Mise en forme

Les conséquences lorsque vous ne faites pas 10 000 pas par jour

L’inactivité peut dérégler vos fonctions vitales telles que votre cœur, votre cerveau, votre métabolisme, votre humeur et plus encore.

Maintenant qu’on retrouve les podomètres un peu partout (dispositifs de suivi d’entraînement, cellulaires, montres intelligentes), l’atteinte de 10 000 pas par jour est devenue une sorte d’obsession. Aussi loufoque que cela puisse paraître de marcher de long en large dans votre salon en soirée afin de faire ces 100 pas qui restent, il faut dire que c’est bien plus qu’un jeu. Une étude de 2017 a montré qu’en matière de perte de poids, faire 10 000 pas par jour est tout aussi efficace que de s’entraîner pendant 30 minutes cinq jours par semaine.

Pratiquement chaque système de votre organisme bénéficie d’une activité pratiquée quotidiennement. Une étude publiée dans la revue Comprehensive Physiology a permis de découvrir que l’inactivité physique accélérait le développement de 35 problèmes de santé chroniques. Parmi ceux-ci, notons les maladies du cœur et l’AVC, la dépression et la constipation.

Lorsque vous faites 10 000 pas par jour, vous solidifiez votre forteresse qui protège votre santé. D’un autre côté, passer la journée à regarder Netflix et à naviguer sur Amazon Prime est une occasion perdue; une brèche dans cette même importante forteresse. Voici quelques-uns des bienfaits dont vous ne profitez pas lorsque vous êtes inactif chaque jour.

Un cœur plus vigoureux

Comparativement à une personne qui fait 1 000 pas par jour, une personne qui atteint 10 000 pas par jour aura un plus grand débit systolique, soit la quantité de sang qui circule par battement. « Un débit systolique plus important est synonyme de capacité aérobique élevée », émet John Thyfault, Ph. D., professeur agrégé en physiologie au Kansas University Medical School à Kansas City, Kansas. « En fait, la capacité aérobique est sans doute le meilleur indicateur de risque de mortalité et de maladies. »

Un métabolisme mieux rodé

Les calories ingérées par une personne qui effectue 10 000 pas par jour ne prennent pas le même chemin que celles d’une personne inactive. Professeur Thyfault a mené des études qui montraient que lorsqu’une personne s’exerçant régulièrement mangeait, son organisme utilisait différemment cette nourriture pour alimenter les fonctions essentielles comparativement à une personne qui ne fait jamais d’exercice. Toutefois, pour cette dernière, ces calories sont susceptibles d’être emmagasinées en tant que matières grasses ou dans les muscles ou le foie. Les résultats indiquaient que les gens qui pratiquaient régulièrement une activité physique étaient mieux en mesure de gérer les périodes d’excès inévitables (comme l’Action de grâces) sans un grand gain de poids.

Une glycémie plus stable

Disons que M. Thyfault sort au restaurant avec deux amis : l’un d’eux atteint 10 000 pas par jour alors que l’autre en fait 1 000. Grâce à un simple glucomètre, il serait en mesure d’établir lequel des deux est très actif et celui qui est inactif ainsi que de déterminer celui qui a un plus grand risque de développer le diabète de type 2.

« L’individu qui atteint 10 000 pas par jour aura dans son sang une réaction au glucose et à l’insuline moins élevée après un repas », explique-t-il. « Pour sa part, la personne inactive verra sa réaction beaucoup plus élevée. Cette montée de glucose et d’insuline après un repas permet de prédire la personne qui développera le diabète à long terme ainsi que celle qui sera à risque de développer une maladie cardiovasculaire. »

Un cerveau plus vif

Un exercice modéré quotidien contribue à notre capacité à apprendre de nouvelles tâches, à former de nouvelles cellules cérébrales et à contrer la détérioration des fonctions cognitives. Une étude dans la revue Current Biology a montré qu’une seule période d’exercice améliorait la capacité du cerveau à se réorganiser, se réparer et s’adapter aux nouvelles situations. L’exercice aérobique, comme la marche, pourrait également stimuler la croissance de nouvelles cellules dans l’hippocampe, la partie du cerveau qui régule les émotions et la mémoire, selon une étude effectuée sur des rats publiée dans The Journal of Physiology.  

Un plus grand dévouement

Un élément qui ne peut se mesurer sur un glucomètre, une gammagraphie cérébrale ou un microscope électronique différencie grandement une personne active d’une personne inactive : la force de la volonté. Les petites réussites s’appuient les unes aux autres. Quiconque qui a atteint 10 000 pas par jour la veille et le jour d’avant sera plus susceptible d’en faire autant le lendemain.

« Le modèle des 10 000 pas se fonde sur l’intégration du mouvement à la routine alors qu’il n’en faisait pas partie auparavant. Il favorise un changement de comportement », affirme Brian Richardson, M.Sc., NASM-PES, copropriétaire de Dynamic Fitness à Murrieta en Californie et professeur agrégé en physiologie de l’exercice au collège préuniversitaire PGCC. « Lorsqu’il est question de perte de poids, la prise de nouvelles habitudes occasionne un changement de comportement. »