« Quand le cancer du sein est revenu, j’ai trouvé la force dans des choix que je pouvais contrôler »

Nicole F., 35 ans, a reçu un diagnostic de cancer du sein en 2016 et en 2020. Elle est en rémission depuis janvier 2021.

Comme raconté à Katerina Gkionis

C’est en mai 2020 qu’une mammographie de routine a révélé une petite tache sur mon sein gauche. Bien que je ne suis que dans la trentaine, j’étais déjà passée par là, ayant survécu à un cancer du sein de stade II en 2016. Cette fois-ci, il s’agissait d’un cancer du sein triple négatif de stade I, un sous-type agressif. La nouvelle m’a durement affectée. En plus de faire face à la pandémie de COVID-19 et de planifier un mariage pour le mois de septembre, je devais maintenant faire face à une récidive du cancer.

L’état d’esprit qui m’a aidé à le gérer : mon oncologue m’a expliqué que les options de traitement sont limitées pour le cancer du sein triple négatif. Et s’il revient, il a plus de chances de se propager que les autres types. Donc, même si le cancer n’a été trouvé que d’un côté, j’ai accepté une mastectomie bilatérale. J’aurais aussi besoin de quatre à six cycles de chimio.

Je devais bénéficier d’une reconstruction immédiate avec l’opération, mais une semaine avant la procédure combinée, mon chirurgien plasticien a dû commencer une quarantaine. Tous ces bouleversements auraient pu me décourager. Heureusement, mon réseau de soutien – ma famille, mes amis et celui qui est devenu mon mari – m’a entouré et m’a aidé à me concentrer sur les aspects positifs : j’étais aimée. Le cancer a été détecté tôt. Je pouvais encore reconnaître les choses positives qui se passaient dans ma vie.

Ma reconstruction ayant été reportée en février 2022, j’ai célébré ma fête prénuptiale – c’était dans une salle intérieure remplie à 50 % où tout le monde portait un masque – puis j’ai subi une double mastectomie deux jours plus tard.

Pourquoi un soutien supplémentaire était essentiel : j’ai eu des symptômes de stress post-traumatique après mon premier combat contre le cancer et cette récidive m’a fait revivre ces sentiments. J’ai rejoint un groupe de soutien en ligne pour les survivantes du cancer du sein et les « prévivantes » – celles qui ont choisi de prendre des mesures préventives parce qu’elles ont une mutation génétique. Lors de ma première réunion, j’ai entendu le témoignage d’une femme qui avait été diagnostiquée à mon âge et qui n’avait plus de cancer depuis 12 ans. Son histoire m’a donné de l’espoir. J’ai aussi commencé à parler avec un thérapeute toutes les deux ou trois semaines, ce qui m’a aidée à surmonter les problèmes d’image corporelle liés à mon opération.

Le plus beau cadeau de mariage : alors que mon mariage d’automne approchait à grands pas, mon oncologue m’a donné de merveilleuses nouvelles. Mes scintigraphies osseuses et mes tomodensitogrammes ont confirmé que le cancer ne s’était pas propagé, et j’ai donc pu reporter mes traitements de chimiothérapie jusqu’après le jour de mariage.

Nous avons dû changer de salle 44 jours avant le grand jour à cause des restrictions et nous avons eu un magnifique mariage à l’extérieur sous une immense tente. Le jour de mon mariage a été merveilleux. La robe était très bien ajustée. J’aimais mes cheveux – ils avaient pris quatre ans pour repousser! – et je me sentais très bien.

Certaines personnes partent en lune de miel pour une semaine après leur mariage. Moi? J’ai immédiatement commencé la chimio, en portant un casque réfrigérant pour aider à prévenir la perte de cheveux. Ma fille et ma belle-fille avaient 7 et 10 ans – bien assez âgées pour remarquer les changements dans mon apparence – et je ne voulais pas les inquiéter. De septembre 2020 à janvier 2021, maman allait chez le médecin, c’est tout ce qu’elles avaient besoin de savoir.

Comment les choix sains m’ont aidée : ce que j’ai appris de ma double expérience du cancer, c’est que je me sens plus heureuse et plus en contrôle lorsque je fais tout ce que je peux pour préserver ma santé. Comme beaucoup de survivantes, je suis un plan de nutrition développé par mon équipe médicale. Il met l’accent sur les aliments nutritifs tout en réduisant des éléments comme le sucre ajouté. En tant que membre à vie de WW depuis 2016, j’adore cette approche! Le programme m’a toujours encouragé à manger des fruits, des légumes et des aliments riches en protéines.

Mon traitement en cours comprend deux médicaments : des inhibiteurs de l’aromatase et des injections d’inhibition de l’activité ovarienne, qui provoquent tous deux la ménopause. Mon niveau d’énergie et la solidité de mes os ne sont plus ce qu’ils étaient, alors j’ai fait des modifications pour rester active. La marche est devenue très thérapeutique, et j’essaie de parcourir quelques kilomètres chaque semaine. J’ai également intégré des exercices de musculation à ma routine pour renforcer mes os, en utilisant des poids pour les bras, des bandes de résistance et des cordes.

La gestion de mon stress quotidien est importante pour mon bien-être. Les méditations de l’application WW y contribuent vraiment.

L’exemple que j’espère donner : aujourd’hui, j’encourage tous les gens que je connais à se faire examiner chaque année, à prendre des précautions et à faire un suivi lorsque quelque chose ne va pas. Je veux que ma fille et ma belle-fille comprennent qu’il est important d’être proactif en matière de santé à tous les stades. Je me sens très chanceuse que mon pronostic à long terme soit bon. Je m’efforce de profiter des moments que je passe avec ma famille et de vivre ma vie de la meilleure façon possible dans le moment présent.