Témoignages

Fanny, 27 ans, objectif 72 kilos et bien dans ses baskets

« Avec Weight Watchers, plutôt que de maigrir, j'essaie surtout d'apprendre à m'aimer telle que je suis ! »

Lorsque la rédaction WW.fr lui propose de parler de sa démarche, Fanny préfère mettre une nuance d’emblée : « mon parcours WW n'est pas des plus exemplaires : j'ai des hauts, mais aussi beaucoup de bas ». En fait, « plutôt que de maigrir, j'essaie surtout d'apprendre à m'aimer telle que je suis ! ». Qui a dit que le programme ne se destinait qu’à la perte de poids ?

 

Fanny est assistante dentaire. Elle est plutôt sédentaire, et évoque ses mensurations sans tabous et avec beaucoup d’humour : « Je mesure 1m58 pour 78kilos, soit un peu plus haute que large (rires) ! ».

 

Pourquoi WW ?

 

Lorsqu’elle décide de s’abonner à WW, elle pèse 83 kilos. Mais, détail qui a son importance : « j'ai la chance d'avoir toujours pu porter du 40 » ! Son objectif n’est donc pas d’atteindre une taille de vêtement en particulier, mais de perdre 11 kilos et passer sous la barre des 72 kilos. « C'est en atteignant ce poids que je me sentirais réellement bien dans ma peau », affirme-t-elle.  

« Je me suis inscrite chez WW notamment pour améliorer mon hygiène alimentaire ! C'est bête à dire, mais avant de commencer le programme, je mangeais assez peu mais très mal ! »

Le mouvement « Body Positive* », son dada

 

Fanny est assez active sur le réseau social Connect (à l’usage des abonné(e)s WW). Alors, au lieu de partager des recettes de cuisine, elle s’attaque à ce qui pour elle est la clé pour améliorer l’image de soi : « Comme je l'expliquais à mes copines de Connect, je suis d'abord une grande adepte du "body positive", un mouvement qui prône l'acceptation de soi, et la pluralité des standards de beauté.

Selon ce mouvement, toutes les femmes sont belles, du moment qu'elles sont bien dans leur peau. À l'instar de Tess Holliday, Madeline Stuart, Winnie Harlow... qui sont des femmes sublimes, épanouies, et qui pourtant ne correspondent pas au diktat imposés de la mode. »

Pour Fanny, c'est grâce à ces femmes qui s’assument et s’aiment comme elles sont que ces diktats sont en phase d'être abolis. Victoire !

*Positiver sur son corps : un mouvement qui aide les femmes à travers le monde à s’aimer telles qu’elles sont.

 

Donner des conseils aux autres, c’est toujours plus facile...

 

« J'essaie profondément d'appliquer cette "philosophie" sur moi-même, et malgré mes efforts, les complexes sont toujours là… »

 

C’est bien connu, nous sommes plus objectifs, voire plus complaisants lorsqu’il s’agit des autres. Mais qu’en est-il lorsqu’il s’agit de nous-même ? En définitive, pourquoi sommes-nous plus dur avec nous-même ? Fanny en atteste : « en adoptant ce changement, je voulais être aussi à l'aise avec moi-même que je ne fais semblant de l'être. »

 

D’où vient l’image qu’on a de soi ?

Le schéma corporel est influencé par ces trois éléments :

  • Histoire personnelle : taquineries, messages de la famille, incidents autour de la puberté.

« Je suis en surpoids depuis l’enfance. On s’est toujours moqué de mon allure ! »

  • Culture : les préjugés, a priori et discriminations relatifs au poids.

« Elle serait belle si elle avait 20 kilos en moins ! »

  • Le discours intérieur : la façon dont on se parle intérieurement agit sur ce que l’on pense et ce que l’on ressent à propos de soi-même.

« Elle a tout : le corps parfait, le job parfait... Bref : la vie parfaite ! Mais moi alors, je ne serais jamais heureuse tant que je n'ai pas un corps qui me plait ! »

 

Même si les complexes sont toujours là, Fanny est loin de de baisser les bras. Ce qui la caractérise le plus, c’est bien la détermination ! La détermination et l’envie de s’accepter telle qu’elle est.

Spontanée et audacieuse, elle nous dit tout, et avec humour : « Parfois, j'avoue que me mirer est un petit plaisir. J'aime beaucoup ma taille, et j'apprends tout doucement à cohabiter avec mes fesses et mes cuisses. Je n'aime pas vraiment cette notion de "défauts/qualités". Car tout est relatif. »

 

Comment faire pour adopter une meilleure image de soi ?

 

Il n’y a pas de secret, l’idée est de se regarder avec indulgence et empathie, y compris (ou surtout) devant son miroir. On le fait bien envers les autres, alors pourquoi pas envers nous-même ? Fanny a déniché une solution : se préoccuper de la manière dont elle s’habille et se faire plaisir !

 

 

« Comme ma taille est ma meilleure amie, j'essaie de la mettre en valeur le plus possible. Mon dressing se compose presque exclusivement de robes, que je préfère très cintrées. Je fais un 38 à la taille et un bon 42 au niveau des cuisses. Alors trouver des pantalons adaptés reste une tâche assez laborieuse. Parfois même, je me la joue à la Pin-up en portant des corsets. Outre l'effet instantané sur la silhouette, je trouve que ça procure un maintien et une allure très élégante. »

 

Une astuce pour celles et ceux qui veulent s’y mettre ?

Fanny n’hésite pas à varier les matières, les styles et les formes de ses habits. Et concernant le choix des couleurs, pour elle, « c'est surtout en fonction de l'humeur, ou en fonction du temps. Le noir reste un grand classique, mais parfois, la couleur change totalement une personne. Ne serait-ce qu'un accessoire ! »

 

 

Et avec WW, le chemin se poursuit…

 

Aujourd'hui, Fanny pense avoir encore un bon bout de chemin à faire pour atteindre son objectif de poids. En parallèle, le changement d'état d'esprit est engagé  !

« je pense désormais être en accord avec moi-même ! Je ne m'intéresse pas à l'image que je peux renvoyer aux autres. Seule m'importe l'image que je me renvoie à moi-même. »

Vous passez par la même étape de votre vie ? Vous avez que dire sur ce parcours, ou vous voulez faire part du vôtre ? Interagissez avec notre abonnée sur Connect : @infâmedefer