Témoignages

Christine, -11 kg : la confiance en soi retrouvée !

De ses premiers pas en Atelier WW à son expérience en tant que Coach WW, Christine a parcouru un chemin spectaculaire !

la confiance en soi retrouvée

C’est à ma fille que je dois ma rencontre avec le programme WW. Les difficultés liées à mon poids ont toujours fait partie de ma vie. Lorsque je suis tombée enceinte, j’ai dû faire face au départ de mon compagnon et ma réaction a été de compenser par la nourriture : j’ai fait ce qu’on appelle une grossesse « doudou » !

Au moment de mettre au monde ma petite Khanel, j’avais atteint 103 kg et je n’ai pas cherché à les perdre par la suite. Je menais tranquillement ma vie de mère célibataire, toujours en jogging et baskets. Quelques années plus tard, je suis allée chercher Khanel à l’école et un petit garçon est passé devant nous en lui lançant : « Ta maman, elle est grosse ! » Elle était trop petite pour comprendre, mais ce jour-là, j’ai eu un déclic. J’avais pris l’habitude de vivre avec mes rondeurs, mais je ne voulais pas que ma fille les subisse à ma place.

Mon premier réflexe a été de manger moins, beaucoup moins ! Mes repas se limitaient régulièrement au couple pomme/yaourt. Certes, je perdais du poids mais je me privais tous les jours. Je me suis alors tournée vers le programme WW, principalement parce que je voulais éviter à ma fille de voir sa mère prendre de mauvaises habitudes alimentaires.

Des millions de membres dans le monde ont perdu du poids grâce à WW. Vous aussi, rejoignez-les en démarrant dès aujourd'hui !

 

citation-christine-temoignage-ww-new

 

Planète WW

 

J’avoue être restée dubitative en découvrant les menus proposés. Comment allais-je réussir à perdre du poids en mangeant toute cette nourriture, alors que mes nombreuses privations avaient échoué ? J’ai donc abordé la première semaine comme une période test. Je voyais le contenu de mon assiette doubler et, malgré les encouragements de mes amies et de ma Coach WW, j’y croyais de moins en moins. Pourtant, au bout d’une semaine, j’avais déjà perdu plus de 3 kg. Il a fallu me rendre à l’évidence : manger mieux, c’est mincir ! J’ai été élevée par ma grand-mère, à la bretonne, avec une bonne dose de beurre dans mes plats (rire) ! Cette génération ne se préoccupait pas encore de l’équilibre de son assiette et ne l’inculquait pas. Devenue adulte, je ne jurais que par les plats industriels, les chips, les sodas ou encore les gâteaux. Je mangeais peu de légumes et certaines variétés m’étaient même complètement inconnues. Intégrer le programme WW, c’était un peu comme poser le pied sur une nouvelle planète.

 

illu article christine temoignages ww

 

Bien dans ses baskets

 

Les premiers temps, il est essentiel d’entretenir sa motivation. Pour cela, les Ateliers WW jouent un rôle clé. Je les ai fréquentés avec trois de mes amies, ce qui nous a permis de nous encourager mutuellement, de nous lancer des défis et de partager nos expériences. Ce rendez-vous hebdomadaire offre aussi une formidable occasion de formuler des difficultés qu’on avait pris l’habitude de garder pour soi. On exprime ses doutes et ses frustrations, sans jamais tomber dans la plainte ou le pessimisme. Au contraire, après chaque séance, chacun repart avec des solutions concrètes. Entre autres astuces, les Ateliers WW m’ont enseignée l’importance de prendre ses repas sans précipitation, car notre corps a besoin de vingt minutes pour informer le cerveau que l’estomac est plein. Dans ma famille, on ne mangeait pas vraiment, on dévorait ! J’ai donc dû expliquer à ma fille qu’il fallait poser sa fourchette entre chaque bouchée et que c’était une bonne occasion de discuter pendant les repas. Il lui a fallu un peu de temps pour s’y faire, mais maintenant c’est toujours la dernière à finir son assiette. Car en fait tout est lié. Comme on nous l’apprend en Atelier WW, « pour être bien dans son assiette, il faut être bien dans sa tête et dans ses baskets."

Côté sport, moi qui n'en avais jamais fait, grâce à WW je me suis mise à courir, en commençant par un simple tour de piste. Au fur et à mesure, les distances sont devenues plus importantes, jusqu’à ce grand défi que je me suis lancé cette année : courir le « Guadarun », une course de 150 km en 7 étapes en Guadeloupe !

 

190326_weightwatchers_1061.jpg

Une histoire de transmission

 

Ma vie s’est transformée de façon radicale. Je suis plus énergique, plus sereine et surtout, j’ai retrouvé confiance en moi. Je me suis mise à faire du shopping et, quand j’essaie un vêtement, je n’hésite jamais à demander de l’aide ou des conseils. Mon rapport aux hommes a changé lui aussi. Adolescente, j’étais « la grosse », celle que personne ne voulait embrasser au jeu de la bouteille. J’ai souvent voulu maigrir dans le seul but de plaire davantage. À présent, même en ayant conservé quelques formes, je m’aime telle que je suis. C’est ce nouvel état d’esprit qui m’a permis de rencontrer mon compagnon actuel. Je voulais transmettre à mon tour cette philosophie du bien-être. J’ai donc décidé, il y a un an, de devenir Coach WW. La première chose que j’enseigne à ceux qui passent la porte du Studio WW, est de ne jamais oublier les objectifs qui les ont amenés à faire ce premier pas. Le chemin est long et pour apprendre à croire en soi, il faut garder en mémoire l’événement ou la blessure qui a constitué le premier déclic. Aujourd’hui, ma fille me dit régulièrement qu’elle est fière d’avoir une maman aussi forte, qui applique chaque jour cette simple leçon : « Quand on veut, on peut ! »

 

Des millions de membres dans le monde ont perdu du poids grâce à WW. Vous aussi, rejoignez-les en démarrant dès aujourd'hui !