10 recettes de poitrine de poulet à essayer

Et aussi, tout ce que vous vouliez savoir sur le poulet

Le poulet, et surtout la poitrine de poulet, est omniprésent dans les groupes de santé et de mise en forme, car il s’agit d’une source de protéines maigres extrêmement polyvalente. Que pourrait-on vouloir de plus?

C’est aussi un aliment à faible valeur en PointsFutés et un aliment ZéroPoint dans les plans bleu et mauve (enfin, la poitrine de poulet sans peau). Enfin, dans le plan vert, il ne vaut que 2 PointsFutés.

Cela dit, croyez-le ou non, le poulet n’est pas non plus qu’une source de protéines.

« Le poulet est certainement une excellente source de protéines, avec environ 50 grammes de protéine par poitrine », explique Megan Wong, diététiste à AlgaeCal. « Mais les protéines ne sont pas ses seuls bienfaits nutritionnels! »

Elle continue : « Le poulet est riche en vitamine B6 : une seule poitrine fournit environ 25 pour cent de l’apport quotidien recommandé. La vitamine B6 facilite la digestion des protéines, des glucides et des lipides, elle soutient le système immunitaire et le cerveau, et aide à régulariser le niveau d’homocystéine, un acide aminé (quand vous avez trop d’homocystéine, vos risques de maladies du cœur augmentent). »

« Le poulet ne devrait pas être considéré comme une simple source de protéines », ajoute la diététiste Lauren Manaker. « C’est un aliment sain que l’on peut intégrer dans ses repas pour fournir une multitude de nutriments au corps, dont le fer, le sélénium, la vitamine B12 et la niacine. »

Mme Wong affirme que le poulet est aussi une bonne source de potassium, avec plus de 200 milligrammes par poitrine, soit « à peu près la moitié de ce qu’on retrouve dans une grande banane. »

« Le potassium, dit-elle, aide à maîtriser la pression artérielle; on en a besoin pour avoir des muscles, des os, des nerfs et des reins en santé. »

Étant une viande maigre, la poitrine de poulet est particulièrement populaire, mais cela ne veut pas dire pour autant qu’il faut éviter toutes les autres parties de cette volaille : il faut simplement être conscient de ce qu’on y retrouve. Par exemple, il y a généralement beaucoup de peau, et donc de lipides, sur les ailes.

« Quand on en a retiré la peau, la poitrine de poulet est relativement faible en gras saturés, avec un gramme (ou cinq pour cent de la valeur quotidienne) par tranche de 100 grammes », affirme Mme Wong. « Quand on prend une cuisse, une aile ou un pilon, cette quantité double, et ce, même si on en a retiré la peau. »

Comme l’explique Mme Manaker, la viande brune peut aussi renfermer plus de lipides que la viande blanche.

« La viande brune de poulet peut être un peu plus riche en lipides, ainsi qu’en certains minéraux comme le fer et le zinc. Son goût est aussi plus riche, ce que certaines personnes préfèrent. La meilleure approche consiste à retirer la peau. »

Et si vous souhaitez voir la collection de nos recettes préférées, comme le poulet rôti romantique, le poulet à la lime et au gingembre et les pilons sucrés et épicés, cliquez ici. Enfin, pour savoir comment acheter et préparer le poulet, cliquez ici.