Sarah a perdu 14 kg

« Je me suis rendue compte que c'est moi qui contrôlais mon alimentation. Et ça a tout changé. »

Sarah, 20 ans, - 14 kilos

 

Depuis que je suis petite j'ai toujours été en surpoids. J'ai commencé les régimes à l'âge de 10 ans, sans aucun succès. Plus on me restreignait, plus j'avais envie de manger tout ce qu'on m'interdisait. Résultat, dès que le régime s'arrêtait, je compensais les frustrations engrangées en mangeant encore plus. Je reprenais donc tous les kilos que j'avais perdus voire plus. Et puis je me suis mise en couple et ça a empiré à cause de plein de choses stressantes : l'aménagement dans notre premier appartement, la préparation de notre mariage et mes études par correspondance. En 2015, j'ai pris plus de 15 kilos en 12 mois. 

Je suivais une fille sur Instagram qui a fait WW après sa grossesse. Elle décrivait régulièrement le déroulement du programme en expliquant bien le système de points. Selon elle, on pouvait manger de tout. Au départ, je dois dire que n'étais pas convaincue d'y arriver mais il fallait que je fasse quelque chose pour mes kilos en trop. Je me disais que, comme tous les régimes que j'avais suivis, j'allais abandonner celui-ci rapidement. 

Sauf que cette fois, je me suis rendue compte que c'était moi qui contrôlais mon alimentation. Et ça a tout changé. Pas une fois je ne me suis dit : « Vivement que ça se termine que je puisse à nouveau manger normalement ! »

J'ai suivi le programme Online qui m'a appris à faire des repas équilibrés. À vrai dire, je n'ai pas vraiment changé ma cuisine. J'ai juste réduit les matières grasses quand je fais la cuisine. Au lieu de mettre beaucoup d'huile, je n'en mets plus qu'une cuillère. Et j'ai réduit les portions. Mon mari, qui ne grossit pas, mange la même chose que moi mais en plus grande quantité. D'autre part, j'ai arrêté de grignoter devant la télévision ou si je m'ennuie. Si j'ai faim, je mange des fruits. Au fur et à mesure mes envies de sucre ont diminué et maintenant que je connais la valeur des aliments, ça ne me fait même plus envie.

J'ai la chance d'être beaucoup soutenue par mon entourage. Mon mari bien sûr mais aussi ma mère qui adapte ses repas lorsque nous allons déjeuner chez elle. C'est beaucoup plus compatible avec Weight Watchers qu'avant, ce qui me permet de continuer le programme sans me poser de question. Au tout début, certaines personnes étaient bourrées de préjugés. Elles me disaient que j'allais tout reprendre mais quand elles ont vu qu'après six mois, non seulement je n'avais rien repris mais qu'en plus, j'étais en meilleure forme, elles ont été bluffées par ma transformation. J'ai même eu droit à plein de compliments le jour de mon mariage. 

Même si c'est le mariage qui a tout déclenché, j'avais envie de changer pour moi.

Avant, je ne me plaisais pas du tout. J'en étais venue à un point où je ne prenais plus soin de moi. Je ne me maquillais plus, faire les boutiques était devenu un enfer. Lors du premier essayage de ma robe de mariée, j'ai prévenu la vendeuse que j'allais perdre du poids. En mars, j'ai donc pris une taille 44. Quelques semaines avant mon mariage, il a tellement fallu reprendre toute la robe qu'elle est devenue une taille 40 ! 

En fait suivre le programme, c'est vraiment adopter un rééquilibrage alimentaire sur le long terme. Et dès que j'ai une grosse envie de sucrée ou que je suis à deux doigts de céder à la tentation, la communauté m'aide à résister.

Elle est très motivante pour aider à avancer dans son parcours. On se soutient les uns les autres, peu importe le nombre de kilos que chaque personne doit perdre. Connect a été un réel soutien pour moi. Les gens m'y ont toujours motivée et aidée quand j'avais des doutes ou des questions. C'est un véritable endroit d'échange avec des personnes qui me comprennent et qui traversent la même chose que moi.

J'ai encore un peu de poids à perdre, mais je me laisse le temps de le faire tranquillement, à mon rythme. Je pensais avoir mis WW entre parenthèses le temps de mon voyage de noces mais en me pesant à mon retour, je me suis rendue compte que mes nouveaux automatismes alimentaires avaient dû se mettre en place inconsciemment parce que je n'ai pas pris un gramme ! Et pourtant, j'en ai bien profité.