Le fait de ronfler influe-t-il sur la perte de poids?

Vos habitudes nocturnes peuvent-ils dérailler vos efforts en matière d’amaigrissement? Des spécialistes du sommeil se prononcent.

Vous savez sans doute déjà que ce que vous faites durant le jour a une incidence sur votre santé et vos objectifs de perte de poids. Par contre, ce que vous faites durant la nuit en dormant compte aussi.

Ronfler en particulier : environ 45 pour cent des adultes en bonne santé aux États-Unis ronflent de temps à autre et 25 pour cent d’entre eux ronflent régulièrement, selon l’American Academy of Otolaryngology. Et cela peut rendre plus ardue la tâche de perdre les derniers kilos qui vous séparent du poids que vous voulez peser.

Avoir un surplus de poids augmente votre risque de ronfler et de faire de l’apnée du sommeil, une affection consistant en des interruptions momentanées de la respiration, à votre insu, au cours de la nuit.

Pourquoi ronfle-t-on?

Voici ce qui se produit : lorsque nous dormons, les muscles des voies respiratoires se détendent naturellement, explique Steven I. Altchuler, MD, PhD, docteur au Center for Sleep Medicine de la Mayo Clinic à Rochester, MN. « Chez certaines personnes, les muscles se détendent au point où lors de l’inspiration, les muscles sont très rapprochés et à mesure que l’air se déplace, les parois vibrent. » (C’est ce qui cause le son du ronflement.) Dans le cas de l’apnée du sommeil, les voies respiratoires pourraient se fermer entièrement. « Lorsque nous prenons du poids, le poids excédentaire est réparti partout y compris sur notre langue », précise le Dr Altchuler. « Les voies respiratoires sont alors encore plus restreintes et quand les parois des voies respiratoires se détendent, nous risquons davantage de ronfler à mesure que l’air se déplace dans la gorge. »

Si l’apnée du sommeil n’est pas traitée, elle peut engendrer des problèmes de sommeil additionnels et une prise de poids; elle peut même accroître le risque de développer des troubles médicaux comme une maladie cardiaque. Et ronfler comme tel peut jouer un rôle en ce qui concerne l’incapacité de perdre du poids. Voici pourquoi.

L’incidence de ronfler sur la perte de poids

Vous brûlez moins de calories la nuit.

Lorsque vous ronflez ou éprouvez des moments de circulation d’air réduite, connus sous le nom d’apnées, vous êtes plus susceptible de vous réveiller la nuit, ce qui peut non seulement diminuer le temps passé dans la phase de sommeil profond et restaurateur appelé sommeil paradoxal, mais aussi augmenter le temps passé dans les phases de sommeil léger, indique Raj Dasgupta, MD, membre agréé de l’American Academy of Sleep Medicine et professeur adjoint de médecine clinique à la Keck School of Medicine de l’University of Southern California, à Los Angeles. Au-delà des bienfaits restaurateurs qu’il offre, le sommeil paradoxal se produit lorsque l’activité du cerveau et les calories brûlées sont à leur plus haut point, affirme-t-il. Votre corps utilise beaucoup de glucose et d’énergie et rêve également durant le sommeil paradoxal.

Une personne de 150 lb qui dort pourrait brûler environ 50 à 60 calories par nuit, principalement durant le sommeil paradoxal, signale le Dr Dasgupta. Mais, comme il le dit : « Si notre respiration est perturbée par un trouble du sommeil, il pourrait être difficile pour nous de demeurer dans la phase du sommeil paradoxal. » Par conséquent, moins de calories seront brûlées.

Les hormones de la faim finissent par se détraquer.

Les perturbations du sommeil peuvent modifier les niveaux de deux hormones liées au contrôle du poids, déclare le Dr Dasgupta. La première est la leptine, une hormone qui aide à nous procurer un sentiment de satiété; l’autre est la ghréline, une hormone qui nous donne la sensation d’avoir faim. Nous sécrétons de la leptine dans la phase de sommeil profond et nos corps produisent plus de ghréline lorsque nous manquons de sommeil. Donc, si les éveils causés par le ronflement nous empêchent de dormir profondément au point où nous n’obtenons pas le sommeil de qualité qu’il nous faut, nous pourrions ressentir une faim intense le lendemain (grâce, en partie, aux niveaux élevés de ghréline qui nous encouragent à manger davantage).

Vous êtes moins motivé à bouger.

« Tout ce qui interrompt le sommeil peut nous rendre plus fatigués durant le jour et il nous sera alors plus difficile de faire les choses que nous faisons pour perdre du poids », dit le Dr Altchuler. Après tout, il est bien difficile de faire de l’exercice lorsqu’on ne pense qu’à dormir. De plus, une petite étude menée auprès d’étudiants universitaires et publiée dans la revue Sleep and Biological Rhythms en 2017 a révélé qu’un sommeil insuffisant peut nuire à des facteurs comme le temps de réaction et la difficulté perçue d’une séance d’entraînement. (Ce n’est évidemment pas le résultat voulu lorsque vous cherchez à privilégier l’habitude saine de bouger.)

Vous aurez des fringales d’aliments sucrés et riches en matières grasses.

Si vous semblez toujours avoir une forte envie de biscuits ou de pizza après une mauvaise nuit de sommeil, sachez que vous n’êtes pas seul. Être à court de sommeil peut vous amener à convoiter des aliments caloriques à forte teneur en sucre et en matières grasses. Pourquoi? « Votre corps est fatigué et a besoin d’une poussée d’énergie et de glucose pour se revigorer », explique le Dr Dasgupta.

* Si vous ou votre partenaire de lit remarquez que vous cessez de respirer — ou si le fait que vous ronflez a une incidence sur vos activités quotidiennes — assurez-vous de consulter un spécialiste du sommeil pour exclure la possibilité de l’apnée du sommeil. *