Épanouissement

La vérité : partie 2 : La psychologie du mensonge

Cette série de quatre articles examine l’importance de vivre votre vérité.

Il semblerait que mentir soit un sous-produit inévitable de la nature humaine tout comme le miel est un sous-produit inévitable des abeilles.

Pamela Meyer*, auteure de Liespotting, a abordé le sujet en détail lors de sa conférence TED en 2011*.

« Nous sommes tous menteurs », dit-elle au public.

Elle explique que mentir est lié à la satisfaction que nous éprouvons par rapport à notre vie. Nous souhaitons souvent être de meilleurs partenaires, plus intelligents, plus grands, plus riches, plus puissants, plus attrayants – et ainsi de suite.

« En mentant, nous tentons de combler l’écart entre la personne que nous sommes réellement et nos désirs et fantaisies quant à la personne que nous voudrions être », précise Mme Meyer. « Mentir est un phénomène complexe solidement ancré dans nos vies personnelles et professionnelles au quotidien. »

D’après une étude* souvent citée que l’University of Massachusetts a effectuée en 2002, 60 pour cent des gens mentent au moins une fois au cours d’une conversation de 10 minutes. La même étude a conclu qu’alors que les hommes et les femmes mentent selon la même fréquence, la manière dont ils mentent diffère. Les hommes ont tendance à mentir pour se présenter sous un meilleur jour tandis que les femmes ont tendance à mentir pour que leur interlocuteur se sente bien.

« Mentir a une valeur évolutive pour notre espèce. Les chercheurs savent depuis longtemps que plus une espèce est intelligente, plus elle sera portée à être trompeuse », indique Mme Meyer durant sa conférence TED.

Même Koko le gorille* a menti en disant une fois que c’était son chaton de compagnie qui avait arraché un évier du mur. En effet, nous mentons tous que ce soit pour survivre, sauver la face ou aider quelqu’un à se sentir bien et nous apprenons à le faire dès un très jeune âge.

« Les bébés feront semblant de pleurer, s’arrêteront, attendront de voir qui viendra, puis se remettront à pleurer », signale Mme Meyer. « Les tout-petits de 1 an apprennent la dissimulation. Les bambins de deux ans rusent. Les enfants de 5 ans mentent effrontément. Ils manipulent les gens en les flattant. Et qu’en est-il des plus grands de neuf ans? Ils sont passés maîtres dans l’art du camouflage. »

Une étude* publiée en 2015 a démontré que les enfants racontent souvent de petits mensonges pour aider les autres à se sentir mieux, surtout après avoir vu un adulte agir de la sorte. Une autre étude* a conclu que notre tendance à mentir est liée à la tendance à mentir de nos amis et de notre famille.

Mais, le simple fait que nous mentons tous ne veut pas dire pour autant que c’est une bonne chose. Une étude réalisée par l’University of Notre Dame4 indique que mentir moins peut améliorer notre santé physique et mentale.

Et pour ce qui est de vivre votre vérité, l’honnêteté est primordiale.

« Lorsque nous pensons à la vérité, nous songeons habituellement aux faits et aux idées », souligne Allyson Woodrooffe,* une coach de vie et de concrétisation à Toronto. Cependant, dans le cadre de « vivre votre vérité », le terme prend un sens plus holistique.

« C’est une vérité dont la clarté résonne au sein de notre corps », mentionne-t-elle. « Cette clarté illumine différentes valeurs fondamentales, points sensibles et inspirations pour chacun d’entre nous. Donc, lorsque nous “vivons notre vérité”, nous agissons d’une manière qui correspond à et exprime ces valeurs. »

« Je dirais même que si vous ne pouvez pas être honnête envers vous-même, vous ne pouvez pas vraiment être honnête envers les autres », ajoute Mme Woodrooffe. « Et à mon avis, cela semble assez déplaisant. Quand nous sommes en conflit avec nous-mêmes (et se mentir serait un exemple d’une telle situation), tous nos autres rapports sont alors empreints d’un malaise et d’une maladresse semblables. »

Restez à l’affût, car la partie 3 de cette série sur la vérité portera sur le fait de trouver votre vérité et de vivre de manière authentique.

 

* Site Web en anglais seulement