Mousse de mer : faut-il croire les rumeurs?

Les amateurs vantent cette forme comestible d’algue rouge et la présentent comme un moyen naturel de perdre du poids, de stimuler la fonction thyroïdienne, etc.

Attention, saumon sauvage, une merveille océanique à la mode s’apprête à vous voler la vedette. La mousse de mer a le vent en poupe en ce moment, les amateurs vantant les mérites de cette macroalgue de couleur rouge et sa capacité en tant que superaliment à stimuler de multiples aspects de la santé. Si vous faites partie des millions de personnes qui explorent maintenant une alimentation à base de plantes, la mousse de mer peut sembler être une étape naturelle pour augmenter votre apport en nutriments.

Selon les affirmations enthousiastes sur les médias sociaux, la mousse de mer est censée réduire les inflammations, aider à perdre du poids, stimuler la fonction thyroïdienne, atténuer les rides de la peau, optimiser la digestion, etc. La science est-elle toutefois en mesure d’appuyer l’engouement suscité par le mot-clic? Examinons de plus près la composition nutritionnelle de la mousse de mer – ainsi que les pour et les contre potentiels de cette plante – ci-dessous.

Qu’est-ce que la mousse de mer?

Cette variété d’algue frisée, également connue sous le nom de mousse d’Irlande, de carraghen ou de Chondrus crispus (son nom scientifique), est depuis longtemps récoltée à des fins commerciales pour le carraghénane, un additif utilisé pour épaissir et conserver les aliments. Vous avez peut-être consommé sans le savoir du carraghénane dérivé de la mousse de mer. Cet ingrédient est régulièrement utilisé dans les crèmes glacées et les laits sans produits laitiers ainsi que dans certains médicaments.

Ces derniers mois, cependant, l’ensemble de la plante a attiré l’attention. Vous pouvez désormais acheter de la mousse de mer séchée entière ou encore broyée sous forme de gélules. La poudre de mousse de mer est également très appréciée, tout comme la forme de gel : les amateurs incorporent ces suppléments alimentaires dans leurs boissons, leurs soupes, leurs bols de céréales et autres. Vous avez peut-être remarqué sur les médias sociaux que des influenceurs en mieux-être affirment ne s’être jamais sentis mieux et n’avoir jamais paru aussi bien, tout cela grâce à leur dose quotidienne en algue de mer.

Des personnes de cultures différentes ont consommé diverses formes d’algues rouges pendant des milliers d’années, y compris pendant la grande famine en Irlande. Quant à savoir toutefois si un supplément quotidien de mousse de mer peut améliorer votre santé, cela est matière à débat.

La mousse de mer est-elle bonne pour vous?

La mousse de mer contient de petites quantités de certains nutriments, notamment du calcium, du magnésium, des fibres et du potassium. Malgré tout, il y a peu de preuves qui démontrent un lien entre les faits nutritionnels de la plante et les bienfaits pour la santé vantés par certains amateurs et fournisseurs.

« La recherche sur les mousses de mer est en essor », déclare Ginger Hultin, M. Sc., diététiste, nutritionniste agréée basée à Seattle et autrice des livres Anti-Inflammatory Diet Meal Prep et How to Eat to Beat Disease Cookbook. « Au sujet de problèmes de santé précis, beaucoup d’études [ont été menées] en laboratoire, sur des animaux ou sur un petit nombre de personnes seulement; il y a donc beaucoup plus à apprendre au fil du temps et des recherches. »

Comme dans le cas de tous les suppléments alimentaires, le Secrétariat américain aux produits alimentaires et pharmaceutiques n’évalue pas la sécurité, la puissance ou l’efficacité des produits à base de mousse de mer avant leur mise sur le marché; il est donc difficile de savoir ce que vous obtenez exactement. Et la plupart des produits à base de mousse de mer ne sont pas donnés : une bouteille de gélules peut coûter 40 $. Avant de vous lancer dans l’exploration de ce produit marin, examinons de plus près les affirmations en matière de santé.

1re affirmation : elle réduit l’inflammation

Les algues rouges contiennent des antioxydants, des substances qui inhibent la détérioration des cellules et peuvent aider à prévenir certaines maladies inflammatoires. Cela dit, beaucoup d’aliments contiennent ces substances. L’antioxydant principal de la mousse de mer, le bêta-carotène, se trouve tout aussi facilement dans les fruits et légumes verts, orange et jaunes, notamment les épinards, les mangues et les carottes. Et même si la mousse de mer possède des propriétés anti-inflammatoires, elle n’est pas une panacée. « Un seul aliment ne suffira pas à réduire l’inflammation; il doit faire partie d’une alimentation anti-inflammatoire », dit Mme Hultin.

2e affirmation : elle améliore la santé intestinale

Il est possible – mais non prouvé – que la consommation de mousse de mer favorise la santé intestinale, déclare Amy Gorin, M. Sc., diététiste, nutritionniste agréée à Stamford, au Connecticut, et propriétaire de Plant-Based Eats. Jusqu’à présent, les scientifiques ont remarqué que les fibres végétales de la mousse de mer peuvent agir comme prébiotiques chez l’humain, c’est-à-dire servir de nourriture aux bactéries saines dans le tube digestif. Il est encore trop tôt toutefois pour parler de bienfaits potentiels. Dans une étude animale, des rats dont le régime alimentaire contenait de la mousse de mer ont connu une augmentation des bactéries intestinales bénéfiques (comme B. breve) et une diminution des bactéries potentiellement dangereuses (comme C. septicum). Les études futures devront déterminer si les gens connaissent des effets similaires et quelles sont les incidences globales sur la santé.

3e affirmation : elle accélère la perte de poids

Toutes les promesses selon lesquelles la mousse de mer fera fondre les kilos sont scientifiquement non fondées, dit Mme Gorin. S’il est vrai que les études en éprouvette de divers composés d’algues ont conclu que certains pouvaient inhiber la croissance des cellules graisseuses et priver les cellules graisseuses d’énergie, aucune étude n’a démontré un effet de perte de poids chez les humains qui prennent de la mousse de mer. Mme Gorin reconnaît que la mousse de mer contient des fibres, ce qui pourrait rendre votre gruau du matin un peu plus satisfaisant; sachez simplement qu’aucun aliment ou supplément n’a le pouvoir de dicter le chiffre sur la balance.

4e affirmation : elle lutte contre le rhume

Une tasse fumante de thé aux algues rouges pourrait-elle guérir vos reniflements saisonniers? Si certains adeptes ne jurent que par la capacité de la mousse de mer à calmer la toux et à éliminer la congestion, la science n’est pas encore tout à fait prête à l’affirmer. Cette idée a peut-être vu le jour après qu’une petite étude auprès de 211 personnes souffrant de rhume a révélé qu’un vaporisateur nasal expérimental à base de carraghénane était associé à un soulagement plus rapide des symptômes par rapport à un vaporisateur placebo. (Le carraghénane peut se lier au virus du rhume et freiner la prolifération dans les cellules de l’organisme.) Pour l’instant, rien ne prouve que la prise de mousse de mer par voie orale accélère la guérison.

5e affirmation : elle peut vous aider à avoir un enfant

L’équipe scientifique de WW n’a trouvé aucune preuve crédible que la consommation de mousse de mer puisse augmenter les chances d’une femme de tomber enceinte. Cette affirmation vient probablement du fait que la mousse de mer contient des nutriments tels que le zinc et le folate, lesquels peuvent favoriser la fertilité lorsqu’ils sont consommés en quantités suffisantes. Le problème, c’est que la mousse de mer fournit très peu de chacun d’eux – 30 ml (2 c. à soupe) de la plante marine contient seulement des traces de zinc ainsi que 18,2 mcg de folate, ce qui est loin de l’apport quotidien recommandé de 400 mcg aux femmes adultes non enceintes.

6e affirmation : elle renforce la fonction thyroïdienne

L’iode est un nutriment qui aide votre corps à fabriquer des hormones thyroïdiennes qui jouent un rôle clé dans le métabolisme, le rythme cardiaque et de nombreux autres processus physiologiques. Vous trouverez beaucoup d’iode dans la mousse de mer : une étude a révélé que chaque once (28 g) contient environ 47 mcg d’iode, soit 31 % des 150 mcg recommandés par jour aux femmes adultes qui ne sont ni enceintes ni allaitantes. Cela dit, la plupart des adultes aux États-Unis consomment déjà suffisamment d’iode par le biais d’aliments comme les produits laitiers, le poisson et le sel de table iodé. Autre point important à noter : un excès d’iode peut nuire à la santé, un risque dont nous parlerons plus en détail ci-dessous.

7e affirmation : elle améliore la santé de la peau et des cheveux

La mousse de mer, un atout pour la beauté? Peut-être, sous forme topique, en tout cas. La mousse de mer et ses dérivés figurent dans de plus en plus de préparations pour la peau et de produits pour les cheveux en raison de recherches préliminaires qui laissent entrevoir des bienfaits cosmétiques potentiels. Par exemple, en application topique, les algues rouges peuvent avoir un effet antimicrobien qui réduit l’acné tandis que les composés dérivés des plantes peuvent avoir un effet lissant sur la peau. D’autres études sont encore nécessaires et les recherches existantes ne portent pas sur les formes alimentaires ou les suppléments de mousse de mer.

La mousse de mer peut-elle être consommée sans danger?

Les suppléments de mousse de mer ne sont pas nécessairement sûrs pour tout le monde, dit Mme Hultin. Si vous consommez de la mousse de mer – ou tout autre produit à base d’algues –, vous risquez de consommer trop d’iode, explique-t-elle. Une consommation excessive d’iode peut entraîner un dysfonctionnement de la thyroïde chez certaines populations, notamment la thyroïdite, le cancer papillaire de la thyroïde et un goitre. Les National Institutes of Health ont fixé la limite supérieure d’apport à 1 100 mcg d’iode par jour et ont émis la recommandation de rester aussi proche que possible de l’apport quotidien recommandé de 150 mcg. La quantité exacte d’iode contenue dans les produits à base de mousse de mer varie selon la marque, mais il n’est pas rare qu’une portion ou une dose unique contienne 300 % ou plus de vos besoins quotidiens.

Outre l’iode, les produits à base d’algues peuvent contenir des métaux lourds comme le cadmium, le mercure, l’arsenic et/ou le plomb, des éléments potentiellement toxiques qui s’accumulent dans les milieux aquatiques à cause de la pollution industrielle. Une grande étude d’algues comestibles récoltées dans toute la Malaisie a révélé des niveaux inquiétants de plusieurs métaux dans les échantillons. Bien que les niveaux varient en fonction de l’environnement de croissance exact d’une plante, les chercheurs ont conclu, dans ce cas, que la consommation quotidienne de ces algues pouvait augmenter le risque de développer un cancer, des déficiences cognitives et d’autres problèmes de santé.

En conclusion : la mousse de mer nécessite des études plus approfondies

Malgré l’engouement pour la mousse de mer sur les médias sociaux, la science est encore en train de déterminer si ce supplément marin répond aux affirmations populaires de mieux-être et si son utilisation à long terme est sûre. La mousse de mer pourrait-elle contribuer à la santé de votre tube digestif et de votre thyroïde? Peut-être. La mousse de mer pourrait-elle également augmenter le risque de développer certaines maladies au fil du temps? C’est possible, aussi. Compte tenu de ces incertitudes, veillez à consulter votre médecin si vous envisagez d’essayer un supplément de mousse de mer.

--

Liz Krieger est rédactrice et éditrice indépendante à Brooklyn (New York).

--

L’exactitude de cet article a été vérifiée en août 2021 par Angela Goscilo, M. Sc., Dt. P., CDN, directrice de la nutrition à WW. L’équipe scientifique de WW est un groupe d’experts qui veille à ce que toutes nos solutions soient fondées sur les meilleures études possibles.