Perspective scientifique : la perte de poids et les pilules amaigrissantes

Vous êtes-vous déjà demandé ce que contiennent les pilules amaigrissantes, ou si elles sont sûres? Lisez ce que la science a à dire au sujet des divers suppléments et pilules amaigrissants.

Le cheminement de perte de poids de chaque personne est unique, mais il y a habituellement un trait commun : on se rend compte que pour perdre du poids, il faut du temps et des efforts. Il faut préparer des aliments, aller au gym, et s’engager à abandonner les habitudes et comportements malsains. Pas étonnant, donc, que les pilules amaigrissantes attirent ceux qui veulent perdre du poids rapidement; en fait, environ 15 pour cent des adultes américains ont essayé un supplément amaigrissant à un moment ou un autre dans leur vie, selon les National Institutes of Health.

Une pilule serait-elle vraiment le raccourci de perte de poids que nous cherchions? Pas si vite. Comme on le sait, si quelque chose a l’air trop beau pour être vrai, ça l’est probablement, et les médicaments amaigrissants ne font pas exception. Les pilules (médicaments sur ordonnance et en vente libre et suppléments alimentaires) ne se veulent pas une solution pour perdre rapidement et facilement du poids. « Elles peuvent être un morceau utile du casse-tête, mais elles ne sont pas une solution miracle », affirme Kent Sasse, médecin spécialiste de l’obésité de Reno, au Nevada, et auteur de The Type II Diabetes Cure. Dans certains cas, ces pilules peuvent même être dangereuses pour la santé. Découvrez comment les pilules amaigrissantes agissent.

 

Comment les pilules amaigrissantes agissent-elles?
 

Les pilules amaigrissantes agissent (semble-t-il) de plusieurs façons, selon leurs ingrédients. Certaines accélèrent le métabolisme pour brûler plus de gras, tandis que d’autres diminuent l’appétit ou limitent la quantité de gras que le corps peut tirer des aliments, explique le docteur Sasse.

 

Pilules amaigrissantes sur ordonnance et en vente libre
 

Les médecins recommandent parfois des pilules amaigrissantes sur ordonnance combinées à une alimentation et de l’exercice aux patients qui ont beaucoup de poids à perdre, ceux qui ont habituellement un indice de masse corporelle (IMC) de 27 ou plus. Mais on n’a pas besoin d’une ordonnance : bien des pilules et suppléments amaigrissants sont en vente libre. Bien entendu, cela ne signifie pas forcément qu’ils sont sûrs pour tout le monde. En fait, certains de ces produits peuvent avoir des conséquences inquiétantes pour la santé, comme des dommages au foie ou des problèmes cardiaques. C’est la raison pour laquelle il faut toujours obtenir le feu vert de son médecin avant de prendre un nouveau médicament ou supplément, même s’il est en vente libre.

 

Les pilules amaigrissantes sont-elles sûres?

 

Ça dépend. « Les médicaments approuvés par le FDA ont subi des essais cliniques rigoureux et ont peu d’effets secondaires », révèle le docteur Sasse. Mais comme tout médicament et supplément, les pilules amaigrissantes peuvent avoir des effets secondaires et des risques déplaisants ou néfastes, même s’ils ont subi des essais cliniques et ont été approuvés par le FDA.

Un autre avertissement : les tablettes des pharmacies et des magasins de suppléments sont remplies de pilules amaigrissantes qui ont fait l’objet de peu ou pas de recherches, donc les effets à long terme de leur consommation peuvent ne pas être clairs. D’autre part, certaines options sont carrément dangereuses. En fait, on a découvert, après leur lancement sur le marché, que certaines pilules amaigrissantes approuvées au départ par le FDA, comme la dexfenfluramine (Redux) et la fenfluramine (Fen-Phen), étaient liées à des risques inquiétants pour la santé et leur approbation par le FDA a été annulée.

 

Perspective scientifique sur sept pilules amaigrissantes communes

 

Le marché des pilules amaigrissantes offre une multitude de produits, mais ces sept pilules amaigrissantes sont certaines des plus communes. Voici la façon dont elles fonctionnent, leur efficacité et leur sécurité selon la science, et des renseignements sur leurs effets secondaires possibles.

 

1. Orlistat (alias Xenical et Alli)

 

L’orlistat est disponible en capsules sur ordonnance (Xenical) et en vente libre (Alli). Alli est approuvé pour les adultes dont l’IMC est 25 ou plus, tandis que Xenical vise les personnes qui font de l’embonpoint ou sont obèses et peuvent également être atteintes du diabète ou de maladies cardiaques, ou dont la tension artérielle ou le taux de cholestérol est élevé.

Fonctionnement : l’orlistat diminue la quantité de gras alimentaire absorbé par les intestins; le gras qui n’est pas absorbé est éliminé du corps lors des selles.

Cela dit, l’orlistat ne vous donne pas le droit de manger tout ce que vous voyez. Pour être efficace, cette pilule doit être jumelée à un régime alimentaire à teneur réduite en calories et faible en gras.

Habituellement, on prend l’orlistat trois fois par jour, aux repas. On recommande aux personnes qui prennent de l’orlistat de prendre une multivitamine également, pour combler les écarts nutritifs qui peuvent se produire lorsque le corps n’absorbe pas certaines vitamines.

Perspective scientifique : dans une étude de six mois publiée dans le Journal of Obesity, les participants qui prenaient Xenical ont non seulement perdu du poids et fait diminuer leur IMC, mais ils ont commencé à manger des aliments plus sains comme des fruits et des légumes et diminué leur consommation d’aliments malsains comme les croustilles, le gâteau et les aliments frits. Selon une autre étude, comparativement à un placébo, l’orlistat permettait une diminution importante du poids et de l’IMC, de la circonférence de la taille, du taux de cholestérol total et du taux de LDL (« mauvais cholestérol »).

Effets secondaires : l’effet secondaire le plus commun de l’orlistat est les troubles gastro-intestinaux. Parmi ces symptômes, on compte les suivants :

  • Taches grasses dans les sous-vêtements après des gaz
  • Selles lâches ou huileuses
  • Diarrhée
  • Difficulté à contrôler les selles ou besoin urgent d’aller à la toilette
  • Douleurs abdominales

L’orlistat peut également causer ce qui suit :

  • Cycles menstruels irréguliers
  • Maux de tête
  • Anxiété
  • Urticaire, démangeaisons ou éruption cutanée
  • Difficulté à respirer ou à avaler
  • Fatigue ou faiblesse
  • Perte d’appétit
  • Nausée ou vomissements

Il est plus probable de ressentir les effets secondaires de l’orlistat si son régime alimentaire est riche en gras, donc on conseille aux gens d’éviter les aliments qui contiennent plus de 30 pour cent de gras, comme le bifteck, l’avocat et certains aliments transformés ou de restauration rapide.

 

2. Hydroxycut

 

Si vous avez passé du temps dans les allées de suppléments, vous êtes peut-être tombé sur Hydroxycut, un supplément alimentaire dont la formule a changé au fil des ans. Hydroxycut contenait au départ de l’éphédra, un ingrédient de perte de poids végétal, mais, en 2004, le FDA a interdit la vente de produits contenant de l’éphédra en raison de préoccupations cardiovasculaires. Il existe maintenant plusieurs formules d’Hydroxycut. Selon le cas, le produit peut contenir des ingrédients comme la caféine et de l’extrait de grain de café vert.

Fonctionnement : Hydroxycut affirme que ses produits favorisent la perte de poids en accélérant le métabolisme. La gamme comprend des capsules, des jujubes et des préparations pour boisson, qui doivent être pris deux fois par jour.

Perspective scientifique : Hydroxycut a fait l’objet d’un examen minutieux en raison du manque de preuves que les produits ont l’efficacité annoncée. De plus, Hydroxycut peut être dangereux pour la santé, même si on a retiré l’éphédra de la formule. Il a également été lié à des lésions hépatiques graves, mais on ne sait pas exactement quels ingrédients en sont la cause.

Effets secondaires : la nouvelle formule de Hydroxycut a plusieurs effets secondaires, qui peuvent comprendre les suivants :

  • Difficulté à dormir ou insomnie
  • Anxiété
  • Nausée
  • Mal de tête
  • Augmentation du rythme cardiaque et de la tension artérielle
  • Diarrhée
  • Vomissements
     

3. Contrave

 

Disponible sur ordonnance, Contrave est une combinaison de deux médicaments génériques, le bupropion, un antidépresseur, et le naltrexone, employé pour la toxicomanie.

Fonctionnement : Contrave agit sur le cerveau pour diminuer l’appétit et le désir de manger pour se réconforter. On en prend tout d’abord un comprimé chaque matin, puis on augmente progressivement la dose jusqu’à deux comprimés par jour. L’augmentation graduelle de la posologie permet au corps de s’ajuster au médicament.

Perspective scientifique : Contrave permet de perdre plus de poids que l’alimentation ou l’exercice seulement, selon un essai clinique à double insu, aléatoire et comparativement à un placébo. La même étude de 56 semaines a montré que les patients qui ont pris Contrave ont perdu en moyenne 5,4 pour cent de leur poids corporel.

Effets secondaires : parmi les effets secondaires de Contrave, on compte les suivants :

  • Nausée et vomissements
  • Mal de tête
  • Constipation
  • Étourdissements
  • Insomnie
  • Convulsions
  • Diarrhée
  • Augmentation de la tension artérielle et du rythme cardiaque
  • Risque accru de pensées suicidaires
  • Convulsions
  • Augmentation du nombre de pensées suicidaires

Les personnes qui souffrent de convulsions, dont la tension artérielle élevée n’est pas contrôlée, qui ont une dépendance aux narcotiques ou qui prennent des médicaments pour traiter une telle dépendance ne doivent pas prendre Contrave.

 

4. Belviq

 

Allié à un régime et à de l’exercice, ce médicament sur ordonnance pour la perte de poids peut aider les adultes obèses ou qui font de l’embonpoint à perdre du poids.

Fonctionnement : Belviq active les récepteurs du cerveau qui augmentent le sentiment de satiété. Autrement dit, on se sent rassasié tout en mangeant moins. Le médicament est offert en deux doses différentes. Le comprimé de 10 mg se prend deux fois par jour. Le comprimé de 20 mg se prend une fois par jour.

Perspective scientifique : selon les recherches, Belviq est efficace pour la perte de poids. Selon un essai clinique, après deux semaines d’utilisation, les patients qui prenaient Belviq avaient perdu 3,3 livres, alors que ceux qui prenaient un placébo en avaient perdu deux.

Effets secondaires : parmi les effets secondaires de Belviq, on compte les suivants :

  • Mal de tête
  • Étourdissements
  • Fatigue
  • Nausée
  • Bouche sèche
  • Constipation

Il y a d’autres effets secondaires possibles pour les diabétiques, comme l’hypoglycémie et des douleurs au dos. Si les patients n’ont pas perdu cinq pour cent de leur poids corporel au bout de 12 semaines de traitement, ils doivent cesser de prendre Belviq. 

 

5. Saxenda

 

Saxenda, une marque du médicament liraglutide, est une injection sur ordonnance pour la perte de poids qu’on s’administre une fois par jour. Allié à une alimentation faible en calories et à une augmentation de l’activité physique, il peut aider les adultes obèses ainsi que ceux dont l’IMC est de 27 ou plus et qui ont un problème médical lié au poids à perdre du poids et à ne pas le reprendre.

Fonctionnement : le corps produit naturellement une hormone (GLP-1) qui contrôle la faim. Injecté dans l’abdomen, le haut de la jambe ou le haut du bras, Saxenda imite cette hormone, aidant à contrôler l’appétit et à manger moins.

Perspective scientifique : environ 62 pour cent des personnes qui prenaient du liraglutide ont perdu au moins cinq pour cent de leur poids corporel (comparativement à 27 pour cent des personnes qui prenaient un placébo) selon un essai aléatoire contrôlé publié dans The New England Journal of Medicine.

Trente-trois pour cent des personnes qui prenaient du liraglutide ont perdu plus de dix pour cent de leur poids corporel.

Effets secondaires : parmi les effets secondaires de Saxenda, on compte les suivants :

  • Nausée
  • Diarrhée
  • Constipation
  • Mal de tête
  • Vomissements
  • Hypoglycémie
  • Mal d’estomac ou douleur à l’estomac
  • Fatigue
  • Étourdissements

Parmi les effets secondaires plus graves mais moins communs de Saxenda, nommons les tumeurs à la glande thyroïde (notamment le cancer), les troubles de la vésicule biliaire (dont les calculs biliaires), l’insuffisance rénale et l’inflammation du pancréas.

 

6. Qsymia

 

Disponible sur ordonnance, Qsymia combine deux médicaments : la phentermine, qui diminue l’appétit, et le topiramate, qui sert à traiter les convulsions et les migraines. Qsymia est prescrit pour aider les adultes qui font de l’embonpoint ou sont obèses et ont des problèmes médicaux liés au poids à perdre du poids, et à ne pas le reprendre.

Fonctionnement : Qsymia aide à diminuer la faim et à donner la sensation d’être rassasié plus tôt, ce qui permet de moins manger.  

Perspective scientifique : deux essais importants effectués en 2012 ont montré que, après un an de traitement, les personnes qui prenaient Qsymia avaient perdu beaucoup plus de poids que les participants qui avaient pris un placébo. 

Effets secondaires : parmi les effets secondaires de Qsymia, on compte les suivants :

  • Constipation
  • Étourdissements
  • Bouche sèche
  • Picotements dans les mains et les pieds
  • Difficulté à dormir et fatigue excessive

Comme Qsymia peut causer des anomalies congénitales, les femmes enceintes ou qui prévoient de devenir enceintes ne doivent pas prendre Qsymia. Les personnes qui allaitent ou qui souffrent de glaucome ou d’hyperthyroïdisme ne doivent également pas prendre ce médicament.

 

7. Cétones de framboise

 

Les cétones de framboise sont une substance que contiennent les framboises, d’où leur arôme. Utilisées au départ dans des produits comme la crème glacée et les produits de beauté pour améliorer la saveur, les cétones de framboise sont maintenant présentées comme un supplément alimentaire qui aide à perdre du poids.

Fonctionnement : les fabricants de suppléments aux cétones de framboise affirment que leurs produits aident à perdre du poids en brisant les cellules de gras et en contrôlant le métabolisme.  

Perspective scientifique : seul un essai aléatoire contrôlé, publié dans The Journal of the International Society of Sports Medicine, se penche sur les cétones de framboise et la perte de poids. L’étude, qui portait sur 70 patients obèses, mais autrement en bonne santé, a révélé que ceux qui avaient pris un supplément contenant plusieurs ingrédients, dont les cétones de framboise, la caféine, l’orange amère et le gingembre, avaient perdu deux pour cent de leur poids corporel en huit semaines, alors que les personnes qui avaient pris un placébo en avaient perdu 0,5 pour cent. Comme le produit amaigrissant contient plusieurs ingrédients, il est impossible de savoir si les résultats étaient directement liés aux cétones de framboise.

Effets secondaires : il faut effectuer plus de recherches pour comprendre l’éventail d’effets secondaires, mais il n’y a actuellement aucun effet indésirable grave.

 

Devriez-vous prendre des pilules amaigrissantes?

 

C’est à vous et votre médecin de décider si vous devriez prendre des médicaments sur ordonnance. Par contre, pour ce qui est des suppléments alimentaires non surveillés par le FDA ou les autres pilules amaigrissantes en vente libre, les effets secondaires, le coût et l’impact inconnu ou potentiellement dangereux sur votre santé à long terme ne valent tout simplement pas le risque.

« Dans le meilleur des cas, les pilules amaigrissantes, qui permettent une perte de poids importante sans adopter de stratégies pour maintenir son poids à long terme, équivalent à demander à un patient à mettre un pansement adhésif sur une plaie béante », affirme Jaclyn London, diététiste agréée responsable de la nutrition à WW. « Au pis, les effets secondaires vont vous rendre malade, vous gaspillerez de l’argent sur un traitement qui ne fonctionne pas ou vous augmenterez votre risque de complications à long terme possibles pour votre santé. »

En outre, même une pilule amaigrissante ne tient pas compte des facteurs psychologiques sous-jacents qui contribuent au poids de la personne. « Les médicaments sont une solution rapide à un problème qui exige un examen approfondi de ce qui a causé le gain de poids au départ : l’environnement, les facteurs psychosociaux, le niveau d’activité physique, les antécédents de troubles des habitudes alimentaires, les antécédents quant aux aliments et au poids, la sécurité alimentaire, l’exposition à une éducation sur la nutrition, les facteurs génétiques, et bien d’autres facteurs », déclare Jaclyn, ajoutant que seuls certains cas justifient des médicaments amaigrissants. « Il vaut la peine d’en discuter de manière approfondie avec votre médecin. » 

Cela dit, votre médecin et vous devez également tenir compte des effets secondaires et de l’interaction médicamenteuse avant que vous preniez des pilules amaigrissantes, et rappelez-vous que certaines personnes ne devraient jamais en prendre : si vous êtes enceinte ou allaitez, avez des antécédents de troubles des habitudes alimentaires, êtes diabétique ou prenez des médicaments ou de l’insuline pour traiter l’hyperglycémie, il est préférable de vous abstenir.

Et pour le reste d’entre nous, le message est simple : « il n’existe ni pilule ni supplément amaigrissant qui fonctionnent indépendamment de tout ce que vous faites d’autre pendant la journée, » rappelle Jaclyn. « Même s’il est en vente libre, vous devez consulter votre médecin avant de commencer une nouvelle intervention »

Vous manquez d’enthousiasme devant les risques possibles pour la santé, les maux d’estomac, la nausée et autre? Évitez carrément ces réactions en songeant à d’autres méthodes de perte de poids, comme la consommation d’un moins grand nombre de calories, la pratique d’une activité physique et l’adoption d’habitudes alimentaires saines. 

 

Rachel Morris est une directrice de la rédaction de WW. Elle a fait partie du personnel des magazines Dr. Oz The Good Life, Woman’s Day et Parents et a écrit pour des publications comme O, The Oprah Magazine, Women’s Health, et Martha Stewart Living. Sa collation ZéroPoints préférée : la mangue! 

 

Revisé par Jackie London, R.D., novembre 2019