Les avantages pour la santé de bien dormir

Un nombre croissant d’études met en lumière comment le fait de bien dormir peut améliorer à peu près tous les aspects de la santé. Voici un aperçu de cinq effets positifs d’un sommeil de qualité.

S’il vous est déjà arrivé de vous culpabiliser parce que vous aviez dormi 8 heures d’affilée, vous n’êtes pas seul. Il semblerait que nous sommes tous en manque de sommeil, car nous sacrifions souvent une bonne nuit de repos au profit de nos responsabilités au travail, d’une vie familiale effrénée et de nos activités préférées.

 

En effet, les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) estiment que plus de 70 millions d’adultes aux États-Unis ont de la difficulté à dormir et qu’environ 1 personne sur 3 dort moins de 7 heures par nuit.

 

Or, ne pas dormir suffisamment a de graves conséquences sur la santé physique et mentale au point où certains experts des CDC et de l’Institute of Medicine considèrent notre déficit de sommeil comme une « crise de santé publique ».

 

« Ce serait formidable que la société envisage le manque de sommeil de la même façon qu’elle envisage le tabagisme », déclare Daniel Barone, MD, neurologue du sommeil à Weill Cornell Medicine et auteur du livre Let’s Talk About Sleep: A Guide to Understanding and Improving Your Slumber.

 

 

Apprenez-en plus ci-dessous sur certaines des raisons pour lesquelles vous ne devriez pas vous priver de sommeil.

 

Bien dormir renforce votre système immunitaire.

 

Ne pas dormir suffisamment peut augmenter votre risque de contracter une infection des voies respiratoires supérieures, selon une étude de 2016 publiée dans la revue scientifique JAMA Internal Medicine. Les chercheurs ont découvert que les personnes qui dormaient moins de 5 heures étaient plus susceptibles d’attraper une infection ou un rhume au cours des 30 derniers jours comparativement aux personnes qui dormaient 7 ou 8 heures par nuit. Ce phénomène s’explique en partie du fait que la privation de sommeil est associée à l’incapacité des cellules T (une composante clé du système immunitaire) du corps de contrer des infections, d’après une étude de 2015 publiée dans la revue scientifique Sleep.

 

Et ces effets à court terme sur notre système immunitaire peuvent être cumulatifs. Lors d’une étude de 2017 publiée dans Sleep, des chercheurs ont recruté 11 jumeaux identiques et ont découvert que le jumeau ou la jumelle qui dormait le moins au cours d’une période de deux semaines — en l’occurrence environ 1 heure de moins chaque nuit — montrait aussi des signes d’un système immunitaire affaibli surtout en ce qui a trait aux globules blancs qui circulent dans le sang. L’étude, la première du genre à examiner les jumeaux et la privation de sommeil dans un milieu naturel (c.-à-d. dire non pas dans un labo), a trouvé qu’une privation chronique de sommeil donnait lieu à un type « d’épuisement » du système immunitaire, explique le chercheur principal de l’étude Nathaniel F. Watson, MD, spécialiste du sommeil et professeur de neurologie à l’University of Washington et directeur de la UW Harborview Medical Center Sleep Clinic, codirecteur du UW Medicine Sleep Center et ancien président de l’American Academy of Sleep Medicine.

 

 

 

Bien dormir vous aide à perdre de la graisse corporelle.

 

Les gens qui disaient dormir moins de 7 heures par nuit étaient plus enclins à signaler qu’ils étaient obèses et inactifs sur le plan physique, selon les CDC. Cette situation est causée en partie par notre appétit : « Les personnes consomment plus de calories lorsqu’elles ne dorment pas assez », précise Marie-Pierre St-Onge, Ph. D., professeure agrégée de médecine nutritionnelle à la Columbia University Department of Medicine et coauteure d’une déclaration de 2016 sur le sommeil et la santé cardiaque de l’American Heart Association. Les hormones entrent aussi en ligne de compte. Les hommes qui n’ont eu que quelques heures de sommeil tendent à faire l’objet d’une hausse de l’hormone de la faim, la ghréline, dit-elle, tandis que les femmes éprouvent une réduction de l’hormone qui accroisse la satiété, soit le glucagon-like peptide 1. « Au final, le résultat est pareil — une surconsommation alimentaire », indique Mme St-Onge.

 

D’autre part, dormir suffisamment pourrait vous aider à perdre de la graisse corporelle. Mme St-Onge mentionne une petite étude de 2010, publiée dans les Annals of Internal Medicine, qui a découvert que lorsque les personnes au régime participant à l’étude dormaient seulement 5,5 heures par nuit, elles perdaient moins de graisse corporelle et plus de masse maigre que lorsqu’elles dormaient 8,5 heures par nuit. Cependant, Mme St-Onge souligne qu’il n’a pas été démontré que dormir suffisamment favorise la perte de poids. « L’étude faisait allusion à l’alimentation contrôlée, ce qui veut dire que tous les participants ont reçu les quantités d’aliments requises pour causer la perte de poids et la perte de poids (nombre de livres) était la même, peu importe la durée du sommeil. »

 

 

 

Bien dormir vous aide à penser.

 

Si vous avez déjà essayé de lire un rapport après avoir passé une nuit blanche, cette affirmation ne vous étonne peut-être pas. Néanmoins, les conséquences de ne pas dormir suffisamment sur votre concentration, votre mémoire et plus encore sont probablement plus importantes que vous le pensez. Lorsque nous manquons de sommeil, nous avons davantage tendance à faire des erreurs en effectuant des tâches et sommes moins portés à nous souvenir de nouvelles informations, a conclu une analyse scientifique d’études publiée en 2016 dans le Journal of Applied Research in Memory and Cognition.

 

Un manque de sommeil nuit aussi à notre coordination et à notre temps de réaction, dit le Dr Barone. Une étude souvent citée publiée dans la revue scientifique Sleep Medicine a examiné des données sur une période de 21 jours et a trouvé qu’il y avait une augmentation dans le nombre de collisions mortelles le lundi suivant le passage à l’heure avancée au printemps en raison de la perte d’une heure de sommeil.

 

Et qu’en est-il des personnes qui déclarent qu’elles sont « habituées » à fonctionner avec seulement quelques heures de sommeil? Le Dr Barone dit que c’est un mythe. « Nous ne nous habituons jamais au manque de sommeil », indique-t-il. « Nous pensons peut-être que nous nous y habituons, mais ce n’est simplement pas le cas. »

 

 

Bien dormir protège votre cœur.

 

Il semble y avoir un lien entre dormir insuffisamment et l’hypertension, le diabète de type 2, les AVC et les maladies cardiaques, selon l’énoncé de 2016 de l’American Heart Association. « Lorsque nous ne dormons pas bien », explique le Dr Barone, « la pression artérielle peut s’élever et au fil du temps, cela peut être nuisible ».

 

Le Dr Barone mentionne des travaux de recherche présentés lors de la réunion annuelle de 2016 de la Radiological Society of North America, lesquels ont suivi 15 radiologues durant un quart de 24 heures. À la fin de leur journée, les médecins — qui n’ont réussi qu’à dormir en moyenne que 3 heures — ont constaté une augmentation de leurs fréquences cardiaques, de leurs pressions artérielles et de leurs hormones de stress. « Une nuit de privation de sommeil pourrait ne pas avoir d’impact à long terme », précise le Dr Barone, qui n’a pas participé à l’étude, « mais s’il y a un effet cumulatif sur une période de 5 à 10 ans, les gens sont alors vulnérables à une crise cardiaque et un AVC. »

 

 

Bien dormir rehausse votre humeur.

 

Avouons-le : dormir insuffisamment peut nous rendre tous grognons. Une partie du problème est physique : les gens disent se sentir plus anxieux et stressés lorsqu’ils manquent de sommeil, selon des recherches publiées cette année dans le Reference Model in Neuroscience and Biobehavioral Psychology. Un manque de sommeil peut causer l’augmentation de la pression artérielle, de la fréquence cardiaque et d’une hormone de stress appelée cortisol. De plus, être privé de sommeil peut nous faire paraître plus irritables aux yeux des autres : lorsque nous ne dormons pas assez, notre visage affiche moins d’émotions, nous parlons d’une voix plus basse et nous pourrions même donner l’impression d’être fâchés.