Gérez les fringales

Tous les types de faim ne demandent pas la même attention. Découvrez comment les distinguer — et adoptez des solutions plus saines.

Toute la journée, vous avez fait attention à vos choix alimentaires et vos portions. Mais, soudainement, vous vient en milieu d’après-midi une fringale irrépressible où vous rêvez de biscuits aux brisures au chocolat. Or, vous avez mangé une salade et une soupe saines pour dîner, il y a seulement deux heures. Vous ne pouvez pas avoir vraiment faim, n’est-ce pas?

Probablement pas. Il existe une différence entre la faim interne (quelques heures se sont écoulées depuis votre dernier repas, votre estomac gargouille, vous vous sentez peut-être étourdi et l’idée de manger un fruit vous attire) et la faim externe (vous avez mangé il n’y a pas si longtemps, une personne près de vous mange un biscuit et vous en avez envie, vous aussi). Dans le deuxième cas, les influences extérieures agissent sur votre fringale. Le plus souvent, si vous désirez ardemment un aliment à teneur élevée en gras saturés ou en sucre ajouté, c’est signe que votre faim est externe. 

Le fait que les fringales sont souvent associées à des aliments bien précis — gâteaux, friandises, croustilles — laisse entendre que le besoin réside davantage dans votre tête que dans votre estomac. Que faut-il faire pour repousser cette envie féroce de grignoter en milieu d’après-midi? La bonne nouvelle est que cette « faim » passera. En effet, une étude a permis de découvrir que lorsque les personnes acceptaient leur fringale sans y succomber, cela contribuait à diminuer cette envie.

Pour le moment, toutefois, la meilleure approche consiste à aller ailleurs, faire autre chose et se changer les idées. Au fur et à mesure que vous éviterez les fringales, vous pourrez cerner plus facilement les étapes qui y mènent. Afin d’arriver à détecter les signes, Jackie Newgent, diététiste et membre de l’American Dietetic Association, suggère de dessiner une chaîne. « Dans chaque maillon, décrivez les activités qui vous ont amené à grignoter un aliment malsain. » Voici un exemple :

  • *15 h* Avoir l’estomac qui gargouille.
  • *15 h 30* Être impatient de retourner à la maison.
  • *16 h 10* Se rendre à la cuisine pour prendre une boisson.
  • *16 h 15* Manger un aliment provenant d’une machine distributrice.

« La meilleure façon de briser cette chaîne est de prendre les devants dès les premiers maillons, affirme la diététiste. Dans l’exemple ci-dessus, vous voudrez peut-être prévoir une collation saine à 15 h puisque vous avez faim. » Effectuer un retour sur les chaînes comportementales vous aidera à prendre conscience de vos actions, à faire de meilleurs choix et à éviter tout écart en matière de perte de poids.