Épanouissement

Savez-vous qui vous êtes?

En comprenant qui nous sommes et comment les autres nous perçoivent, nous pouvons plus facilement effectuer des changements pour améliorer notre vie.

 

Que savez-vous sur vous-même? Vous pourriez être surpris en essayant de répondre à cette question. Quand nous pensons à ce que nous sommes et à ce que nous voulons de la vie, nous avons tendance à nous référer à une version périmée de nous-même.

C’est là que la conscience de soi entre en jeu. Posséder cette conscience de soi et de nos actions, c’est la première étape de n’importe quel changement majeur.

« La conscience de soi est la clé de voûte de la croissance personnelle et de la réussite », explique Kasandra Monid, accompagnatrice en mieux-être chez ThinkLife Coaching à Toronto. « Quand on a la conscience de soi, on se connaît soi-même. Il s’agit d’une connaissance intime de nous-même; de nos pensées, de nos sentiments, de notre comportement, de nos points forts et limites, de notre estime personnelle et de notre potentiel. »

Lorsque nous arrivons à cet état de conscience, nous vivons pleinement toutes nos expériences et nos sentiments, au lieu de les considérer en simple spectateur.

« Il faut avoir cette conscience de soi pour accéder à la pleine conscience », ajoute Kasandra Monid. « Nous comprenons alors tout ce qui se passe en nous — physiquement, mentalement et émotionnellement — ainsi que tout ce qui se produit autour de nous dans notre environnement, et nous acceptons tout cela sans jugement, sans critique et sans idées préconçues. »

Voyons maintenant pourquoi il est si important de posséder la conscience de soi et comment on peut s’y prendre pour atteindre cet état.

La conscience de soi apporte de la clarté 
Lorsque nous ne savons pas qui nous sommes et que nous agissons sans réfléchir, nous pouvons facilement tomber dans le piège de la victimisation. Nous nous préoccupons de façon obsessive des événements négatifs dans nos vies et nous avons tendance à revenir encore et toujours sur ces épisodes tristes.

« Quand on s’applique à prendre pleinement conscience de la réalité, on devient plus calme, on voit les choses plus clairement et l’on agit de façon plus cohérente, ce qui favorise le bien-être dans tous les domaines de notre vie », affirme Kasandra Monid. « Avoir la maîtrise de notre esprit nous permet de reconnaître les signaux internes de notre corps pour mieux interpréter la faim et la satisfaction. Nous pouvons ainsi empêcher notre psyché de se comporter en singe qui saute d’une branche à l’autre et faire taire notre verbiage intérieur pour être mieux à l’écoute de notre corps quand il nous donne des signes de stress, de fatigue ou de maladie. C’est aussi de cette façon que l’on arrive à repérer les pensées, les sentiments et les attitudes qui nous empêchent d’évoluer. » À l’inverse, dans un état de pleine conscience, nous savons reconnaître notre créativité, nos forces et nos ressources.

La conscience de soi est source de compassion
Les personnes qui ne savent pas se regarder elles-mêmes croient que tout irait mieux si le monde ou les autres pouvaient changer. Elles ont souvent de la difficulté à assumer la responsabilité des événements les plus douloureux de leur passé ou à reconnaître le portrait qu’elles présentent aux autres.

À l’opposé, les gens qui cherchent continuellement à mieux se connaître « en arrivent à être plus patients, plus bienveillants et plus compatissants envers eux-mêmes », dit Kassandra Monid. « Cette acceptation de soi les amène à montrer plus de tolérance et d’empathie envers les autres et à adopter une approche constructive plutôt que réactive dans leurs façons de penser et d’agir par rapport aux autres et aux défis de la vie. »

Une approche consciente nous aide aussi à mieux traiter les personnes, particulièrement les proches, qui ont de la difficulté à s’accorder avec notre nouvelle « identité ». « Ma recommandation dans ces cas-là est de montrer de la patience et de prendre en considération l’inconfort et la résistance des personnes en cause », précise Kassandra Monid.

 « Il faut du temps pour s’adapter, car ce n’est jamais facile de composer avec le changement et d’abandonner nos habitudes familières. Bon ou mauvais, le changement signifie généralement qu’une chose doit prendre fin pour qu’une autre commence. En maintenant une attitude optimiste et en agissant de façon constructive, on peut souvent en arriver à persuader les autres des avantages de la “nouveauté”. »

La conscience de soi nous indique notre état émotif
L’intelligence émotionnelle repose sur la conscience de soi, puisqu'on doit d’abord accéder à cet état pour reconnaître et comprendre nos émotions et arriver à les maîtriser plutôt que de se laisser contrôler par elles.

« Le fait de prêter attention à nos émotions nous permet de repérer les déclencheurs de certaines habitudes comme la compulsion alimentaire », souligne Kassandra Monid. « De nombreux états émotifs, notamment la dépression, l’ennui et la colère, peuvent nous amener à chercher le réconfort dans la nourriture. C’est en apprenant à se connaître que l’on peut comprendre les facteurs, les endroits et les raisons qui nous poussent à manger et ainsi déterminer si notre faim est une réaction physique ou émotionnelle. »

Comment développer la conscience de soi
Voici quelques conseils et techniques proposées par Kassandra Monid pour améliorer la conscience de soi :

  • Maintenir un état de pleine conscience. En un mot, la pleine conscience consiste à prêter constamment attention à ce qui se passe au moment présent. Nous pouvons nous exercer à le faire dans nos activités quotidiennes, par exemple, en écoutant, en mangeant, en marchant, en lavant la vaisselle ou en pliant le linge.
  • Tenir un journal. L’écriture de nos pensées et de nos sentiments peut nous aider à faire le vide et à analyser les circonstances dans notre vie à mesure qu’elles surviennent. Cela exige que nous prenions conscience de ce qui se passe dans notre for intérieur et que nous notions ce que nous ressentons et ce que nous nous disons intérieurement, ainsi que nos réactions physiques, comme un mal de tête, un nœud à l’estomac ou des douleurs au cou.
  • Se créer un espace personnel. Pour trouver le temps de se concentrer sur soi-même et de faire le point, on doit se réserver quelques périodes quotidiennes de calme. Ces périodes nous permettent de nous retrouver seul avec nous-même dans un repos total ou alors en nous livrant à des activités paisibles comme la création artistique, l’écriture, la lecture ou l’écoute musicale.
  • Pratiquer des activités qui stimulent à la fois l’esprit et le corps. Parmi ces activités qui améliorent le bien-être, on peut mentionner la méditation, le yoga, le tai-chi et le Qi Gong.

C’est en apprenant à nous connaître nous-même que nous parviendrons à vivre pleinement nos expériences et à accepter notre caractère unique comme il se manifeste au moment présent. Nous serons alors en mesure de reconnaître et d’effectuer les changements nécessaires dans les domaines de notre vie où nous voulons nous améliorer.