Témoignages
Anne, -57 kg « Ce n’est pas seulement mon corps qui a changé, c’est ma vie »
Membre WW depuis octobre 2019, cette mère de famille a retrouvé sa santé et son sourire de jeunesse.
Publié le 16 mars 2021

Apprendre à prendre soin de soi


J’ai été hospitalisée mi-octobre pour plusieurs problèmes de santé graves. A mon arrivée, le médecin m’a demandé de monter sur une balance. Au début, j’ai refusé, mais il ne m’a pas laissé le choix... J’ai vu que je pesais 117 kg et que mon IMC (Indice de Masse Corporelle) indiquait que j’étais dans la zone d’obésité sévère. A ce moment-là, j’ai eu un déclic. Mon médecin m’a immédiatement mise en garde au sujet des risques pour ma santé et même pour ma vie.

Devenez membre WW pour accéder à tous nos témoignages de perte de poids.



La diététicienne de l'hôpital m’a dit que WW était le seul programme de perte de poids qu'elle acceptait. Selon elle, il était équilibré et pouvait me réapprendre à manger sainement. J’ai commencé à noter tout ce que je mangeais et je me suis mise au sport petit à petit. Avant le premier confinement, je faisais de l'aquagym et quand les piscines ont fermé j’ai trouvé d'autres moyens de rester active.

J’ai des soucis d’équilibre, alors à défaut de pouvoir faire du vélo, je me suis acheté un tricycle ! Je fais aussi de la marche active avec mes copines et du renforcement musculaire à la maison. J’ai arrêté de prendre la voiture pour faire des trajets courts et je monte les escaliers de la maison le plus souvent possible.

Changer d’état d’esprit pour changer sa vie


Au départ, je n’avais pas d’objectif. Je voulais simplement sortir de l’obésité par peur des risques pour ma santé. Je me suis sentie au pied du Mont Everest et je ne voyais pas le sommet... Il me semblait caché par les nuages ! J’ai donc décidé de procéder par étapes. Au lieu de fixer un objectif de perte de poids de 50 kg, j’ai commencé par me fixer des objectifs de 7 kg, par exemple.

Quand je suis arrivée à un IMC sain qui me convenait, ma coach WW m’a soutenue pour passer à la phase de stabilisation, car il n'était pas facile de savoir quand arrêter de perdre du poids. Une chose qui me plaît particulièrement chez WW, c’est l’importance qui est accordée à l’état d’esprit. C’est essentiel pour apprendre à s’aimer et j’en parle souvent dans mes publications sur Connect.

A la fin de ma perte de poids, je suis aussi allée voir une psychologue spécialisée dans les troubles alimentaires. Je ne me reconnaissais pas et j’avais besoin de m’approprier mon nouveau corps. En discutant avec elle, j’ai compris pourquoi j’en étais arrivée là. J’ai une famille nombreuse et je m’occupais d’abord des autres avant de m’occuper de moi-même. Si les enfants ne finissaient pas leurs assiettes, je le faisais. Pour réaffirmer mon besoin de prendre soin de moi, je répétais un petit mantra « Je ne suis pas une poubelle, je suis la plus belle ! ».



S’unir sur le chemin vers vie plus saine


La chose la plus importante que j’ai apprise en atelier WW est de toujours croire qu’on est capable d'y arriver. Je ne pense pas que j’y serais parvenue sans ces réunions. Les encouragements du coach et des autres membres permettent de prendre confiance en soi - et je me suis même fait des copines !

Je me sers énormément de l’appli WW. J’enregistre mes aliments, mon sommeil et mon activité. Je fais le Check-in wellness le mardi, ce qui me permet de voir ma progression. Je me sers beaucoup du scanner de codes-barres et je rentre mes recettes afin de pouvoir les enregistrer. C’est très pratique. Je cuisine beaucoup et je m’inspire aussi des centaines de recettes disponibles sur l’appli. Trois de mes préférées sont le Burger de maïs au thon, la Tarte courgette ricotta de Christelle et le Cake banane et noix. J’allège aussi des recettes classiques.



Je partage régulièrement des photos de ce que fais à manger sur Connect, en indiquant la recette (j’ai récemment testé un gâteau au chocolat fait avec de la courgette, ma famille a été bluffée !). Je prends du temps pour motiver les membres qui se sentent découragés, et je suis contente lorsque je vois qu’elles se rapprochent de leurs objectifs.

J’ai fait des fiches pour prendre note de toutes les bonnes habitudes que j’ai prises pendant mon parcours. Pour en citer quelques-unes : cuisiner mes repas, quantifier les matières grasses avec les cuillères WW, boire plus d’eau… Et pour terminer, si j’avais un message à transmettre aux autres membres, ce serait d’être bienveillant envers soi-même et même s’il y a des jours difficiles, ne jamais se dire « C’est fichu ! ». Il n'est jamais trop tard pour reprendre son bâton de marche et se remettre en route.

Retrouvez Anne sur Connect @jardin59 !