Le jeûne religieux : conseils de santé et de nutrition pour un jeûne spirituel

Voici comment se sentir au sommet de sa forme – et rester concentré sur le sens profond de cette pratique – pendant les périodes de jeûne comme le ramadan, le Yom Kippour et le carême.

Des myriades de religions et de cultures observent des périodes de jeûne, soit l’acte de s’abstenir de manger ou de boire comme moyen de rechercher l’illumination, de s’engager dans une réflexion sur soi, de purifier son esprit et d’encourager la compassion envers les personnes qui souffrent. Et bien que passer des heures sans se nourrir puisse être un défi émotionnel et physique, certaines pratiques simples peuvent vous aider à faire en sorte que votre jeûne soit sain, estime la Dre Uma Naidoo, directrice de la psychiatrie de la nutrition et du style de vie au Massachusetts General Hospital à Boston. Les principales observances du jeûne sont les suivantes :

  • Ramadan : Se déroulant au cours du neuvième mois du calendrier islamique, le ramadan implique 30 jours de jeûne de l’aube au crépuscule. Les musulmans pratiquants prennent un repas avant l’aube, appelé suhoor, avant de commencer le jeûne de la journée. Le jeûne se termine traditionnellement au coucher du soleil par une collation de dattes sucrées et une gorgée d’eau. Après les prières, on partage un festin appelé iftar.
  • Yom Kippour : Également connu sous le nom de Jour du Grand Pardon, le Yom Kippour est le jour le plus sacré du judaïsme, observé au mois de Tishrei (qui coïncide avec septembre ou octobre). Au cours d’un jeûne de 25 heures, du coucher du soleil au coucher du soleil, sans nourriture ni boisson, les juifs pratiquants assistent généralement à des services de prière spéciaux et se réunissent ensuite le soir pour le repas de rupture du jeûne, qui est souvent sans viande.
  • Carême : Pendant les 40 jours du carême printanier, qui s’étend du mercredi des Cendres au Vendredi saint, de nombreux chrétiens observent diverses formes de jeûne comme moyen de pénitence et de réflexion. Les coutumes courantes consistent à ne prendre qu’un seul repas simple par jour et à s’abstenir de viande le vendredi.

Le jeûne spirituel et religieux est pratiqué dans l’hindouisme, le bouddhisme, le judaïsme, le taoïsme et le jaïnisme, ainsi que dans les cultures indigènes du monde entier.

10 conseils pour un jeûne religieux sain

« D’un point de vue médical et nutritionnel, chaque corps est unique », explique la Dre Naidoo. Votre expérience du jeûne peut être très différente de celle d’une autre personne, donc il est préférable de voir ces conseils comme un point de départ général.

Avant un jeûne

Répondre à toute préoccupation médicale

Si le jeûne est sans danger pour la plupart des personnes en bonne santé, se priver de nourriture ou de boisson peut présenter des risques pour les personnes atteintes de maladies telles que le diabète, les maladies coronariennes et les maladies rénales, prévient la Dre Naidoo. Consultez votre médecin pour obtenir des recommandations basées sur votre situation médicale personnelle si vous avez un problème de santé. Le jeûne n’est généralement pas recommandé aux personnes enceintes. Si vous prenez un médicament qui doit être consommé avec de la nourriture, établissez un plan de dosage approprié avec votre médecin avant le début de la période de jeûne.

Réduire la consommation de caféine

Si vous avez l’habitude de boire quelques tasses de café tous les matins, arrêter d’un coup pendant un jeûne pourrait vous occasionner des symptômes de sevrage de la caféine, comme des maux de tête et des difficultés à se concentrer, mentionne la Dre Naidoo. Si possible, essayez de réduire progressivement votre consommation au cours de la semaine ou des deux semaines précédant votre jeûne pour permettre à votre corps de s’adapter.

Planifiez votre repas après le jeûne

Une fois les heures de jeûne terminées, il y a de fortes chances que vous vous sentiez affamé et que vous ayez envie d’engloutir toute nourriture en vue. Que vous ayez l’intention de festoyer avec votre famille ou de souper en solo dans votre cuisine, pensez à planifier vos repas à l’avance en fonction de vos objectifs de mieux-être général. Par exemple, vous pouvez choisir des recettes, acheter des ingrédients et faire un peu de préparation la veille. Ainsi, vous ne serez pas à la recherche de quelque chose de bon à manger lorsque votre estomac gronde. (Lisez ci-dessous des suggestions d’aliments délicieux que vous pourriez inclure.)

Pendant la période de jeûne

Portez une attention encore plus particulière à votre sommeil

Pendant une période de jeûne, de nombreuses personnes se sentent plus fatiguées que d’habitude. Il faut s’attendre à un certain degré de fatigue, selon la Dre Naidoo. Pour vous aider à garder votre énergie pendant la journée, faites de votre mieux pour obtenir les apports généralement recommandés de sept à neuf heures de sommeil chaque nuit. Couchez-vous à des heures régulières et optimisez votre environnement de sommeil pour obtenir les meilleurs résultats possible.

Réduisez vos séances de sudation

Les séances d’entraînement intenses ne sont certainement pas idéales en l’absence de nourriture ou d’eau, mentionne la Dre Naidoo. Elle recommande plutôt des formes d’activité plus douces pendant les heures de jeûne, comme la marche ou un léger yoga. Il peut également être utile de programmer une activité physique à un moment de la journée où vous vous sentez le plus apte à le faire, par exemple juste après votre repas du matin.

Gardez l’intention en tête

Ne soyez pas trop dur avec vous-même si votre estomac grondant vous fait fantasmer sur une pizza ou un gâteau au chocolat. Vous êtes tout simplement humain! Essayez de rediriger vos pensées de votre appétit vers vos raisons profondes de vous engager dans le jeûne. Selon la Dre Naidoo, « que ce soit au moyen d’une prière, d’une méditation, d’un exercice de respiration ou d’une pratique de pleine conscience que vous appréciez, concentrez votre attention sur le sens de ce que vous faites. »

Prenez conscience de ce que vous ressentez

Cela dit, veillez à prêter attention à tout symptôme inhabituel qui survient pendant un jeûne. Si vous vous sentez étourdi, nerveux, nauséeux ou si vous vous sentez mal et différent, le régime peut ne pas être sûr ou adapté à votre situation. « Consultez votre médecin », recommande la Dre Naidoo.

Après les heures de jeûne

Choisissez des aliments riches en nutriments

Après de longues heures sans nourriture, votre corps a besoin de la meilleure alimentation possible. La consommation d’une variété de légumes, de fruits, de grains entiers et de légumineuses est un excellent moyen d’obtenir des fibres et d’autres nutriments. « Une règle générale saine consiste à considérer que chaque assiette est composée à 80 % de végétaux », explique la Dre Naidoo. Elle recommande de compléter votre repas post-jeûne par des sources de protéines comme le saumon, le poulet et les œufs pour favoriser la satiété, ainsi que par des aliments contenant des gras sains – comme l’huile d’olive extra-vierge, l’avocat, les graines et les noix – pour renforcer votre bien-être et augmenter le quotient de satisfaction.

N’oubliez pas de vous hydrater

Il est facile d’oublier que l’on est assoiffé quand on a l’estomac dans les talons. Si vous avez passé une journée entière sans boire, veillez à boire régulièrement de l’eau pendant le repas qui suit le jeûne et pendant toutes les périodes autorisées par la suite, conseille la Dre Naidoo. (Notez aussi que l’alcool est déshydratant.) Et ces fruits et légumes dont nous venons de parler? Ils peuvent aussi vous aider à étancher votre soif! Les oranges, les pommes, les tomates, les concombres, les légumes verts à feuilles et les légumes crucifères comme le brocoli ne sont que quelques exemples d’aliments riches en eau.

Mangez de façon réfléchie

L’objectif d’un repas post-jeûne est de satisfaire votre appétit et vos besoins nutritionnels sans que vous vous sentiez trop gavé et inconfortable. À cette fin, essayez d’être « vraiment présent lorsque vous mangez », mentionne la Dre Naidoo. L’alimentation réfléchie augmente votre prise de conscience afin que vous puissiez manger plus intentionnellement, de façon moins automatique et avec plus de plaisir. Savourez vos aliments et appréciez leur texture, leur saveur et leur arôme. Buvez de l’eau entre les bouchées. La Dre Naidoo suggère d’éteindre la télévision et d’éloigner le téléphone de la table. Cela peut aider à limiter les distractions et à retenir votre attention sur le moment présent.

--

Fiza Pirani est une écrivaine et une rédactrice basée à Atlanta, et la fondatrice du bulletin d’information primé sur la santé mentale des immigrants Foreign Bodies. Son travail est paru dans Colorlines, The Guardian, Teen Vogue, The Atlanta Journal-Constitution et YES! Magazine.