Ce que signifie manger sainement quand on est transgenre et qu’on prend des hormones

L’hormonothérapie d’affirmation de genre peut affecter vos besoins nutritionnels d’une manière que les chercheurs commencent à peine à comprendre. Voici comment favoriser votre bien-être en attendant que la science se mette au diapason.

Qu’est-ce qu’on mange ce soir? Si vous êtes trans et que vous prenez des hormones, choisir ce que vous devez mettre dans votre assiette peut être un processus étonnamment délicat.

Avec un nombre croissant de personnes cherchant à suivre une hormonothérapie d’affirmation de genre aux États-Unis, beaucoup pourraient être confrontées à des considérations nutritionnelles uniques que les chercheurs n’ont que récemment commencé à explorer, déclare Whitney Linsenmeyer, Ph. D., Dt.P., professeure adjointe de nutrition et de diététique à l’université de Saint Louis spécialisée dans la nutrition des personnes transgenres. Pour ajouter au défi : les identités transgenres ne sont pas prises en compte dans les directives alimentaires standard.

De vos besoins énergétiques quotidiens ou des quantités de calcium, de fer et d’autres nutriments dont vous avez réellement besoin, voici un examen approfondi de ce que les experts savent – et continuent d’étudier – sur la nutrition et l’hormonothérapie substitutive (HTS) pour l’affirmation de genre, afin de vous aider à comprendre ce qu’une alimentation saine peut signifier pour vous en ce moment.

Au-delà des bases de la nutrition

Parlons franchement : ceci n’est pas le genre d’article où vous trouverez un tableau pratique décrivant le régime alimentaire idéal si, par exemple, vous recevez une injection hebdomadaire de testostérone ou si vous prenez un comprimé d’œstrogène tous les jours. Selon Mme Linsenmeyer, qui est également porte-parole de l’Academy of Nutrition and Dietetics, il n’existe pas encore de recommandations alimentaires qui tiennent compte des besoins nuancés de la communauté trans.

Si les conseils plus généraux en matière de nutrition s’appliquent à pratiquement tous les êtres humains – avoir une alimentation variée, composée de légumes et de fruits entiers, de protéines maigres et de grains entiers, tout en limitant les gras saturés, les sucres ajoutés et le sodium –, il y a encore beaucoup à apprendre lorsqu’il s’agit de soutenir la santé des personnes trans sous HTS.

Ce que dit la recherche jusqu’à maintenant

Anciennement, les scientifiques ne consacraient pas vraiment de temps et d’énergie à comprendre les personnes marginalisées en raison de leur genre, explique Mme Linsenmeyer. Un changement attendu a finalement été amorcé en 2016, lorsque les National Institutes of Health ont reconnu les personnes transgenres (ainsi que la communauté LGBTQIA+ dans son ensemble) comme une population officiellement confrontée à des disparités en matière de santé. Cette désignation permet d’ouvrir la porte à un financement dédié à la recherche visant à combler les lacunes en matière de santé. « La recherche a connu un essor spectaculaire au cours des cinq à sept dernières années », explique Mme Linsenmeyer. « Avant ça, il n’y avait pas grand-chose. » Malgré cela, un solide ensemble de preuves scientifiques ne se matérialise pas du jour au lendemain.

Jusqu’à présent, au moins un élément positif majeur est apparu : pour beaucoup de personnes trans et non binaires, il est clair que l’HTS peut être une forme de traitement médical vital qui réduit l’anxiété et la dépression, et améliore la qualité de vie globale, en grande partie en induisant des changements physiques qui atténuent la dysphorie de genre et améliorent le fonctionnement social. Si vous êtes un homme trans, l’HTS peut impliquer la prise de testostérone par injection ou sous forme de gel topique ou de timbre cutané. L’HTS pour les femmes trans comprend souvent de l’œstradiol (œstrogène) par voie orale, généralement associé à de la progestérone et à un bloqueur d’androgènes tel que la spironolactone. (Remarque importante : toutes les personnes transgenres ne souffrent pas de dysphorie, et toutes ne cherchent pas à effectuer une transition médicale ou sociale. La communauté trans est diverse, et toutes les identités trans sont valables.)

Comme c’est le cas pour presque tous les médicaments de la planète, l’HTS peut avoir des effets secondaires indésirables même si elle a des effets bénéfiques sur la santé, souligne Mme Linsenmeyer. Les recherches menées jusqu’à présent ont permis d’obtenir des informations utiles sur les impacts potentiels à moyen et long terme sur la santé d’une HTS d’affirmation de genre. L’œstradiol, par exemple, a été associé à une réduction de la masse musculaire, à une diminution de la dépense énergétique au repos pouvant entraîner une prise de poids et à une augmentation des triglycérides, c’est-à-dire des graisses présentes dans le sang. La spironolactone peut augmenter le risque de développer un taux de potassium élevé, en particulier en présence de problèmes de santé sous-jacents tels qu’une maladie rénale ou cardiaque. Le traitement à la testostérone a été lié à des augmentations de la pression artérielle, ainsi qu’à une augmentation du taux de mauvais cholestérol LDL et à une diminution du taux de bon cholestérol HDL. Ces découvertes sont précieuses, car elles aident les patients et les fournisseurs de soins à comprendre quels sont les marqueurs de santé à surveiller en cours de route. Mais le travail ne doit pas s’arrêter là.

La science qui continue à évoluer

La compréhension des effets secondaires potentiels n’est qu’une pièce du casse-tête. Pour que les patients puissent choisir en toute connaissance de cause de commencer ou de poursuivre un traitement, ils doivent savoir dans quelle mesure ils peuvent éviter ou gérer ces effets indésirables. Avec l’HTS, il est tout à fait possible que des ajustements alimentaires puissent faire une différence significative dans la gestion des risques cardiovasculaires et d’autres préoccupations, dit Mme Linsenmeyer. Mais de nos jours, de nombreux patients sont en mode essai-erreur.

Mme Linsenmeyer a corédigé en décembre 2020 un examen exploratoire de 189 études publiées sur la nutrition des personnes transgenres et a constaté que bien que 127 études ont exploré les effets de l’HTS sur la santé et que 64 ont identifié les disparités en matière de santé liées à la nutrition chez les personnes transgenres par rapport aux personnes cisgenres, seules deux études ont exploré les interventions nutritionnelles qui pourraient aider. De nombreuses personnes transgenres ont des besoins nutritionnels distincts qui méritent d’être étudiés davantage, conclut l’examen. Tant que la science n’aura pas rattrapé son retard, les personnes transgenres devront adapter leur régime alimentaire en temps réel. « C’est comme une théorie pour le moment, dit Mme Linsenmeyer. Nous avons besoin de plus de recherches pour dire que ce sont des recommandations fondées sur des preuves que nous pouvons fournir aux gens. »

Et honnêtement? L’analyse des informations nutritionnelles peut s’avérer délicate, même si vous êtes transgenre et ne suivez pas de traitement hormonal substitutif. Malgré sa longueur de 164 pages, l’édition 2020-2025 des directives alimentaires pour les Américains (Dietary Guidelines for Americans) ne fait aucune mention des identités trans ou des préoccupations spécifiques aux transgenres qui apparaissent dans la documentation publiée. Les recommandations d’apports journaliers pour les principaux nutriments, notamment le calcium, les fibres, le fer, le zinc, la vitamine A, la vitamine C, la vitamine K, la niacine et d’autres encore – sans parler des calories en général –, continuent d’être ventilées en fonction du sexe attribué à la naissance : une quantité pour les « hommes », une autre pour les « femmes ». Si votre identité ne correspond pas à l’une de ces deux cases, une alimentation saine peut vous sembler carrément inaccessible, dit Mme Linsenmeyer.

Bien qu’une alimentation riche en aliments entiers et variés soit une bonne chose pour tout le monde, les particularités de la nutrition des personnes trans peuvent être difficiles à cerner, reconnaît Jami Zamyad, Dt.P., nutritionniste-diététiste certifiée, qui développe actuellement une clinique pour les patients trans dans son rôle de directrice de la nutrition clinique au Stanford Children’s Health. « C’est particulier à l’individu », dit-elle. Dans la mesure du possible, Mme Zamyad recommande de travailler avec un diététicien ou un conseiller en nutrition sensible aux réalités des personnes trans pour vous y retrouver avec l’HTS. « Le soutien nutritionnel [peut] guider le patient dans la bonne direction en lui indiquant les aliments qu’il doit privilégier pour se sentir mieux, être en meilleure santé et vivre une meilleure transition », explique-t-elle.

Relever d’autres défis nutritionnels

Les recherches suggèrent que, par rapport aux personnes cisgenres, les personnes transgenres peuvent être confrontées de manière disproportionnée à certains obstacles alimentaires qui affectent davantage l’état nutritionnel. Par exemple, les comportements symptomatiques d’un trouble de l’alimentation pourraient être plus fréquents dans la communauté transgenre, ce qui s’expliquerait par la relation complexe entre l’identité de genre et la présentation physique, selon Mme Linsenmeyer. Elle espère bientôt voir apparaître des données spécifiques aux personnes transgenres sur la meilleure façon de soutenir les patients qui cherchent à concilier des objectifs de poids liés à leur affirmation de genre avec leur santé globale. Entre-temps, pour obtenir des informations et trouver du soutien pour les troubles de l’alimentation, visitez la page de ressources en santé mentale de WW.

L’accès à des soins de santé de qualité peut constituer un autre obstacle à une alimentation saine. Les personnes transgenres, de manière disproportionnée, n’ont pas accès à une assurance et plus d’un quart des personnes transgenres interrogées dans le cadre d’une enquête nationale de 2016 sur la discrimination à l’égard des transgenres ont déclaré avoir reporté des soins médicaux nécessaires par crainte de préjugés anti-trans. Si cela vous ressemble, lisez le guide approfondi de WW pour défendre vos intérêts dans les établissements de santé, qui comprend des informations sur la manière de trouver un fournisseur de soins sensible aux besoins des personnes transgenres et de faire appel à un tiers pour défendre vos intérêts, si nécessaire.

L’insécurité alimentaire est également une préoccupation pour de nombreuses personnes transgenres, note Mme Zamyad. Un petit sondage réalisé en 2020 auprès de personnes trans et au genre non conforme du sud-est des États-Unis a révélé que 79 % d’entre elles avaient connu l’insécurité alimentaire au cours de l’année précédente, contre environ 11 % de la population générale des États-Unis. La National Hunger Hotline de l’USDA (1-866-3-HUNGRY) peut être un bon point de départ pour trouver des ressources alimentaires près de chez vous. Vous pouvez également rechercher une banque alimentaire locale par le biais de l’annuaire national de Feeding America.

Le fin mot de l’histoire : exploitez les connaissances actuelles et écoutez votre corps

Bien que les chercheurs redoublent d’efforts pour mieux comprendre les divers besoins nutritionnels de la communauté transgenre, il y a encore beaucoup à apprendre. Les experts s’efforcent d’élaborer des lignes directrices fondées sur des données probantes pour déterminer si le régime alimentaire d’une personne doit être modifié lorsqu’elle commence à prendre des hormones, et savoir comment concilier au mieux les habitudes alimentaires et les besoins psychosociaux liés à la présentation du genre.

Alors que la recherche se poursuit, concentrez-vous sur les choses que vous pouvez faire aujourd’hui pour favoriser votre santé. Une alimentation riche en aliments entiers et variés est une bonne chose pour tout le monde, tout comme une activité physique régulière. Comprendre les effets secondaires potentiels des médicaments peut vous aider à réagir rapidement aux problèmes qui peuvent survenir. Et si quelque chose ne va pas dans votre régime hormonal, votre état nutritionnel, votre relation avec la nourriture ou autre chose? Prenez contact avec un professionnel qualifié pour une évaluation personnalisée. Vous méritez des soins et un soutien pour tous les aspects de votre bien-être.

--

Tara Santora est journaliste scientifique pigiste et a publié des travaux dans Popular Science, Scientific American, Business Insider et d’autres publications. Suivez-la sur Twitter à @Tara_Santora.

--

L’exactitude de cet article a été vérifiée en juillet 2021 par Angela Goscilo, M. Sc., Dt.P., CDN, gestionnaire de la nutrition à WW. L’équipe scientifique de WW est un groupe d’experts qui veille à ce que toutes nos solutions soient fondées sur les meilleures recherches possible.