Trouvez-vous que ça ressemble à des ordures?

Jusqu’à 40 % des aliments consommés au pays finissent par pourrir. Et quand ces aliments n’encombrent pas les décharges, ils font l’objet d’une vidéo virale sur TikTok. (La « bonne » façon de manger de la salade de chou? La jeter à la poubelle.)

Il y a quelques années, Louis Albert dirigeait une banque alimentaire lorsqu’il a eu une idée qui profiterait à l’ensemble de la communauté de Saint-Louis desservie par son organisation – du moins c’est ce qu’il pensait. Le concept? Recueillir les surplus de repas et de produits d’épicerie des restaurants, boulangeries et supermarchés locaux, puis les redistribuer gratuitement aux voisins en situation d’insécurité alimentaire. « Au lieu d’être jetée, la nourriture irait aux familles dans le besoin », explique M. Albert, membre de longue date de WW. « C’était gagnant-gagnant »

Sauf que... ça ne l’était pas. À la surprise de M. Albert, les propriétaires d’entreprises lui ont dit non les uns après les autres. D’un point de vue juridique, ils ont dit que jeter la nourriture à la poubelle était plus logique, car en la donnant, ils risquaient d’être poursuivis.

La crainte de répercussions juridiques est une idée fausse très répandue. Bien qu’il existe une loi fédérale aux États-Unis (plus précisément, le Bill Emerson Good Samaritan Food Donation Act) pour protéger les organisations de toute responsabilité au cas où quelqu’un tomberait malade à cause d’aliments donnés et manipulés en toute sécurité, des directives vagues sur l’entreposage, le transport et l’étiquetage signifient que la définition de « manipulation sécuritaire » se prête à l’interprétation juridique. Et c’est le spectre d’un litige interminable qui contraint de nombreuses entreprises à envoyer de bons aliments à la décharge au lieu de les partager avec d’autres.

L’expérience frustrante de M. Albert n’illustre qu’une des raisons pour lesquelles le gaspillage alimentaire a atteint des niveaux de crise. Rien qu’aux États-Unis, de 30 à 40 % de l’ensemble de l’approvisionnement alimentaire finissent à la poubelle, selon le U.S. Department of Agriculture (USDA). Une estimation largement citée évalue le coût annuel à environ 408 milliards de dollars.

« Le gaspillage alimentaire est un problème énorme à plusieurs égards », déclare Brian Roe, Ph. D., professeur d’économie de l’agriculture, de l’environnement et du développement à l’université Van Buren et directeur de l’Ohio State University Food Waste Collaborative. En plus de perpétuer les déséquilibres socioéconomiques en matière de santé pour les personnes aux États-Unis qui sont confrontées à l’insécurité alimentaire (plus de 38 millions en 2020), les aliments gaspillés dilapident la main-d’œuvre et les ressources naturelles, faussent les prix des produits d’épicerie et rejettent des gaz à effet de serre nocifs comme le méthane dans les vastes étendues de décharges.

M. Roe note que le gaspillage alimentaire se produit à chaque étape de la chaîne : lorsque les récoltes supplémentaires ne sont pas récoltées dans les champs, lorsque les produits d’épicerie sont périmés au supermarché, lorsque les cafés remplissent les sacs poubelles de muffins invendus, lorsque les restes moisissent dans le fond de votre réfrigérateur. Mais il y a un côté positif à cette prévalence : des gestes simples et quotidiens peuvent grandement améliorer la réduction des déchets.

Pourquoi le gaspillage alimentaire commence à la maison

Il est facile de se sentir dépassé par le gaspillage alimentaire – et de ne pas se rendre compte à quel point ce problème est personnel. Ce que vous ne savez peut-être pas, c’est que les ménages ordinaires sont responsables d’environ 37 % des déchets alimentaires aux États-Unis, selon une analyse de 2021 de ReFED, un organisme à but non lucratif qui se consacre à l’élimination des pertes alimentaires grâce à des solutions basées sur des données. « En tant que consommateurs, nous représentons la source la plus importante », déclare la scientifique et experte en durabilité Dana Gunders directrice générale de ReFED.

Pensez-y quelques instants : nous sommes la plus grande source de déchets alimentaires.

Vous avez peut-être même partagé un mème ou deux sur les médias sociaux en vous moquant du fait de laisser des denrées périssables se gâter (« Est-ce que le fait d’acheter des bébés épinards et de jeter le sac entier à la poubelle compte comme du cardio? »).

Mais derrière les plaisanteries se cachent des coûts énormes : chaque jour aux États-Unis, le consommateur moyen jette à la poubelle près de 450 g (1 lb) de nourriture, selon une analyse de 2018 publiée dans PLOS One. « Une famille de quatre personnes jette en moyenne l’équivalent de 1 800 dollars en nourriture chaque année », explique Mme Gunders. Une étude publiée en 2020 dans Nutrition Journal a révélé que cela représente plus que ce qu’une personne type dépense annuellement en essence, en vêtements et même en taxes foncières.

"« Une famille de quatre personnes jette en moyenne l’équivalent de 1 800 dollars en nourriture chaque année. » "— Dana Gunders, scientifique de l’environnement

Jeter de la nourriture ne gruge pas seulement votre budget personnel; cela génère une illusion de demande de la part des consommateurs qui affecte les coûts d’épicerie pour tous. « Le gaspillage alimentaire fait augmenter le prix des aliments dans le monde entier », explique M. Roe, créant ainsi un obstacle systémique à une bonne nutrition.

La planète est également touchée aux deux extrémités de la chaîne des déchets alimentaires, à commencer par les exploitations agricoles. « Environ 7 % de nos terres cultivées sont utilisées pour des aliments qui ne sont pas consommés », déclare Zach Conrad, Ph. D., professeur adjoint au département des sciences de la santé de l’université William & Mary en Virginie. La culture, la récolte et le transport de ces produits consomment des ressources précieuses, notamment de l’eau et des combustibles fossiles, et entraînent une augmentation de l’utilisation de pesticides et d’engrais chimiques.

À l’autre bout de la chaîne se trouvent les décharges, dont les déchets alimentaires constituent le principal composant, selon l’Environmental Protection Agency (EPA). Enterrés sans exposition à l’oxygène, les aliments en décomposition émettent suffisamment de méthane pour égaler les émissions de gaz à effet de serre de 50 millions de voitures, explique Mme Gunders, qui ajoute : « Si nous ne changeons pas nos habitudes à la maison, nous ne parviendrons pas à résoudre ce problème dans son ensemble. »

Neuf moyens simples de lutter contre le gaspillage alimentaire

En 2015, l’EPA et l’USDA ont fixé l’objectif de réduire de moitié le gaspillage alimentaire d’ici 2030 – un objectif ambitieux qui nécessite un effort soutenu de la part de presque tous les humains. Mais ne vous inquiétez pas si vous n’avez pas vu passer la note de service, dit Mme Gunders. Aujourd’hui est toujours un moment idéal pour commencer à réduire le gaspillage alimentaire dans votre vie. Voici quelques moyens simples de vous mettre au travail dès maintenant.

1. Signez la pétition de WW pour un changement de politique

Bien que le Bill Emerson Good Samaritan Food Donation Act ait été conçu pour encourager les dons alimentaires des supermarchés et d’autres entreprises, de nombreux défenseurs disent qu’il est temps d’étendre cette législation de 1996. Ce qu’il lui faudrait? Des directives plus claires sur la manipulation sûre des aliments et des protections plus larges en matière de responsabilité pour les entreprises qui souhaitent partager des aliments directement avec les bénéficiaires (par opposition aux organismes de bienfaisance).

À cette fin, WW a rédigé une pétition encourageant le Congrès américain à clarifier et à développer la loi Emerson. L’objectif est d’éviter que des aliments de qualité ne se retrouvent dans les décharges et de plutôt en mettre davantage dans les assiettes des personnes qui en ont besoin. Cliquez ici pour obtenir les détails, signer la pétition et faire entendre votre voix.

2. Planifiez vos repas

Combien de fois avez-vous acheté une tête de chou frisé ou du poulet au marché pour les retrouver au fond du réfrigérateur des semaines plus tard? Créer un simple plan de repas est l’un des moyens les plus efficaces d’éviter ce genre de gâchis alimentaire, selon Mme Gunders : « Il peut vous aider à économiser du temps et de l’argent, et à manger sainement ».

Il n’est pas nécessaire de créer un tableau détaillé de tous les repas du mois; il peut s’agir simplement de préparer quelques jours de collations ou de préparer un grand bol de fruits frais pour les déjeuners de la semaine à venir.

Selon M. Conrad, certains conseils généraux de planification peuvent être utiles à presque tout le monde. Avant de vous rendre au magasin, faites un rapide inventaire de votre cuisine et dressez une liste de courses. Ainsi, vous n’achèterez pas de surplus d’un produit que vous avez déjà. Ensuite, essayez ces astuces de cuisine pour simplifier le travail de préparation de plats en grandes quantités.

Mais que faire lorsque vous vous retrouvez avec des ingrédients hétéroclites? Il suffit d’ouvrir l’application WW et d’appuyer sur la fonction « Qu’avez-vous dans votre frigo? » pour trouver des idées d’utilisation de ce que vous avez sous la main. (Dans le doute, faites une soupe.) C’est tellement mieux que de jeter de la bonne nourriture à la poubelle.

3. Portez attention aux portions

Lorsque nous parlons de taille des portions, c’est généralement dans le cadre d’un régime alimentaire nutritif et équilibré. Mais la distribution de portions appropriées ne sert pas seulement à s’assurer que vous consommez suffisamment de fruits et de légumes; elle permet également d’éviter que les aliments ne se retrouvent dans les ordures.

En moyenne, les Américains jettent 3 % de chaque repas cuisiné à la maison, une quantité qui semble minuscule, mais qui est en fait énorme au total, selon M. Roe. Dans les restaurants et les cafétérias des lieux de travail, la quantité est beaucoup plus importante : environ 40 % du repas moyen est jeté, selon une étude publiée dans la revue PLoS One.

Le conseil de M. Roe : privilégiez les petites portions à la maison afin de ne pas être trop plein et finir ce qu’il y a dans votre assiette. (Vous pourrez toujours vous resservir si vous avez encore faim!) Au restaurant, demandez à votre serveur de vous décrire la taille du repas. S’il s’agit d’une quantité supérieure à ce que vous prévoyez de manger, demandez à ce que la moitié du repas soit placée dans une boîte à emporter avant que votre commande n’arrive à table.

4. Soyez avisé en matière de conservation des aliments

Connaître comment stocker correctement vos aliments peut prolonger leur durée de conservation et vous permettre d’en profiter au maximum. Les récipients hermétiques permettent de conserver la fraîcheur des aliments plus longtemps, selon Carmen Byker Shanks, Ph. D., Dt.P., chercheuse principale au Gretchen Swanson Center for Nutrition and Faculty de la Montana State University.

L’application gratuite FoodKeeper permet de suivre l’âge de vos aliments, tandis que Best Before vous rappelle d’utiliser un produit avant qu’il ne soit périmé. Les fruits et légumes commencent à ramollir? Mettez les fruits mûrs, comme les tomates entières, les avocats et les oranges, au réfrigérateur pour prolonger leur durée de vie de quelques jours. Faire tremper les légumes flétris dans de l’eau glacée pendant 10 à 15 minutes peut les remettre d’aplomb.

5. Mettez votre congélateur à profit

« La plupart des gens sous-utilisent leurs congélateurs », dit Mme Gunders. « Ils sont comme un bouton de pause magique. » Vous pouvez l’utiliser pour arrêter le temps pendant quelques jours ou une semaine pour une longue liste d’aliments inattendus. Congelez du pain, des produits de boulangerie, des pâtes ou du riz cuits, de la sauce pour pâtes, du beurre, du fromage râpé, du lait, des noix, etc.

Les fruits tranchés, les bananes pelées et les légumes blanchis se congèlent également bien, bien que le processus puisse affecter leur texture. Dans ce cas, vous pouvez ajouter des fruits congelés aux boissons fouettées et des légumes aux soupes ou aux ragoûts, suggère Mme Gunders. Découvrez des recettes et conseils pour des repas qui se congèlent que vous pouvez cuisiner à l’avance.

6. Connaissez la signification des dates de péremption

Neuf Américains sur dix déclarent avoir jeté des aliments uniquement parce que leur « date d’emballage », la date « consommer avant » ou la date « meilleur avant » était dépassée, rapporte le National Resources Defense Council (NRDC). Dans certains cas, ils ont peut-être agi trop tôt. « Ces dates sont la meilleure estimation du fabricant quant au moment où l’article est le plus frais », explique Mme Gunders. « Ça ne veut pas dire que vous ne pouvez pas en manger après cette date. »

Elle recommande d’utiliser ses sens comme guide; la plupart des aliments peuvent être consommés sans problème tant qu’ils n’ont pas une apparence ou une odeur bizarre. Juste quelques exceptions de sécurité à garder à l’esprit : la charcuterie, le poisson cru et les fromages non pasteurisés peuvent développer des bactéries pathogènes dans le réfrigérateur sans développer d’odeur ou de goût désagréable. Ces aliments doivent être utilisés avant leur date de péremption et cuits comme indiqué sur les emballages ou dans les recettes.

7. Faites preuve d’originalité pour ce qui est des restes

Les restes sont l’un des principaux aliments que les gens jettent, selon le NRDC. Pour ne pas oublier de les utiliser, rangez-les dans des récipients transparents à l’avant de votre réfrigérateur. « Prévoyez une soirée par semaine pour utiliser ces restes », suggère Mme Gunders. Vous pouvez les réinventer en soupes, ragoûts et sautés. Pour plus d’idées, elle recommande de chercher des recettes sur savethefood.com.

8. Envisagez le compostage

Dans un monde parfait, vous achèteriez et utiliseriez la bonne quantité de nourriture à chaque fois. Mais il y a de fortes chances que vous vous retrouviez avec plus que ce dont vous avez besoin à un moment donné. Vous produirez également, vous savez, de véritables déchets – des parties d’aliments que vous ne mangez tout simplement pas. Pour ces articles, vous pouvez essayer le compostage, un processus qui transforme les déchets tels que les pelures d’orange, les vieux légumes, les coquilles d’œuf et le marc de café en un riche engrais pour le sol.

De nombreuses villes disposent de programmes de compostage dans le cadre desquels les habitants déposent simplement leurs résidus alimentaires chaque semaine afin de créer du terreau fertile pour la collectivité. Vous pouvez aussi faire un tas de compost dans votre cour arrière pour un usage privé ou un lombricomposteur d’intérieur si vous n’avez pas d’espace extérieur et que cela ne vous dérange pas d’avoir quelques colocataires qui se tortillent.

9. Soutenez les organisations de sauvetage alimentaire

Ces groupes récupèrent les invendus alimentaires des restaurants, des magasins et d’autres entreprises, et les distribuent aux personnes et aux communautés dans le besoin.

À l’avenir

Aujourd’hui retraité de son poste à la banque alimentaire, Louis Albert se dit encouragé par la sensibilisation et l’action croissantes du public sur les questions interdépendantes du gaspillage alimentaire et de l’insécurité alimentaire. Si tous les membres de WW faisaient entendre leur voix, dit-il, les répercussions seraient « considérables ».

--

Sharon Liao, rédactrice et éditrice indépendante, se spécialise dans les domaines de la santé, de la nutrition et de la mise en forme. Elle vit à Redondo Beach, en Californie.

--

L’exactitude de cet article a été vérifiée en novembre 2021 par Christi Smith, M. Sc., certifiée CSCS, chef adjointe de la traduction scientifique de WW. L’équipe scientifique de WW est un groupe d’experts qui veille à ce que toutes nos solutions soient fondées sur les meilleures études possibles.