Épanouissement

Se faire des amis à l’âge adulte : c’est possible

En tant qu’adulte, comment surmonter les défis qui se posent sur le chemin des nouvelles amitiés.

Au primaire et au secondaire, on peut se faire des amis instantanément, en s’échangeant simplement un dîner ou en prenant l’autobus ensemble. Par la suite, cependant, alors qu’on commence à explorer le monde, notre grand bassin d’amis se met à fondre comme neige au soleil. La perte d’amitiés se fait particulièrement sentir dans les moments de transition, notamment des déménagements, l’arrivée d’un nouveau bébé ou d’un nouvel amoureux, un changement de carrière, une séparation et le départ des enfants du nid familial.  

« Les amitiés se nouent automatiquement lorsqu’on est enfant. À cette étape de vie, on a une masse critique de gens qui ont le même âge et les mêmes intérêts que nous dans notre entourage. Par contre, les choses se compliquent à l’âge adulte », affirme Andrea Bonior, Ph. D., auteure de The Friendship Fix: The Complete Guide to Choosing, Losing, and Keeping Up With Your Friends et professeure auxiliaire au Département de psychologie de la Georgetown University à Washington.

 

Passer outre le sentiment d’embarras

 

Supposons que vous rencontrez une nouvelle voisine et que vous établissez instantanément une connexion avec elle, par exemple en plaisantant sur le fait que vous avez toutes les deux de piètres habiletés au tennis. L’idée de lui donner votre numéro de téléphone cellulaire au cas où elle aurait des questions sur le quartier vous traverse l’esprit, mais un doute vous assaille et vous laissez finalement tomber. Vous ne voulez pas paraître trop engageant, car vous vous dites qu’elle pourrait chercher à vous éviter la prochaine fois qu’elle vous verra. Vous avez peur de tout gâcher. Vous préférez attendre de recroiser la personne quelques fois avant de lui offrir votre numéro.

Selon Mme Bonior, dans une telle situation, il ne faut pas avoir peur du sentiment d’embarras, car tout le monde ressent la même chose. Dans le cas de la rencontre avec votre voisine, vous auriez pu lui mentionner que vous vous sentez un peu mal à l’aise de lui donner votre numéro, que vous avez presque l’impression de lui demander un rendez-vous. Mme Bonior suggère de trouver le moyen de présenter les choses avec humour parce que cela peut être « payant » de vaincre son embarras.

 

S’armer de confiance

 

On peut trouver des amis potentiels au travail, mais beaucoup de gens hésitent à se rapprocher naturellement de leurs collègues, car ils supposent qu’ils n’ont pas vraiment le temps pour cela. « Vous savez, c’est vraiment facile en tant qu’adulte de trouver qu’on est trop occupé, de douter de soi-même, de se sentir embarrassé parce qu’on se croit vieux et sans amis », explique Mme Bonior. En réalité, s’adresser de tels propos négatifs peut créer plus d’anxiété et faire en sorte qu’il soit encore plus difficile de rencontrer des gens.

 

Décoller de son écran

 

Même si votre téléphone peut vous servir de filet de sécurité lorsque vous vous trouvez seul lors d’un événement social, mieux vaut éviter les distractions en pareil cas pour ne pas manquer les occasions qui s’offrent à vous de faire un brin de jasette. De plus, il est préférable de ne pas avoir de trop grandes attentes à l’égard des conversations spontanées. Peu importe le sujet qui alimente vos discussions impromptues (que ce soit la météo, la pizza ou une observation faite au hasard), celles-ci seront un premier pas vers des échanges plus sérieux, selon William Rawlins, Ph. D., auteur de The Compass of Friendship et professeur de communication à l’Ohio University.

Alors que de nouvelles amitiés peuvent émerger de bavardages sur les médias sociaux, rien ne peut remplacer la riche expérience que procure une rencontre en face à face. « Lorsqu’on a quelqu’un devant nous, cela nous permet de constater le genre d’énergie que la personne dégage, d’entendre le son de sa voix, d’observer la façon dont elle se comporte, d’entendre son rire et de voir son regard. Cela nous permet de nous faire une idée du genre de connexion qu’on pourrait avoir avec cette personne », dit M. Rawlins.

 

Découvrir sa communauté

 

Faire des rencontres, c’est un peu comme jouer à la loterie. Mais il ne faut pas se mettre de pression. Comme l’explique Mme Bonior, plus vous croiserez le chemin d’autres personnes en faisant ce que vous aimez – qu’il s’agisse de vous promener avec votre chien à votre parc favori, d’assister à votre séance de mise en forme du week-end ou encore de faire du bénévolat pour appuyer une bonne cause, plus vous aurez de chances de vous faire des amis. « Si vous commencez à fréquenter les mêmes endroits et les mêmes groupes de gens régulièrement, au fil du temps, vous pouvez recréer le genre de communauté qui se formait naturellement lorsque vous étiez enfant. De la répétition émerge la familiarité, et de la familiarité découlent de bons sentiments, ce sur quoi se fondent les bonnes amitiés », affirme Mme Bonior.

 

Faits intéressants au sujet des amitiés à l’âge adulte

 

Une étude portant sur les avantages de l’amitié tout au long de la vie parue dans Personal Relationships a révélé qu’on sous-estime généralement le nombre d’individus qui peuvent vivre les mêmes difficultés que nous sur le plan de l’amitié. Cela vaut donc la peine de tenter de surmonter ces difficultés.

Selon cette même étude, pour favoriser la santé et le bonheur, les relations avec les amis auraient autant d’importance que les liens familiaux tout au long de la vie. « Nous nous attendions à ce que l’étude révèle que l’amitié a un effet positif sur les gens, mais nous avons été surpris de découvrir que celle-ci prend de l’importance au fil du temps », explique le principal chercheur de l’étude, William Chopik, Ph. D., professeur adjoint de psychologie à la Michigan State University. « L’importance des amitiés ne diminue jamais, alors je vous suggère d’investir dans celles que vous trouvez les plus enrichissantes et qui ont le potentiel de passer l’épreuve du temps. »