Épanouissement

Est-ce que votre « personnalité de mangeur » peut saboter vos objectifs?

Comment certains comportements alimentaires perturbent nos efforts de perte de poids.

Si on vous demandait de vous décrire en trois mots, vous pourriez choisir des traits de caractère, comme gentil, travailleur et consciencieux. Et ce sont toutes de bonnes choses, bien sûr. Mais tous les bons côtés de nos traits de caractère positifs viennent avec leurs mauvais côtés également.

Par exemple, votre patron pourrait aimer le fait que vous travaillez durant votre pause déjeuner, mais votre tour de taille dirait probablement le contraire. Et même si vous êtes trop gentil pour refuser les biscuits aux pépites de chocolat faits maison de votre voisin, vous vous sentirez probablement plus grincheux après avoir vidé l’assiette et agrippé les miettes sur votre chemise.

Êtes-vous curieux de savoir comment votre personnalité influence vos habitudes alimentaires? Nous avons rassemblé cinq personnalités qui peuvent nous faire dévier de nos bonnes intentions en matière d’alimentation. Découvrez leurs caractéristiques, et apprenez les stratégies qui vous aideront à reprendre le contrôle de vos habitudes alimentaires.

 

Le grignoteur

 

Signes annonciateurs

Vous aimez grignoter : vous mangez quatre ou cinq collations par jour ainsi qu’un dessert en prime et il y a de fortes chances pour que vous vous serviez une coupe de vin avant d’aller au lit.

Votre personnalité de mangeur en quelques mots :

Selon ce que vous mangez, grignoter n’est pas nécessairement une mauvaise chose, affirme Susan Roberts, Ph. D., professeure en nutrition à l’Université Tufts et auteure du livre The Instinct Diet. Mais si vous mangez quelques bâtonnets de bretzel et un bol de céréales çà et là, vous pourriez consommer plus de calories que vous ne le pensez. En fait, une étude publiée en 2018 dans la revue Appetite a révélé que les gens qui mangeaient ce qu’ils considéraient comme une collation – un bol de pâtes servi avec une fourchette en plastique, dans le cas présent – consommaient plus de calories durant la journée que ceux qui s’asseyaient pour manger le bol de pâtes qui leur était présenté comme un repas. (Alors qu’en réalité, les deux plats contenaient la même quantité de calories.)

Comment ajuster son attitude?

À la maison, gardez votre garde-manger peu rempli. « Manger sans réfléchir est lié à la disponibilité de la nourriture, un problème que beaucoup d’entre nous connaissent », explique Susan. Si vous voulez garder les aliments dans un endroit visible, optez pour des fruits frais plutôt que pour des collations remplies d’aliments transformés. « Quand il y a de la nourriture disponible, nous la mangeons pour la seule raison qu’elle est là », ajoute-t-elle.

 

Le mangeur qui se laisse déconcentrer

 

Signes annonciateurs

Vous ne vous souvenez pas ce que vous avez mangé pour dîner. Et maintenant que vous y pensez, vous ne vous souvenez pas du tout d’avoir mangé.

Votre personnalité de mangeur en quelques mots :

Qu’on le veuille ou non, la plupart d’entre nous ne sont pas très doués pour faire plusieurs tâches en même temps, et apparemment, cela vaut même pour des tâches simples, comme manger. Dans le cadre d’une étude, des chercheurs britanniques ont découvert que les gens qui jouaient au Solitaire pendant le dîner avaient mangé 100 % plus de nourriture 30 minutes plus tard que ceux qui ne jouaient pas à un jeu sur l’ordinateur pendant le dîner. La raison : lorsque nous sommes distraits par la télévision, nos téléphones ou le flot de courriels qui continuent d’affluer dans notre boîte de réception, nous ne nous souvenons pas de ce que nous avons mangé et nous ne nous sentons pas aussi rassasiés.

Comment ajuster son attitude?

Commencez par éteindre vos appareils électroniques, ou au moins ne mangez pas devant la télévision ou un ordinateur. Essayez de manger de manière plus réfléchie. Selon une étude réalisée en 2014 par des chercheurs de l’Université de Liverpool, les femmes qui ont prêté attention à la saveur, à l’odeur et à l’apparence de leur repas ont consommé environ 30 % moins de calories provenant des collations plus tard dans la journée que celles qui ont mangé leur dîner en écoutant un livre audio.

Un autre conseil : ralentissez! Une étude publiée dans The American Journal of Clinical Nutrition suggère que manger lentement peut aussi aider les gens à se sentir plus rassasiés, et ce, plus longtemps. Les scientifiques pensent que lorsque nous prenons des plus petites bouchées et que nous mastiquons un aliment plus de fois, nous avons tendance à nous sentir plus rassasiés.

 

Le mangeur « qu’on ne peut pas arrêter »

 

Signes annonciateurs

Manger avec modération est souvent voué à l’échec. Vous avez l’habitude de manger une boule de crème glacée, puis une autre, et encore une, etc.

Votre personnalité de mangeur en quelques mots :

« Se gaver d’aliment est l’une des composantes de la dépendance alimentaire », affirme Susan Peirce Thompson, Ph. D., professeure agrégée adjointe en sciences du cerveau et de la cognition à l’Université de Rochester et auteure de Bright Line Eating. « Quand il s’agit de savoir à quel point vous êtes susceptible de succomber à la nourriture », dit-elle, « le cerveau des gens s’inscrit dans un spectre allant de la dépendance jusqu’à la non-dépendance. Et les personnes qui tombent [dans la dépendance moyenne à élevée] sont suffisamment dépendantes pour que leur régime alimentaire déraille s’ils n’ont pas conscience de celle-ci. »

Comment ajuster son attitude?

« Pour certaines personnes, s’abstenir est plus facile à faire que de faire preuve de motivation », exprime Peirce Thompson. « Il vaut mieux ne pas manger, disons, de la pizza à une soirée le vendredi soir plutôt que de penser que vous vous arrêterez après un seul morceau », dit Pierce. « Un mangeur modéré peut se gâter un peu, mais un mangeur qui a une dépendance continuera de manger la pizza et mangera de la crème glacée ensuite. »

Ne gardez pas d’aliments déclencheurs dans votre réfrigérateur. Et, poursuit Susan, si vous avez tendance à avoir envie de sucreries en regardant la télévision, tentez de trouver d’autres façons de passer la soirée. « Ainsi, vous n’êtes pas assis là avec l’envie de manger de la crème glacée », dit-elle. En outre, dit-elle, si vous essayez de repousser une fringale, vous pourriez repérer les restes de pain à la banane dans votre réfrigérateur et considérer qu’il s’agit d’un substitut acceptable. Et soyons réalistes : le pain à la banane n’est pas de la crème glacée à la menthe et aux brisures de chocolat.

 

Le mangeur qui se sait « vraiment émotif »

 

Signes annonciateurs

Votre présentation au travail ne s’est pas bien passée? Seule une boîte de chocolats crémeux peut vous aider à vous sentir mieux.

Votre personnalité de mangeur en quelques mots :

Comme pour plusieurs domaines de votre vie, ceci est la faute de vos parents. (Je rigole.) Mais plus sérieusement, cette habitude prend vraisemblablement ses racines dans votre enfance. Comme l’affirme Susan, l’être humain apprend par association et, au fil des ans, nous avons compris que le chocolat et les bonbons sont des « friandises », c’est-à-dire des aliments délicieux que l’on sort lors d’occasions spéciales qui nous font nous sentir bien. Le problème : en tant qu’adultes, nous cherchons le réconfort dans les mêmes aliments qui nous ont rendus heureux par le passé – plus nous mangeons d’une boîte de biscuits pour évacuer le stress, plus cette connexion est forte.

« Si nous mangeons inconsciemment du chocolat lorsque nous sommes stressés, nous nous retrouvons avec une connexion neurologique qui transforme notre “perception du stress” en un “désir de mettre du chocolat dans notre bouche” », dit Susan. « Au début, ces connexions se produisent accidentellement, mais parce que la nourriture nous fait nous sentir bien, elles deviennent cimentées dans notre cerveau. Manger du chocolat n’empêche pas de ressentir le stress, mais c’est tellement bon. »

Comment ajuster son attitude?

Reprogrammer votre cerveau n’est pas simple (ou rapide), dit Susan, mais pour cela, vous aurez besoin de lier des situations stressantes avec d’autres habitudes plus saines, comme l’exercice ou même le brossage de dents. Cela peut sembler difficile au début, mais persévérez :
 Susan croit qu’il faut des douzaines de fois avant que le comportement se transforme en automatisme.

 

La mangeuse en période hormonale

 

Signes annonciateurs

Vous êtes le plus affamée pendant les jours qui précèdent vos règles, mais vos envies ont tendance à s’atténuer une fois que votre cycle reprend.

Votre personnalité de mangeur en quelques mots :

Les femmes ont tendance à manger plus de nourriture pendant la dernière phase de leur cycle menstruel après l’ovulation. Une étude publiée dans le numéro de 2015 de l’European Journal of Nutrition a révélé qu’après l’ovulation, les femmes connaissent une augmentation de l’appétit ainsi que des fringales et ont tendance à manger plus de protéines. Cette augmentation de la faim pourrait être due à une poussée de progestérone et d’œstrogènes, deux hormones qui, lorsqu’elles interagissent entre elles, peuvent stimuler la faim émotionnelle. Une raison de plus : « Le métabolisme des femmes augmente avant qu’elles n’aient leurs règles », dit Susan. « Elles ont réellement besoin de plus de nourriture. »

Comment ajuster son attitude?

Ne tentez pas de combattre la faim. Si vous le faites, vous aurez plus de chances de vous laisser tenter par un pot de crème glacée plus tard. Au lieu de cela, si vous vous sentez plus affamée pendant cette période du mois, elle suggère de consommer davantage de portions d’aliments sains et faciles à grignoter, comme des mini-carottes ou des tranches de fruits dans votre alimentation. « Si vous n’avez pas si faim que cela, ce sera plus facile de gérer vos envies », dit-elle.