Laure a perdu 20 kg

« Aujourd'hui, je revis »

Laure, 27 ans, - 20 kilos

 

Lorsque j'étais adolescente,je mangeais vraiment mal en dehors des bons repas de ma mère. Je faisais même des crises de boulimie. À l'époque, j'avais également des problèmes hormonaux et mon gynécologue disait sans cesse à ma mère que je devais absolument maigrir. Il avait fini par me traumatiser, si bien qu'à chaque fois que je sortais de son cabinet, j'étais en pleurs. Un jour, il m'a dit : « Vous avez encore grossi. Je vous conseille vivement de faire du sport et d'entamer un régime si vous voulez un jour avoir un enfant sans qu'il y ait de complications. Il faut impérativement que vous perdiez au moins 10 kilos. »

Ça a été la goutte qui a fait déborder le vase. J'en ai eu assez, je me suis dit que c'était la dernière fois qu'il me faisait du rentre-dedans et que je ne retournerai pas à son cabinet avant d'avoir sérieusement maigri. Je connaissais Weight Watchers car ma mère était adhérente Or depuis des années. Deux de mes copines, l'une adhérente Or et l'autre en cours d'amaigrissement, ont réussi à me motiver à devenir une autre femme. Elles m'ont convaincue qu'en perdant du poids, je serais mieux dans mon corps, dans ma tête et que je serais fière de ma nouvelle image en fin de parcours. L'aventure a commencé le 17 mai 2014. Déterminée à ne rien lâcher, je me suis dit : « Je commence et je vais terminer.Je perdrai du poids en gardant toujours le sourire et en conservant ma joie de vivre. » 

Je savais que le parcours ne serait pas forcément toujours facile ou régulier, mais je me suis juré de toujours garder le cap quoi qu'il arrive. Si je commençais cette démarche, c'était pour aller jusqu'au bout... Et c'est exactement ce que j'ai fait, grâce à une forte détermination mais aussi grâce à ma super animatrice, Corinne, et son assistante de choc, Brigitte. 

 

Je me suis lancée à fond

Mes nouvelles copines, rencontrées en réunion, m'ont aussi beaucoup aidée. Je suis aussi devenue accro à l'application Weight Watchers qui me suit partout. Pour moi qui suis auxiliaire de vie à domicile et travaille un week-end sur deux, c'était super pratique lorsque je ne pouvais pas aller en réunion. Mon quotidien, mes repas, mes envies, j'ai tout géré avec plaisir et sans frustrations. 
Si j'ai envie de quelque chose, je le mange, sans me « goinfrer » et sans en abuser, pour encore plus de plaisir. D'ailleurs, à chaque perte de poids, je me faisais un petit goûter : un café, un fruit et un carré de chocolat pour fêter ça. J'ai eu trois dérèglements hormonaux durant ma perte de poids et, à chaque fois, j'ai eu une petite reprise de poids. Mais cela ne me préoccupait pas, je prenais tout positivement car je savais que je mangeais bien. J'ai parlé de ma « mission» autour de moi. Si j'étais invitée chez des amis, je demandais en général ce que nous allions manger. Le problème pour moi, c'est que les repas manquaient souvent de légumes. Donc j'anticipais et je prenais ma dose avant de sortir ; j'ai d'ailleurs pris l'habitude de manger du chou-fleur cru ou quelques tomates cerise avant de sortir. Je travaille avec des personnes âgées et, pour le déjeuner, je mange en général avec mes papis et mes mamies car c'est un moment de partage pour eux et pour moi. Maintenant je prépare mes repas la veille et comme ça je sais exactement ce que je mange. Enfin, pour accompagner ma perte de poids, je me suis mise à la marche à pied. Ma mère et moi avons chacune acheté un Fitbit. Du coup maintenant, on se lance des défis ; et aussi avec les autres filles des réunions. Ça motive et ça maintient en forme. Il me faut mes 10 000 pas par jour ! 

J'y suis arrivée

Durant mon parcours,j'ai eu beaucoup de soutien, mais pas mal de personnes m'ont quand même dit: « Les régimes c'est bien, mais en général on reprend le double après ! » Ma réponse était immédiate : « Je ne fais pas tout cela, je ne m'investis pas à fond pour tout reprendre après. Ma vie ne sera pas rythmée de régimes yo-yo. Si j'ai fait tout ce chemin, c'est pour rester comme ça ! » Et je le prouve. J'ai atteint fièrement mon objectif et obtenu mon statut d'adhérente Or en février ; et je garde ma nouvelle silhouette, ce qui m'a permis de passer du 42 au 38. Ça, c'est un vrai bonheur ! C'est génial de pouvoir rentrer facilement dans les pantalons de mes marques préférées, ce que je ne pouvais pas faire il y a un an. En fin de parcours, j'étais un peu perdue car, tout à coup, tout m'allait ! Je ne savais plus trop comment m'habiller. Mais après quelques essayages, on reprend vite goût à faire du shopping. En refaisant ma garde-robe, j'ai fait des heureuses. J'ai revendu à certaines de mes copines mes vêtements désormais trop grands et dont elles étaient fans.Je me sens super bien, je peux m'habiller comme je veux. Je suis en pleine forme ; et tout ça en mangeant, car j'aime trop manger et j'en ai besoin. 

La cerise sur le gâteau

J'ai toujours adoré être devant l'objectif. D'ailleurs, un mois avant de commencer Weight Watchers, j'avais fait une séance photo. Alors, en commençant le programme, je me suis dit que le jour où je serais adhérente Or, je m'inscrirais pour partager mon témoignage avec les autres adhérentes et pour faire la couverture du magazine. Ainsi, je pourrais montrer la nouvelle moi et dire à tout le monde que « visiblement » Weight Watchers ça marche ! Corinne et Brigitte m'ont également beaucoup encouragée à faire cette démarche. Et là aussi, mission accomplie ! Quelle façon géniale de me montrer, telle que je suis maintenant, bien dans ma peau et dans mes vêtements, et de représenter aussi ma réunion et mes copines adhérentes. Allez-y, vous aussi vous pouvez y arriver !