5 raisons d’envisager de renoncer à l’alcool

Voici pourquoi vous devriez faire une pause avec l’alcool.

Nous avons été nombreux à abuser de boissons alcoolisées pendant le confinement. Il est maintenant temps de lever le pied et de faire une pause.

« Les gens boivent plus aujourd’hui parce qu’ils ont peur du présent et de l’avenir », déclare la Dre Gail Saltz, professeure agrégée de psychiatrie à la New York Presbyterian Hospital Weill-Cornell School of Medicine et animatrice du balado Personology d’iHeartMedia. 

 

« Cette incertitude et cette crainte alimentent l’anxiété, et l’alcool est un moyen immédiat de diminuer ce sentiment. »

 

« Cela s’explique par la nature de l’alcool et par la façon dont il affecte le corps », affirme-t-elle.

 

« L’alcool fait partie d’une catégorie de drogues appelées dépresseurs, et cause notamment un ralentissement du système nerveux central. C’est également une drogue qui crée une dépendance, ce qui signifie qu’une personne habituée à ingérer une certaine quantité d’alcool aura besoin, au fil du temps, de boire plus pour voir son anxiété diminuer, par exemple », explique la Dre Saltz. « Avec le temps, les gens qui boivent moins ou qui ont arrêté peuvent se retrouver en manque, et connaître des nausées, des sueurs, un rythme cardiaque rapide [et] un mal-être général. C’est généralement ce qui pousse les gens à se remettre à boire. »

 

Après des mois de pandémie de COVID-19, beaucoup se sont peut-être tournés vers l’alcool pour échapper à leurs craintes ou à leurs sentiments.

 

« [Les gens] sont souvent à la maison, se sentent enfermés, s’ennuient, se disputent avec leur famille, manquent de nouveauté ou de divertissement dans leur vie et l’alcool leur donne l’impression de s’échapper », poursuit la Dre Saltz. « L’alcool est attirant, car il est associé depuis toujours aux rassemblements et au divertissement. L’alcool produit ses effets au moment où il est consommé, ce qui pousse à boire davantage », dit-elle.

 

Selon la Dre Saltz, si vous êtes très anxieux, prenez-vous en main en faisant régulièrement des exercices d’aérobie, en vous exerçant à vivre pleinement le moment présent, en méditant, en faisant des exercices de respiration profonde, et en discutant avec d’autres personnes pour obtenir un soutien social. En plus de vous faire du bien, les inconvénients et les risques de dépendance sont nuls. Parler à un thérapeute peut également se révéler bénéfique.

 

« Les personnes qui boivent pour réduire leur anxiété, se sentir plus détendues, s’échapper, s’endormir, soulager leur état actuel ou leurs pensées sont plus susceptibles de développer un problème, car elles auront besoin de toujours plus d’alcool pour y parvenir », explique la Dre Saltz.

 

Elle ajoute que boire de l’alcool pour trouver le sommeil est contreproductif.

 

« L’alcool peut vous aider à vous endormir rapidement, mais il est à l’origine d’un sommeil saccadé. En perturbant les phases du sommeil, vous passez une nuit moins reposante. »

 

Si vous avez remarqué que votre consommation d’alcool avait augmenté, il est important de la réduire, explique la Dre Saltz.

 

« Si vous avez éprouvé ou éprouvez le besoin de continuer à boire et d’augmenter votre consommation d’alcool, vous devriez arrêter complètement et vous y tenir. Les personnes souffrant d’abus d’alcool ou de dépendance à l’alcool ne doivent pas boire d’alcool… du tout. Une fois que vous avez développé une dépendance, vous risquez de rechuter si vous vous remettez à boire. Votre système nerveux est conditionné pour la dépendance. »

 

5 raisons de cesser l’alcool

 

  1. Vous serez de meilleure humeur : « L’alcool apporte un sentiment de liberté passager, mais il étourdit le cerveau et plombe l’humeur », explique William W. Li, M.D., médecin, scientifique et auteur du célèbre livre du New York Times Bien manger pour guérir : Les 200 aliments qui soignent et préservent votre santé.
  2. Vous aiderez votre foie : « Votre foie fonctionne comme un détoxifiant naturel et doit travailler dur pour métaboliser l’alcool dans votre système », ajoute le Dr Li. « La consommation excessive d’alcool nuit à votre foie et renoncer à l’alcool permet à votre foie de guérir. » Tiffany Cruikshank, experte en mieux-être et fondatrice de Yoga Medicine®, appelle cela des vacances pour le foie. « Imaginez une file de produits chimiques et de toxines en attente d’être traités et éliminés par le foie, et l’alcool qui vient couper cette file et ralentir le processus », dit-elle. « C’est pourquoi le foie joue un rôle primordial dans notre santé et peut avoir un impact très important sur l’énergie, la concentration mentale, l’humeur, les hormones (essentiel pour les femmes souffrant de syndrome prémenstruel) et le système immunitaire, entre autres. »
  3. Votre vie amoureuse n’en sera que meilleure : « En plus des sautes d’humeur, l’alcool freine la libido et les organes sexuels », explique le Dr Li.
  4. Votre immunité sera renforcée : D’après le Dr Li, « Les personnes qui boivent beaucoup ont une immunité faible, ce qui est strictement à éviter en pleine pandémie ».
  5. Vous perdrez du poids plus facilement : « En renonçant à l’alcool, vous renoncez à des calories supplémentaires », explique le Dr Li. 

 

Pendant combien de temps devriez-vous faire une pause avec l’alcool?

 

Pour laisser votre foie se reposer au maximum, Mme Cruikshank recommande d’arrêter au moins une semaine. « Pour ceux qui recherchent des bienfaits thérapeutiques, je recommande un mois. »

 

Si vous êtes un gros buveur régulier, le Dr Li suggère également un arrêt de 30 jours pour commencer. « Pendant cette période, vous constaterez que vous vous sentirez mieux, physiquement, mentalement et émotionnellement », dit-il.

 

Se remettre à boire après avoir arrêté

 

Après votre pause, si vous n’avez pas de problème de dépendance et que vous souhaitez boire de nouveau, Mme Cruikshank recommande avant tout la modération.
 

« J’aime boire un à deux verres une ou deux fois par semaine. Quand je sens que je commence à glisser vers une certaine routine et que j’en ressens les effets, je sais qu’il est temps de faire une courte détoxification pour retrouver des journées sereines et énergiques », explique Mme Cruikshank.

 

« Lorsque la consommation d’alcool devient régulière, une habitude s’installe », poursuit-elle. « Il faut créer un nouveau rituel. Par exemple, je me prépare un cocktail sans alcool sain et délicieux le soir. »

 

Le préféré de Mme Cruikshank se compose de quelques baies (fraîches ou congelées) mélangées au jus d’un demi-citron, de cinq à sept gouttes de stévia liquide et d’eau gazeuse. Vous pouvez également ajouter des fines herbes de votre jardin (elle adore le thym, le romarin, la menthe, le basilic ou la sauge).

 

« Si vous êtes stressé et que vous cherchez à vous détendre en prenant un verre, ajoutez un peu de CBD à votre cocktail ou faites une petite séance de yoga pour calmer votre système nerveux. »

 

Le Dr Li suggère de limiter sa consommation d’alcool à un ou deux verres de vin ou de bière au cours du repas, de boire avec modération et de ne pas en consommer tous les jours. « Si vous avez une dépendance à l’alcool, essayez de vous abstenir et cherchez un groupe de soutien pour vous aider à garder le bon cap », ajoute-t-il.