Épanouissement

Mettre l’épuisement en échec

Comment éviter l’épuisement et le surmonter, s’il vous fait déjà obstacle.

Personne n’est à l’abri de l’épuisement. En effet, le stress du travail et de la vie en général s’accumule parfois au point où nous ressentons un épuisement, semble-t-il, quasi permanent.

Nous avons demandé à des experts de nous éclairer sur la façon d’établir si nous souffrons d’épuisement, sur la façon d’éviter l’épuisement et sur la façon de le surmonter si nous l’éprouvons déjà.

« Sans contredit, il est difficile de savoir précisément s’il s’agit d’un épuisement », explique Stanley J. Ward, Ph. D., coach et éducateur en leadership, au Texas. « Vous croyez que quelque chose ne va pas, mais vous êtes incertain quant à la manière de redresser la situation. »

Pour déterminer ce qui se passe, vous devrez procéder à une autoréflexion honnête, affirme-t-il. Et si vous avez de la difficulté à comprendre ce qui vous arrive, faites le point avec une personne de confiance pour obtenir de la rétroaction.

« Il peut être compliqué de distinguer l’épuisement de la dépression », souligne M. Ward. « C’est donc une autre raison pour laquelle il est bon d’en discuter avec une personne qui vous connaît. Il existe aussi en ligne divers outils de dépistage. »

 

Comment savoir si un épuisement est en cause

 

« Pour savoir si un épuisement est en cause, je me reporte aux trois facteurs indiqués dans l’échelle de mesure de l’épuisement de Maslach », déclare M. Ward. « Pour faire le point, posez-vous ces trois questions : Suis-je émotionnellement vidé? Ai-je l’impression d’être déconnecté des gens? Ai-je l’impression d’être efficace au travail ou à la maison? »

Si vous avez répondu « oui » aux deux premières questions et « non » à la troisième, M. Ward est d’avis que vous vous dirigez vers ou êtes déjà aux prises avec un épuisement.

Michael Levitt, auteur à Toronto, PDG de Breakfast Leadership et animateur du balado du même nom, dit qu’il a lui-même vécu un épuisement en 2009.

 

« En l’espace de 369 jours, j’ai fait une crise cardiaque qui aurait dû me tuer, j’ai perdu mon emploi, ma voiture a été reprise et, enfin, ma maison a été saisie. C’était certainement l’année des pires scénarios », dit-il. « Mon épuisement a donné lieu à chacune de ces situations. Maintenant, j’ai réinventé ma vie et je peux éviter l’épuisement. »

 

M. Levitt indique que surveiller les quatre éléments ci-dessous peut aussi vous aider à déterminer si vous vous rapprochez de l’épuisement.

  1. Irritabilité. « Si vous constatez que vous vous fâchez facilement (ou plus facilement que d’habitude), vous pourriez souffrir d’épuisement », dit-il.
  2. Sommeil de moins bonne qualité.
  3. Nombre accru d’erreurs au travail.  
  4. Manque d’intérêt à l’égard des choses qui vous plaisent d’habitude. « Ceci inclut les passe-temps, les activités sociales avec des amis, le sexe, etc. »

 

Comment éviter l’épuisement avant qu’il commence

 

M. Ward offre trois conseils pour éviter l’épuisement :

  1. « Soyez conscient de ce qui vous captive, vous procure de la joie, vous rend épanoui. Assurez-vous que ces choses font partie de votre vie. Plus vous en intégrez à votre quotidien, mieux c’est. »
  2. « Restez en contact avec les gens. »
  3. « Bien que “regarder Netflix et décompresser” puisse être une bonne façon de passer une partie de vos moments de détente, l’inactivité n’empêche pas l’épuisement. Donc, veillez à ce que vos temps d’arrêt incluent des activités qui vous plaisent véritablement et qui vous aident à constater vos accomplissements, quels qu’ils soient. Les passe-temps peuvent être utiles à cette fin. »
     

Comment faire face à un épuisement qui vous fait déjà obstacle

 

« Pour contrer l’épuisement, nous devons nous éloigner de l’épuisement émotionnel, de la dépersonnalisation et d’un manque d’efficacité personnel », déclare M. Ward. « Donc, nous devons nous concentrer sur les choses qui nous fournissent de la joie et nous donnent un sentiment d’épanouissement. Nous devons aussi rester en contact avec nos communautés, familles et amis et prendre délibérément des mesures pour voir nos réalisations (même s’il s’agit de quelque chose de simple comme faire son lit chaque jour). »

Bien que M. Ward signale qu’il a un parti pris en la matière en raison de son travail, il suggère fortement de trouver un coach qui se spécialise dans les problèmes liés à l’épuisement – quelqu’un agréé par l’International Coach Federation (ICF).

Un coach peut vous aider à voir plus clairement ce qui se passe et à prendre la situation en main, précise M. Ward. « Il vous responsabilisera aussi par rapport aux démarches que vous effectuerez, ce qui est vraiment utile lorsque vous êtes émotionnellement épuisé. »

Il ajoute aussi qu’un coach de l’ICF est obligé sur le plan éthique de recommander une thérapie si celle-ci est requise. Ainsi, un coach qui a reçu une formation adéquate peut aider à dépister la dépression.

M. Levitt recommande une brève, mais marquante activité de conscientisation pour aider à neutraliser votre épuisement.

« Sur une feuille de papier, créez deux colonnes. Dans la colonne de gauche, énumérez toutes les choses qui vous offrent beaucoup de joie », dit-il. « Il peut s’agir d’une sortie à votre restaurant ou café préféré ». Indiquez tout ce qui vous plaît vraiment et vous donne de l’énergie.

« Dans la colonne de droite, écrivez la dernière date à laquelle vous avez fait chacune de ces choses. »

Le laps de temps entre ce qu’indique la colonne B et aujourd’hui pourrait vous étonner.

« Ensuite, prenez votre calendrier et réservez un créneau horaire pour certaines de ces choses préférées au cours des deux prochaines semaines », explique M. Levitt. « N’ANNULEZ PAS ces rendez-vous. Considérez-les comme une réunion cruciale avec votre patron. Annuleriez-vous une réunion importante avec votre patron? Pourquoi donc annulez-vous les choses dans votre vie qui vous sont bénéfiques? »

M. Ward ajoute qu’il est utile de comprendre que l’épuisement est un « spectre d’indicateurs ».

« L’échelle de Maslach signale aussi que l’épuisement n’est pas un état pouvant être “allumé” ou “éteint”. C’est un continuum », explique M. Ward. « Étant donné les exigences de la vie, nous nous trouvons tous quelque part sur le spectre. Lorsque cela nous empêche d’avoir une vie épanouissante, de rester en contact avec nos proches et d’avoir un sentiment d’accomplissement, il est temps de passer à l’action. »