Épanouissement

Ce que les échecs peuvent nous enseigner sur la réussite

Voici la manière de changer votre façon de penser et d’utiliser les accidents de parcours à votre avantage

Notre relation avec les échecs et les erreurs est souvent malsaine. Nous plaçons la réussite sur un piédestal : par exemple, notre fil d’événements marquants sur nos médias sociaux ne montre que des éléments positifs. À l’opposé, nous craignons les échecs et, bien souvent, nous ne savons pas comment les gérer alors qu’ils sont inévitables. Si nous n’y portons pas attention, nous laisserions les échecs nous anéantir et nous empêcher d’atteindre nos objectifs pour la simple raison que nous avons commis des erreurs en chemin.

 

Toutefois, l’échec joue un grand rôle dans la réussite. Si nous nous arrêtons, prenons une profonde inspiration et examinons un échec de manière franche et directe, nous pouvons en fait l’utiliser à notre avantage.

 

« Personne ne peut réellement connaître le succès sans avoir eu des échecs », affirme Paul DePompo, psychologue clinique au Cognitive Behavioral Therapy Institute du sud de la Californie.

 

« Un “échec” représente un moment, un incident, un comportement, mais ce n’est jamais une personne! Une rechute ou un moment de faiblesse n’est pas une catastrophe, mais plutôt une occasion d’apprendre », affirme-t-il.

 

Esther Avant, accompagnatrice nutritionnelle et entraîneuse personnelle, qui a fondé Esther Avant Wellness Coaching à Hawaï nous rappelle que la perfection, ça n’existe pas – nous pouvons donc tous rayer dès maintenant ce point de notre liste.

 

« Tout ce que nous pouvons faire, c’est d’essayer de faire de notre mieux, jour après jour », explique-t-elle. « Au fil du temps, nous nous améliorons. Cependant, nous ne pourrons jamais être parfaits et cette manière de penser est contreproductive. »

 

Comment apprendre de ce que nous percevons comme un « échec »?


« Plutôt que de vous sentir nul après un faux-pas, considérez le tout comme une expérience d’apprentissage » affirme l’entraîneuse.

 

« Vous venez d’apprendre un élément qui ne fonctionne pas, ce qui est tout aussi important que d’apprendre ce qui fonctionne. Au lieu de nous apitoyer sur notre sort lorsque nous dérapons, prendre quelques minutes pour analyser ce qui s’est passé ainsi que les raisons du dérapage peut nous apprendre ce qu’il faut éviter pour ne pas tomber dans le même piège à l’avenir. Et ça, c’est important! »

 

« Voyez l’échec comme un processus », déclare M. DePompo.

 

Par ailleurs, si vous désirez tirer de grandes leçons de votre « échec », il recommande de l’examiner à fond. « … voyez si vous pouvez trouver trois choses que vous auriez pu faire différemment et dans quel aspect vous pouvez intégrer ces changements dans les jours à venir.

 

Comment changer notre façon de « penser au sujet de l’échec »?

 

Selon le psychologue, l’échec ne doit pas vous effrayer. Considérez-le comme un élément d’un processus nécessaire à l’atteinte de vos objectifs.

 

« Nous ne pouvons pas avoir un objectif louable sans avoir des difficultés sur notre route; autrement, ce n’aurait pas pu être un objectif au départ. »

 

Comment continuer lorsque nous nous sentons démoralisés?

  • Acceptez que quiconque ne sera jamais parfait;
  • Ne vous culpabilisez pas;
  • Ayez une vue d’ensemble.

 

« Pour rester motivé lorsque vous êtes démoralisé, il est utile d’accepter d’abord que vous ne pourrez jamais être parfait », dit Mme Avant. « Lorsque vous admettez que des accidents de parcours surviendront, il est beaucoup plus facile de les accepter. »


Outre ce fait, souligne-t-elle, dites-vous plusieurs fois les raisons précises qui vous poussent à apporter ces changements. Par exemple, lorsque vous adoptez un mode de vie sain, ne misez pas sur l’objectif en surface du genre « Je veux perdre du poids » : découvrez les raisons profondes de ce changement d’un point de vue émotif », précise l’accompagnatrice nutritionnelle.

 

C’est-à-dire : « Vous rappeler que votre santé est importante, car elle vous permet de vivre longtemps et de voir vos petits-enfants grandir, aide à garder les choses en perspective et à vous motiver à poursuivre votre route, même si ce n’est pas facile ».

 

M. DePompo nous rappelle de ne pas être durs envers nous-mêmes dans les moments de défaite.

 

« Voyez ces moments avec la même compréhension que si votre enfant ou un être cher commettait la même erreur », dit-il.

 

En outre, ayez une vue d’ensemble, ajoute-t-il. N’oubliez pas que « les progrès ne sont jamais une pente sans obstacle ». Vous avez peut-être dévié du chemin cette semaine quant à votre objectif, mais pensez à tout ce que vous avez accompli jusqu’à maintenant.