trop tôt. Cela ne me dérange pas de prendre une pause lorsque j’en ai vraiment besoin. »

L’alimentation et le mode de vie peuvent-ils avoir une incidence sur les fibromes utérins?

Un diagnostic de fibromes utérins ne représente généralement pas une raison pour manger ou éviter des aliments en particulier. Pour l’instant, peu de recherches permettent d’affirmer qu’un aliment en particulier peut atténuer ou aggraver ces excroissances utérines. Une seule étude a établi un lien entre une consommation élevée d’un certain aliment – la viande rouge, en l’occurrence – et une probabilité accrue de développer des fibromes utérins.

Néanmoins, la Dre Gupta affirme qu’une alimentation saine globale peut réduire le risque de maladies chroniques en général et vous aider à maintenir un poids santé. Cela signifie qu’il faut consommer beaucoup de fruits, de légumes et d’autres aliments complets riches en nutriments, et éviter les sucres ajoutés, le sodium, les gras saturés et les cocktails alcoolisés.

D’après les recherches suggérant un lien entre l’activité physique et la diminution de l’incidence des fibromes utérins chez les femmes préménopausées, Mme Peartree s’est efforcée de trouver un type d’exercice qu’elle pouvait réaliser. Les séances de gymnastique aquatique et de yoga Bikram qu’elle a essayées étaient amusantes, mais ne répondaient pas tout à fait à ses besoins. « J’ai découvert que la marche est ce qui me convient le mieux », affirme Mme Peartree. « Lorsque mes fibromes utérins sont revenus [entre les interventions chirurgicales], la douleur a augmenté. La marche est une forme d’exercice moins éprouvante pour mon corps et a un effet positif sur ma santé mentale. Cela me permet de décompresser mentalement et de faire de l’exercice pendant de plus longues périodes. »

Par ailleurs, Mme Peartree signale également que la gestion du stress dans tous les domaines de sa vie l’a aidée à atténuer les poussées de douleur liées aux fibromes utérins. « J’avais besoin d’apporter un changement et d’accorder la priorité à ma santé : j’ai gardé mes distances avec des personnes et des choses qui me stressaient, j’ai diminué le nombre de projets que j’ai entrepris et j’ai appris à m’éloigner des projets qui n’étaient pas propices à mon bien-être », dit-elle. « Votre cœur, votre instinct et votre âme ont tous des moyens de communiquer avec vous. »

Le fin mot de l’histoire : les fibromes utérins sont courants et les expériences varient

Dans de nombreux cas, les fibromes utérins ne provoquent aucun symptôme et ne nécessitent aucun traitement médical. Si cela décrit votre situation, vous pourriez même oublier que vous avez des fibromes utérins! Toutefois, vous devez absolument consulter un médecin si vous présentez des symptômes tels que des règles inhabituellement abondantes, des crampes mensuelles intenses, des douleurs pelviennes ou des difficultés à concevoir.

Mme Peartree est heureuse d’avoir parlé de ses propres symptômes, d’avoir cherché un traitement et d’avoir accordé la priorité à son bien-être. « Lorsqu’il est question de santé, être “égoïste” est la chose la plus importante que vous puissiez faire », déclare-t-elle. « Une partie de ce parcours consiste à prendre du temps pour soi, à savoir quand prendre une pause et à ne pas être gêné de communiquer ce qui se passe dans son propre corps. »

--

Deanna Pai est une journaliste indépendante en santé et en mode de vie. Ses articles ont été publiés dans Vogue, Cosmopolitan, Women’s Health, Self, Glamour et plus encore.

--

L’exactitude de cet article a été vérifiée en juillet 2021 par Christi Smith, M. Sc., certifiée CSCS, chef adjointe de la traduction scientifique de WW. L’équipe scientifique de WW est un groupe d’experts qui veille à ce que toutes nos solutions soient fondées sur les meilleures recherches possibles.