Les bienfaits du sommeil sur la santé

Les preuves s’accumulent pour démontrer l’influence bénéfique du sommeil sur presque tous les aspects de la santé. Voici cinq bienfaits du sommeil.

Si vous vous êtes déjà réveillé après une nuit de sommeil de huit heures avec un léger sentiment de culpabilité, vous n’êtes pas seul. En effet, tout le monde arrive, semble-t-il, à fonctionner avec à peine quelques heures de sommeil, sacrifiant volontiers le repos au profit du travail, de la vie de famille et des activités favorites.

En fait, l’organisation des Centers for Disease Control and Prevention (CDC) aux États-Unis estime que jusqu’à 70 millions d’adultes américains ont de la difficulté à dormir et qu’environ une personne sur trois dort moins de sept heures par nuit.

Pourtant, la diminution du nombre d’heures de sommeil a de graves conséquences sur la santé physique et mentale. À tel point que certains experts des CDC et de l’Institute of Medicine qualifient ce manque de sommeil de « crise de santé publique ».

« J’aimerais que la société traite la perte de sommeil de la même manière qu’elle traite le tabagisme », déclare Daniel Barone, M.D., neurologue spécialiste du sommeil au Weill Cornell Medicine et auteur du livre « Let’s Talk About Sleep: A Guide to Understanding and Improving Your Slumber ».

Voici quelques raisons pour lesquelles vous ne devez pas négliger votre sommeil.

Le sommeil renforce votre système immunitaire.

Le manque de sommeil peut augmenter votre risque de développer une infection des voies respiratoires supérieures selon une étude de 2016 publiée dans la revue JAMA Internal Medicine. Les chercheurs ont découvert que les personnes qui dormaient moins de cinq heures étaient plus susceptibles que celles qui dormaient sept ou huit heures par nuit de déclarer avoir souffert d’une infection ou d’un rhume au cours des 30 derniers jours. Une explication : la privation de sommeil est associée à une incapacité des cellules T, un élément clé de notre système immunitaire, à lutter contre les infections, selon une étude publiée en 2015 dans la revue Sleep.

Et ces effets à court terme sur notre système immunitaire souvent s’accumulent. Dans une étude publiée en 2017 dans la revue Sleep, des chercheurs ont recruté 11 paires de jumeaux identiques et ont découvert que le frère ou la sœur qui dormait le moins sur une période de deux semaines (dans ce cas, environ une heure de moins chaque nuit) montrait des signes d’un système immunitaire affaibli, notamment en ce qui concerne le nombre de globules blancs en circulation dans le sang. Cette étude, la première du genre à examiner des jumeaux et la privation de sommeil dans un cadre naturel (c’est-à-dire pas en laboratoire), a montré que la privation chronique de sommeil entraîne une forme d’épuisement de la réponse immunitaire selon le responsable en chef de l’étude, Nathaniel F. Watson, M.D., spécialiste du sommeil, professeur de neurologie à l’Université de Washington, directeur de la clinique du sommeil de l’UW Harborview Medical Center, co-directeur de l’UW Medicine Sleep Center et ancien président de l’American Academy of Sleep Medicine.

Le sommeil vous aide à perdre de la graisse.

Les personnes qui disent dormir moins de sept heures par nuit sont plus susceptibles de se déclarer obèses et physiquement inactives, selon l’organisation des CDC. Une part du blâme peut être attribuée à l’appétit : « Les gens ingèrent plus de calories lorsqu’ils ne dorment pas assez », déclare Marie-Pierre St-Onge, Ph. D., professeure agrégée en médecine nutritionnelle de la faculté de médecine de l’Université de Columbia et coauteure d’une déclaration sur le sommeil et la santé cardiaque de l’American Heart Association en 2016. Les hormones jouent également un rôle. Les hommes qui ne dorment que quelques heures ont tendance à présenter une augmentation du taux de ghréline, l’hormone de la faim, dit-elle. Les femmes connaissent quant à elles la diminution d’une hormone de satiété, le peptide-1 de type glucagon. « Le résultat est le même, soit la suralimentation », dit Mme St-Onge.

Par contre, une quantité de sommeil suffisante peut vous aider à perdre de la graisse. Mme St-Onge cite une petite étude de 2010, publiée dans la revue médicale Annals of Internal Medicine, qui a révélé que les participants qui suivaient un régime alimentaire et qui ne dormaient que 5,5 heures par nuit perdaient moins de graisse corporelle et plus de masse corporelle maigre que lorsqu’elles dormaient 8,5 heures par nuit. Elle affirme toutefois qu’il n’a pas été démontré que le fait de dormir suffisamment aide à perdre du poids. « L’étude était fondée sur une alimentation contrôlée, c’est-à-dire que tous les participants recevaient des quantités d’aliments visant à provoquer une perte de poids et que la perte de poids (en kilos) était la même, quelle que soit la durée du sommeil. »

Le sommeil vous aide à bien penser.

Si vous avez déjà essayé de lire un rapport après avoir passé une nuit blanche, ce bienfait ne vous surprendra pas. Néanmoins, les conséquences d’un manque de sommeil sur votre capacité à vous concentrer, à former des souvenirs et plus encore sont probablement plus importantes que vous ne le pensez. Lorsque nous avons trop peu de sommeil, nous sommes plus susceptibles de faire des erreurs pendant l’exécution des tâches et moins susceptibles de retenir de nouvelles informations selon une analyse de recherche de 2016 publiée dans le Journal of Applied Research in Memory and Cognition.

Le manque de sommeil nuit également à notre coordination et réduit nos temps de réaction, explique M. Barone. Une étude souvent citée dans la revue Sleep Medicine, qui a examiné des données sur une période de 21 ans, a révélé qu’il y avait une augmentation des accidents de voiture mortels le lundi suivant le passage à l’heure d’été en raison de la perte d’une heure de sommeil.

Et qu’en est-il des personnes qui sont « habituées » à se contenter de quelques heures de sommeil? M. Barone dit que c’est un mythe. « Nous ne nous habituons jamais à la privation de sommeil », dit-il. « Nous pouvons penser que c’est le cas, mais c’est faux. »

Le sommeil protège votre cœur.

Le manque de sommeil a été lié à la tension artérielle élevée, au diabète de type 2, aux accidents vasculaires cérébraux et aux maladies coronariennes, selon la déclaration de l’American Heart Association en 2016. « Lorsque nous ne dormons pas bien, dit M. Barone, la tension artérielle peut augmenter, ce qui, au fil des ans, risque d’être néfaste. »

M. Barone cite une recherche qui a été présentée lors de la réunion annuelle de 2016 de la Radiological Society of North America et qui a suivi 15 radiologues pendant un quart de travail de 24 heures. À la fin de leur journée, les médecins n’avaient réussi qu’à dormir trois heures en moyenne. Ils présentaient une augmentation du rythme cardiaque, de la tension artérielle et du niveau des hormones de stress. « Une nuit de privation de sommeil n’a peut-être pas d’effet à long terme », explique M. Barone, qui n’a pas participé à la recherche, « mais si on additionne chacun de ces épisodes sur une période de 5 ou de 10 ans, cela nous expose à des risques de crise cardiaque et d’accident vasculaire cérébral. »

Le sommeil améliore votre humeur.

Avouons-le : trop peu de sommeil rend souvent n’importe qui grincheux. Une partie du problème est physiologique. Dans une étude publiée en 2019 dans Reference Module in Neuroscience and Biobehavioral Psychology, les gens disent qu’ils se sentent plus anxieux et stressés lorsqu’ils manquent de sommeil. Le manque de sommeil peut provoquer une augmentation de la tension artérielle, du rythme cardiaque et d’une hormone de stress appelée cortisol. Lorsque nous manquons de sommeil, nous pouvons aussi paraître plus irritables aux yeux des autres : nous montrons moins de signes d’émotion sur notre visage, nous parlons plus bas et pouvons même avoir l’air en colère.