« En tant que nouvelle maman, je devais faire preuve de compassion envers moi-même, et non utiliser une solution miracle douteuse »

Olivia S., 31 ans, a perdu 63 lb* depuis qu’elle s’est jointe à WW en août 2018.

* Les personnes qui suivent le programme WW peuvent s’attendre à perdre de 0,5 à 1 kg (1 à 2 lb) par semaine. Olivia a perdu du poids dans le cadre d’un programme antérieur et participe maintenant à monWW+MC.

Comme raconté à Katerina Gkionis

Après la naissance de ma fille en 2018, j’ai eu l’envie de retrouver le corps que j’avais immédiatement. Je suis rentrée de l’hôpital et, dès le lendemain, j’ai essayé tous les vêtements qui se trouvaient dans mon garde-robe que je portais avant de devenir enceinte. Ce n’était pas la meilleure idée. J’avais pris environ 70 lb pendant ma grossesse, et ce poids ne disparaît pas tout d’un coup quand on accouche. Rien ne me faisait, je ne pouvais même pas me pencher dans mes pantalons.

Les premières semaines ont été difficiles pour mon corps pendant le post-partum; je ne pensais pas de manière réaliste. J’ai même essayé un régime restrictif pendant quelques jours, ce qui a fini par perturber ma production de lait. J’avais bien évidemment besoin d’une approche plus saine. J’avais été membre de WW de temps à autre au cours des années, donc je savais déjà que j’aimais le programme. J’ai recommencé à poursuivre mon abonnement au Studio WW en août, deux mois après la naissance de ma fille.

Mon plus grand défi au départ : pendant ma grossesse, les gens m’encourageaient constamment à manger. Pour être honnête, c’était quand même amusant. Mon mari et moi avons pris l’habitude de commander des plats à emporter tous les soirs – hamburgers, frites, pizza, pâtes. Je mangeais pour deux et la taille des portions n’était pas ma principale préoccupation. Mais une fois le bébé arrivé, j’ai eu du mal à recommencer à manger que pour une personne. J’étais coincé avec cette habitude et je me sentais un peu dépassée.

Comment WW m’a permis de connaître le succès : lors de mon premier atelier en tant que membre qui se réinscrit, j’ai été vraiment honnête en parlant au groupe : mon corps avait changé et j’étais malheureuse. C’est à ce moment-là que ma coach de WW m’a donné un précieux conseil : « Après cet atelier, allez-vous acheter un pantalon qui vous fait bien. Vous méritez de vous sentir à l’aise dans votre peau en ce moment. » Cela a donné le ton pour moi. J’ai commencé à comprendre que l’acceptation de soi est importante, même si l’on tente de changer.

J’étais également heureuse de voir d’autres mères dans la salle. Connaître leurs idées d’aliments et de recettes était utile, car ces membres étaient confrontés aux mêmes défis que moi. Peu après cet atelier, mon mari est resté à la maison avec notre fille pendant que je suis allée rapidement à l’épicerie. J’ai pris des ingrédients simples que je pouvais simplement cuire sur le gril : des légumes comme des courgettes et des poivrons, ainsi que des coupes de poulet et de bifteck maigres. J’ai pris de la dinde au comptoir des charcuteries pour préparer rapidement des sandwichs. Le lecteur de codes à barres de l’application WW a beaucoup facilité le magasinage.

AutrefoisMaintenant
DéjeunerBagel avec fromage à la crèmeDeux œufs frits avec des pommes de terre râpées
DînerSandwich au poulet frit avec frites d’un restaurant rapideSandwich à la dinde sur du pain à faible teneur en glucides avec des restes de légumes rôtis
SouperHamburger à emporter avec fritesHamburgers faits maison à base de bœuf haché maigre, accompagnés d’aubergines et de courgettes grillées
CollationsBiscuits et gâteauMeringues à la vanille et maïs éclaté léger

L’outil pour me garder sur la bonne voie : l’achat d’une balance de cuisine a tout changé. Lorsque j’ai commencé à suivre le programme, je n’ai pas modifié radicalement les types d’aliments que je mangeais, j’aimais bien encore manger des pâtes, du poulet et du bifteck. Le changement s’est fait dans ma compréhension de la taille des portions. Au lieu d’essayer d’estimer ce que je mangeais sur le coup, je pouvais utiliser la balance pour planifier mes repas à l’aide de mesures réelles. J’ai également utilisé ma liste d’aliments ZéroPoint pour que chaque repas soit très rassasiant.

Comment j’ai redéfini « l’exercice » : je n’ai jamais été une amatrice de mise en forme et vous ne me verrez pas courir des marathons de sitôt. Mais WW m’a aidé à voir que toutes les sortes d’activités physiques peuvent être bénéfiques. J’ai commencé à mettre ma fille dans la poussette et à faire de longues marches tous les jours. Rien de structuré, juste des promenades. Parfois, c’était le seul moyen de la faire dormir et nous restions dehors pendant plus d’une heure. Bouger m’a permis de me sentir bien et maintenant je sais que ça compte!

Mon plus grand faux pas : WW recommande de se peser régulièrement, soit une fois par semaine, soit une fois par jour. J’ai découvert que pour moi, me peser quotidiennement ne me convenait pas. Je faisais une fixation sur les chiffres et j’étais contrariée si je croyais avoir pris une livre, même si je sais qu’il est tout à fait normal que le poids varie un peu en fonction du cycle menstruel, du niveau d’hydratation et d’autres facteurs quotidiens. Pourquoi est-ce que je me torturais? Aujourd’hui, je suis le conseil de ma coach de WW de me concentrer sur mes choix quotidiens et de ne me peser sur la balance qu’une fois par semaine. Cela m’aide à rester au courant de mes progrès sans stresser à chaque petite fluctuation.

La leçon que je mets toujours en pratique : si vous m’aviez dit en 2018 qu’il faudrait deux ans pour perdre le poids de bébé, j’avoue que je me serais sentie assez frustrée. Mais maintenant je comprends l’approche lente et régulière : vous ne vous privez pas pour pouvoir porter une paire de jeans. Vous ne vous forcez pas à manger des assiettes de brocoli cuits à la vapeur tous les jours. Vous vous donnez l’espace nécessaire pour développer des habitudes saines dans le contexte de votre vie habituelle. Cela fait maintenant plus d’un an que je n’ai pas repris les 63 lb* que j’ai perdues et je suis fière de moi d’avoir fait des changements durables. Ma santé mérite plus qu’une « solution miracle ». Et je n’oublierai plus jamais cela.