Alimentation

Comment contrer les fringales

Changez votre état d’esprit afin qu’il vous soit favorable.

Nous avons tous des fringales – la question qui s’impose est comment nous les traitons.

Une approche est de mobiliser notre état d’esprit.

« La différence entre un état d’esprit négatif et un état d’esprit positif entre toujours en ligne de compte », explique Jessica Watson*, une coach de vie à Winnipeg. Mme Watson ajoute que notre état d’esprit influe sur la façon dont nous réagissons aux fringales.

Par exemple, si nous mangeons sainement, mais que nous considérons notre consommation alimentaire de manière négative ou restrictive (avec des pensées comme « C’est terrible » ou « Pourquoi moi? ») ou que nous envions d’autres personnes, nos fringales seront amplifiées.

Mme Watson, qui a aussi participé avec succès au programme Weight Watchers aux côtés de sa mère, dit que pour elle la conscientisation est essentielle au maintien d’un poids santé.
 

Truc : Dressez un plan
 

Vous vous connaissez – profitez-en. Mme Watson explique qu’il est capital d’avoir un plan pour savoir à l’avance comment vous ferez face aux fringales. Ainsi, lorsque des fringales surviendront, vous saurez de quelle façon procéder. Que ce plan vous incite à ne pas céder du tout aux fringales ou qu’il vous permette de vous gâter dans certaines circonstances, la décision vous revient entièrement – et chacun aura un plan différent. L’important est de savoir ce qui fonctionne pour vous. Est-ce qu’une cuillerée de crème glacée ou une poignée de croustilles vous suffiront? Savez-vous plutôt que vous avez tendance à perdre le contrôle et à vouloir engloutir tout le contenant ou le sac?

« Lorsque je détecte l’odeur du maïs soufflé, celle-ci provoque toujours en moi une fringale », déclare Mme Watson. Elle a donc mis en place un plan pour composer avec cette fringale : elle se permet d’avoir du maïs soufflé de temps à autre, seulement lorsqu’elle va au cinéma.

« Essayez le plus possible de prendre ces décisions [concernant les fringales] lorsque vous êtes lucide », recommande Mme Watson.
 

Truc : Soyez aimable envers vous-même
 

Nous succombons tous à l’occasion aux fringales. Par contre, c’est notre façon de nous traiter émotionnellement après avoir fait des excès qui est primordiale.  

« Soyez compatissant envers vous-même. Ne vous en voulez pas. »

Ne restez pas coincé dans le piège d’être fâché contre vous-même ou déçu parce que vous avez mangé quelque chose qui n’était pas très bon pour vous. Après un excès, réfléchissez, suggère Mme Watson. Acceptez-vous le fait que vous avez cédé à cette fringale? Peut-être s’agit-il d’une gâterie que vous pouvez vous accorder sans regret. Si vous aviez un plan relatif aux fringales, l’avez-vous suivi? Pourquoi ou pourquoi pas? Si vous n’aviez pas de plan, le moment est bien choisi pour en créer un.

Il est essentiel d’éviter de vous en vouloir ou d’avoir honte de vous lorsque vous ne faites pas ce que vous aviez prévu, explique-t-elle. À la place de vous culpabiliser parce que vous avez mangé deux biscuits ou même la boîte en entier, envisagez la situation avec compassion et pensez à pourquoi vous avez consommé les biscuits. Puis, servez-vous-en comme apprentissage pour déterminer comment améliorer les choses la prochaine fois. Soyez gentil et bienveillant à votre égard plutôt que rigide et intransigeant, ajoute Mme Watson.
 

Truc : Déjouez votre esprit
 

Un autre truc de Mme Watson pourrait sembler étrange au premier abord : familiarisez-vous avec l’inconfort de la faim.

Mme Watson s’explique : Vous avez une fringale. Devez-vous y succomber ou pouvez-vous simplement reconnaître qu’elle existe sans pour autant y donner suite? Ressentez-vous la douleur de la faim physique ou est-ce une situation de faim émotionnelle?

« Essayez de ne pas paniquer », souligne Mme Watson. Cherchez à être plus conscient de vous-même.
 

Évitez de vous faire leurrer​
 

Parfois, vos fringales pourraient simplement être des habitudes, précise Mme Watson. Vous êtes habitué à éprouver une fringale, alors vous continuez de l’éprouver.

« Vous pouvez essayer de changer cette habitude aussi », dit-elle.

Voici comment vous y prendre : vous avez une fringale de croustilles de pomme de terre. Par contre, plutôt que de manger des croustilles de pomme de terre, vous consommez quelque chose de plus sain comme des collations aux algues salées ou des noix. Ou vous optez pour quelque chose de non alimentaire et lorsqu’une fringale se manifeste, vous écoutez de la musique ou faites une pompe.
 

Affirmations
 

Si vous avez de la difficulté à contrer les fringales d’aliments malsains, le fait d’être conscient de ce que vous consommez et d’apprécier les aliments sains peut vous aider à penser différemment. Mme Watson suggère d’essayer des affirmations pour vous amener « par la ruse » à avoir plus de plaisir à consommer des aliments sains. Une fois, elle a essayé une affirmation pour s’encourager à boire plus d’eau. Elle prenait une gorgée en disant « Miam, de l’eau rafraîchissante » et cela a fonctionné.

« J’ai commencé à y croire un peu plus », déclare Mme Watson.
 

Affirmations suggérées

  • « Miam, c’est précisément ce que je voulais. »
  • « Je consomme des aliments sains et nourrissants pour mon corps. »
  • « Les aliments sains ont bon goût. »


Réglez une minuterie

S’il vous est vraiment difficile d’ignorer une fringale, Mme Watson vous suggère de régler un bref laps de temps (à vous d’en choisir la durée) à l’aide d’une fonction de minuterie. Lorsque la minuterie retentira pour signaler que le temps est écoulé, voyez si vous avez encore la fringale. Dans l’affirmative, essayez de régler encore une fois la minuterie. Les chances sont bonnes que la fringale se dissipera alors. Et sinon, consultez votre plan relatif aux fringales.

Afin que ces stratégies fonctionnent, vous devez être ouvert à diverses idées et plus conscient de votre état d’esprit. Demeurez positif, conseille Mme Watson, et soyez curieux par rapport à vos pensées.

Reconnaissez également qu’il faut du temps et de l’effort pour solidifier votre volonté et votre confiance en vous.

« C’est comme un muscle », déclare Mme Watson. Il vous sera plus utile d’entreprendre de petites démarches pour renforcer vos aptitudes que de douter de celles-ci. Le simple fait de concrétiser vos objectifs, comme manger sainement pendant une journée, vous aidera à croire davantage en vous.

Réalisez que vous avez en vous le pouvoir de changer, indique Mme Watson.

* Site Web en anglais seulement