Témoignages

Noémie, -48 kg : « Il fallait que je sois prête à m’accorder de belles choses »

Fiancée et heureuse, Noémie a décidé de changer de mode de vie en se lançant avec le programme WW début janvier 2020.
[{"type":"span","children":[{"text":"En savoir plus"}]}]

Certaines informations peuvent ne pas être à jour sur cette page car NOUS AVONS UN NOUVEAU PROGRAMME !
Découvrez comment PersoPoints™ peut vous aider à perdre du poids tout en mangeant ce que vous aimez et en vivant comme vous l’entendez.

J'étais en surpoids depuis très jeune. Je suis facilement très anxieuse et je me dirige rapidement vers la nourriture pour calmer mon stress. Globalement, à chaque fois que je vivais des épreuves qui déclenchaient mon anxiété, je prenais du poids... Puis j'ai traversé un épisode dépressif il y a deux ans. C’est là que je suis montée au maximum de mon poids. Mais quand mon conjoint m’a demandée en mariage le 4 janvier 2020, j’ai eu un déclic. Je m’étais toujours dit que quand ce jour-là arriverait, je perdrais mon poids et je commencerais à m’accorder de belles choses.


S’inspirer des autres


Avant de commencer WW, j'avais essayé pas mal de régimes très strictes. Je me souviens qu’on m’avait parlé de WW, mais étant encore lycéenne, l’idée de suivre un programme et de calculer mes points me paraissait compliquée. Quand j’ai eu mon déclic, j’y ai repensé et je me suis renseignée. J’ai aussi lu quelques témoignages de membres qui avaient réussi et cela m’a motivée. Puis quand j’ai vu qu’il y avait une application et une option d’abonnement digital, j’ai voulu tenter.

J’utilise un peu tout dans l’appli, surtout le scanner code-barres, les recettes et pendant le premier confinement, j’ai découvert FitOn pour faire du sport à la maison. Je me sers beaucoup de Connect pour voir comment les autres membres progressent. Même en ayant atteint mon objectif, cela me motive encore aujourd’hui à garder des habitudes saines.

Quand je démarrais, je regardais l’évolution de personnes qui avaient à peu près le même objectif de perte de poids que moi. Puis quand j’ai commencé à partager des publications sur mon compte, j’ai reçu des commentaires très encourageants et beaucoup de bienveillance. Avoir tant de personnes qui nous félicite fait beaucoup de bien.

Mesurer pour ne pas se priver


A la base, je ne cuisine pas beaucoup. C’est surtout mon conjoint qui fait à manger. Petit à petit, il s’est adapté à mes nouvelles habitudes alimentaires. Cela dit, quand j'ai commencé le programme je m’y suis mise un peu ! Je fais souvent les pancakes WW, ainsi que les quiches sans pâte.

Quand j’ai commencé à suivre le programme, je me suis vite aperçue que je mangeais trop. Je me suis aussi rendue compte que je n’avais pas vraiment de repères pour l’utilisation de matière grasse dans mes repas. Je cuisinais beaucoup avec de l’huile d’olive et je n’avais pas de notion réelle de ce qu’était un filet d’huile d’olive, par exemple. Je pense que c’est le cas de beaucoup de gens ! Et cet apprentissage a été important pour moi, parce que je ne voulais pas me priver totalement de ce que j’aime.


Associer activité et plaisir


Une fois que j’ai réussi à mettre en place de nouvelles habitudes alimentaires, je me suis mise au sport petit à petit. Je ne suis pas très sportive de base, mais j’ai commencé par m’inscrire en salle de sport, où je faisais du vélo elliptique et du renforcement musculaire. Et quand les salles ont fermé, j’ai commencé à jouer à Just Dance.


Je n’avais pas grand chose à faire pendant les confinements, alors j’ai préparé une playlist avec des musiques entraînantes pour me faire une séance de cardio en dansant. J’ai adoré... danser non stop pendant une heure est beaucoup plus physique qu’on ne croit ! Et l’été dernier, pendant que j’étais en vacances chez ma mère, je me suis mise à l'aqua-jogging (courir dans l’eau). De cette manière je profitais de la piscine tout en restant active, c’était très sympa.

Aujourd’hui, je sens que j’ai plus d’énergie et les déplacements sont plus faciles. Je peux monter des escaliers sans me sentir essoufflée, alors qu’avant, la moindre activité était très coûteuse. Je pense que je n’en avais pas vraiment conscience. J’ai pu reprendre la musculation maintenant et j’ai été surprise de la facilité que j’ai pour exécuter les exercices. J’ai aussi beaucoup plus d’endurance et ma peau est même plus nette.

Je ressens aussi le plaisir de pouvoir m’habiller comme je veux, sans stresser à l’idée de ne pas trouver ma taille dans un magasin. Je me rends compte maintenant que peu importe notre situation, on peut y arriver, même si on a fait le yoyo dans le passé. Et pour conclure, j’estime qu’il faut avancer vers ses objectifs pour soi, au moment où on se sent vraiment prêt.

Retrouvez Noémie sur Connect ! @naioh94