Épanouissement

Pourquoi nous devrions essayer de manger davantage sans distractions

Être attentif en mangeant peut constituer la différence entre une faim comblée et une consommation alimentaire incessante. Voici pourquoi.

Manger le souper devant la télé ou en tenant sa fourchette dans une main et son téléphone intelligent dans l’autre est considéré par certains comme un plaisir coupable inoffensif. Cependant, une petite étude réalisée par l’University of Bristol au Royaume-Uni suggère que lorsque nous regardons la télé ou naviguons sur le Web durant nos collations ou repas, nous sommes susceptibles de consommer plus de calories — parfois jusqu’à 100 pour cent plus que ce que nous aurions consommé autrement. Au fil du temps, cela peut donner lieu à des claviers parsemés de miettes et à la prise de poids.

Pourquoi l’exécution d’une multitude de tâches à la fois nous amène-t-elle à manger plus? Des chercheurs ont découvert que plus le nombre de distractions qui nous guettent à l’heure des repas ou des collations est grand, moins nous obtenons de satisfaction de notre consommation alimentaire. Plusieurs distractions (comme la télé, l’ordinateur et le téléphone) sont de type numérique. Par contre, même des activités comme lire un livre ou un journal en mangeant peuvent grandement influer sur les quantités d’aliments que nous consommons.

Les distractions faussent la perception

Il est important de mesurer une portion saine pour tous les repas et collations, mais surtout lorsque nous mangeons en présence de distractions. En voici la raison : si nous nous concentrons sur autre chose que notre nourriture, nous pouvons facilement manquer les indices physiques et visuels signalant que nous avons suffisamment mangé, explique Jeff Brunstrom, PhD, professeur à l’University of Bristol, qui a étudié le sujet. Si cette alarme d’avertissement interne, laquelle peut être déclenchée par le sentiment de satiété de notre ventre et notre perception des quantités que nous avons consommées, ne s’active pas, nous pourrions consommer le double de ce que nous avions prévu au départ.

Imaginons que nous nous installons sur le sofa avec un sac de croustilles. Nous avions peut-être l’intention de ne consommer que quelques poignées de croustilles, mais si notre cerveau est occupé à suivre l’intrigue de notre émission télévisée hebdomadaire préférée, il n’indiquera pas à notre corps qu’il est temps d’arrêter de manger. Donc, nous nous servirons encore et encore jusqu’à ce que nos doigts touchent le fond du sac et nous signalent physiquement de cesser. Nous saurons alors peut-être comment se termine l’épisode, mais nous ne saurons peut-être jamais combien nous avons mangé durant notre séance de visionnement.

Vous souvenez-vous de votre repas le plus récent?

Effectuer plusieurs tâches à l’heure du repas peut nuire à la capacité de notre cerveau d’évaluer précisément les quantités que nous avons consommées et cela pourrait provoquer en nous l’envie d’avoir une collation après le souper lorsque nous passons la soirée sur le sofa. « Nos recherches indiquent que notre souvenir des quantités d’aliments que nous consommons a une incidence sur l’intensité de la faim que nous ressentons plus tard », dit M. Brunstrom. « Dans d’autres études, nous avons montré que distraire les gens alors qu’ils mangent peut avoir un impact sur la création de ces souvenirs et mener ainsi à une plus grande consommation alimentaire durant un repas subséquent. » Par exemple, une étude de M. Brunstrom a révélé que les gens qui jouaient à des jeux vidéo au dîner mangeaient plus tard des collations deux fois plus copieuses que celles consommées par les gens qui s’étaient concentrés sur leur nourriture.

Si les dernières nouvelles sur Facebook retiennent toute notre attention lorsque nous mangeons, notre cerveau n’a pas l’occasion de savourer et d’enregistrer le souvenir du sandwich ou de la salade que nous avons consommés au dîner. Cela veut dire que nous pourrions plus rapidement avoir faim que si nous avions mangé sans distractions. Parce que notre cerveau enregistre de l’information incomplète concernant ce que nous avons mangé, nous pourrions ressentir une faim aiguë à l’approche de notre prochain repas et nous pourrions, par conséquent, manger à l’excès non seulement durant le repas où nous étions distraits, mais aussi durant le repas qui le suit.

L’importance de se concentrer

Lorsque nous nous concentrons sur les aliments que nous consommons, nous les savourons davantage, nous sommes rassasiés plus rapidement et notre appétit est assouvi plus longtemps. Pour engendrer une expérience de repas sans distractions, nous devons nous éloigner de nos gadgets et appareils et mettre en veilleuse notre lecture ou nos travaux administratifs. Mesurons plutôt une portion saine et en mangeant, faisons une pause entre chaque bouchée. Nous aurons alors le temps de goûter vraiment à ce que nous mangeons et notre corps pourra déterminer plus précisément les quantités d’aliments que nous consommons.