Pourquoi est-il si crucial de boire de l'eau ?

Attention aux signes de déshydratation

Au cours d'une journée, quelle que soit la saison, notre corps perd environ 2 litres et demi d'eau qu'il faut remplacer. Cette eau est évacuée par plusieurs biais : respiration, transpiration, urine, selles... évidemment, dès que la température augmente - que ce soit en raison de l'été ou d'une forte fièvre - la quantité d'eau ainsi évacuée augmente. Et il faut donc alors boire encore davantage.

On parle déjà de déshydratation l'on constate une perte de 1% à 2% de la quantité d'eau présente dans le corps. Pourquoi ? Parce que c'est le début d'une pente très dangereuse : dès que l'organisme perd entre 10 % et 15 % de son eau, l'effet peut être mortel. Plusieurs signes doivent donc retenir l'attention qu'il fasse chaud, durant et après une activité physique, pendant l'allaitement ou en cas de maladie :

  • La couleur de l'urine : plus votre urine est foncée, plus vous manquez d'eau. Il faut savoir que la couleur foncée de l'urine signifie également que vos reins en prennent pour leur grade - ces derniers fonctionnent bien mieux et restent en bonne santé plus longtemps chez les personnes dont le taux d'hydratation est bon et constant...
  • Sécheresse de la bouche et/ou de la gorge : évidemment, ce signe ne trompe pas. Mais la sensation associée n'est pas toujours interprétée comme un signe alarmant de déshydratation, même dans des cas avancés.
  • Manque d'énergie, maux de tête, étourdissements : lorsqu'il fait très chaud, cela signifie que vous devriez vraiment utiliser ce qu'il vous reste d'énergie, pour courir vers un robinet d'eau courante bien fraîche.

 

Associés à une diminution du poids supérieure à 5%, les symptômes suivants peuvent motiver le recours à une assistance médicale d'urgence :

  • Faiblesse musculaire ou des crampes : cela signifie qu'il n'y a plus assez d'eau dans l'organisme pour maintenir un équilibre entre sodium et potassium dans les muscles ( à ne pas surinterpréter après une activité physique ).
  • L'apparition d'un pli cutané : légèrement pincée, la peau tarde à retrouver son aspect initial.
  • Difficulté à avaler : les glandes buccales ne peuvent plus produire assez de salive.
  • Douleurs lorsque l'on va aux toilettes : le fait d'uriner provoque des douleurs.
  • Confusion et/ou délire, vertiges, maux de tête... : comme les reins et le foie, le cerveau est particulièrement sensible à la déshydratation.
  • Peau sèche, froide et pâle.
  • Fièvre.
  • Regard terne, yeux enfoncés.

 

Si vous constatez ces symptômes, composez le 15 ou le 112 depuis une ligne mobile.

 

Comment bien rester hydraté ?

Tout ce qui contient de l'eau peut contribuer à une bonne hydratation - heureusement. Par exemple, les fruits et légumes ( pour la plupart à 0 unités SmartPoints™ ) sont une excellente source d'eau, puisqu'ils en sont constitué à 90%. Outre l'eau, il y a également les infusions, les soupes, les laitages...

Dans tous les cas, n'attendez pas d'avoir soif pour boire : mieux vaut avoir en permanence une bouteille d'eau près de soi, et de prendre quelques gorgées ( voire un petit verre d'eau ) toutes les heures. Car si il existe d'autres sources d'hydratation que l'eau pure, cette dernière doit représenter en quantité autour d'1,5 L de vos apports. Si vous re-remplissez votre bouteille en plastique, pensez à bien la nettoyer, afin d'éviter qu'elle ne se transforme en parc d'attractions pour bactéries...

 

Toutes les eaux se valent-elles ?

Commençons par l'eau potable, du robinet : bien que boudée par certains, celle-ci répond à un cahier des charges particulièrement strict, et est bonne pour la santé en plus de contenir tous les sels minéraux dont l'organisme a besoin en quantité raisonnable. Non conditionnée, elle ne produit pas non plus de déchets, ce qui est un avantage non négligeable. Et si son goût incommode certains il faut savoir qu'il peut être supprimé grâce à une carafe équipée d'un filtre à charbon.

L'eau en bouteille contient beaucoup plus de sels minéraux. Certaines marques dépassent même largement les normes en vigueur appliquées à l'eau courante pour que cette dernière soit déclarée « potable » ( comprenez : s'il s'agissait d'eau du robinet, on les déclarerait impropres à la consommation ). Il est donc conseillé de bien regarder les étiquettes, et de varier les plaisirs...

Attention aux eaux aromatisées qui contiennent souvent du sucre. Vous pouvez créer vous mêmes vos eaux aromatisées, en mettant des morceaux de fruits ou de la menthe directement dans une bouteille d'eau re-remplie. Les autres boissons, généralement (très) sucrées, peuvent représenter une excellente source d'hydratation - mais sont plutôt à réserver dans des cas extrêmes, pour rapidement ré-assimiler beaucoup de liquide.

 

Est-t-il dangereux de boire trop d'eau ?

Plusieurs études montrent en réalité que près de 80% de la population ne boit pas assez d'eau. L'inverse est donc assez rare. Mais il existe - et les symptômes associés peuvent être extrêmement graves. En effet, une consommation excessive d'eau provoque l'évacuation du sodium et des sels minéraux indispensables au bon fonctionnement de l'organisme. Il est donc inutile de faire du zèle : il suffit de boire ce qui est recommandé, c'est à dire entre 1,5 L et 3 L d'eau par jour.