Saine compétition

Travailler avec un ou une partenaire peut vous faire fournir plus d’efforts lors de vos séances d’entraînement. Il suffit de garder les règles suivantes en tête pour que cela reste amical.

Tout le monde a entendu parler des avantages de commencer un programme d’entraînement ou de perte de poids avec une amie. C’est à elle que vous téléphonez alors que vous vous apprêtez à plonger tête la première dans une assiette de nachos. C’est elle que vous rencontrez pour aller à un cours de cardiovélo à 6 h 30 parce que vous l’avez promis. C’est le copain qui vous envoie le texto suivant : « Désolé que la journée soit difficile pour toi. Ne lâche pas! »

Les partenaires (les amis, les époux, les collègues ou autres) nous permettent de rester motivés, nous font assumer nos responsabilités et nous fournissent compagnie et compassion. « Quand on est seul, c’est très facile de rationaliser et de justifier ses mauvais choix », explique Adam Gilbert, fondateur de My Body Tutor, un service d’encadrement pour la perte de poids. « Si on fait équipe avec d’autres personnes, c’est beaucoup plus difficile de se mentir. »

Malheureusement, même si vous visez tous les deux le même but, ce genre d’amitié n’est pas toujours aisée. Votre partenaire peut devenir trop concurrentielle en se vantant de son kilométrage à la course ou en vous lançant un défi de tenue de planche. Vous pourriez devenir jalouse lorsque votre amie perd sans cesse du poids alors que vous êtes bloquée à un plateau tenace, ou qu’elle attire beaucoup d’attention avec sa nouvelle robe dos nu rouge.

Voici quelques conseils pour maximiser les avantages d’un partenaire de perte de poids sans détruire votre relation :

Créez un réseau

Dans la vie, on a divers types d’amis : des amis d’enfance, des collègues, des camarades de collège, et peut-être d’autres mamans. Il est donc sage d’avoir plus d’un partenaire de perte de poids ou d’entraînement, surtout si votre ami atteint son but et est soudainement moins intéressé à vous motiver. Peut-être avez-vous une amie avec qui il est génial d’échanger des recettes, mais qui n’est pas particulièrement chaleureuse et bienveillante. Faites-en votre partenaire-conseil pour la nourriture, et demandez à votre époux de vous appuyer, suggère Joan Chrisler, professeure de psychologie au Connecticut College. À cet égard, pourquoi ne pas également trouver une amie pour vous accompagner à votre cours de Pilates, et une collègue qui vous aidera à trouver un resto sain pour le dîner?

Définissez la relation

Cette règle ne s’applique pas qu’aux rencontres. Il est sage de définir vos attentes envers votre partenaire dès le départ, souligne Adam Gilbert, qui ajoute : « Je dis toujours aux gens qu’il est important de décider dès le départ ce que vous voulez partager ou non. » Par exemple, certains partenaires aiment s’envoyer leurs journaux d’alimentation par courriel à la fin de la journée, tandis que d’autres préfèrent bavarder le dimanche en examinant leurs plans d’alimentation et d’exercice pour la semaine à venir. Vous aimeriez peut-être avoir un partenaire d’exercice quotidien, mais votre mari peut juger qu’un rendez-vous de yoga le samedi suffit en termes d’exercice ensemble. La chose la plus importante est de décider comment vous voulez que votre partenaire vous traite si vous dérapez. Voulez-vous qu’on vous encourage, ou qu’on vous laisse tranquille? « Ce qui est un encouragement pour une personne est un harcèlement pour une autre », explique Joan Chrisler.

Débarrassez-vous de votre jalousie

Bien sûr que vous voulez être heureux des réussites de votre partenaire. Mais même si on est généreux, on peut être un peu jaloux de temps à autre, surtout si on n’est pas heureux de ses propres résultats. Gardez les yeux sur votre propre balance, conseille Joan. « Chaque métabolisme est différent. Faites-vous concurrence à vous-même, ne faites pas concurrence aux autres. » Mieux encore, apprenez des autres. Par contre, si vous faites envie et recevez des commentaires du genre « Tu réussis tellement mieux que moi », résistez à la tentation de vous rabaisser. Ne dites pas : « Oh, j’ai encore pas mal de poids à perdre. » Il suffit de dire avec simplicité : « Merci d’avoir remarqué mes progrès! »