Mon programme

Cas spécifiques

Si vous êtes enceinte, que vous arrêtez de fumer, que vous êtes intolérant au gluten ou au lactose… Cette page est pour vous.


Je suis enceinte, puis-je suivre le programme ?
En (pré)ménopause, perdre du poids c’est possible ?
J’ai décidé d’arrêter de fumer !
Je suis végétarien, puis-je suivre le programme ?
Je suis intolérant au gluten / malade cœliaque, puis-je suivre le programme ?
Je suis intolérant au lactose, puis-je suivre le programme ?

 

 


Je suis enceinte, puis-je suivre le programme ?

La grossesse est un moment très important pour vous et pour votre enfant.  À présent, plus encore qu’auparavant, il faut prendre soin de vous.

Conformément à l’avis exprimé par les conseillers scientifiques de WW, nous ne proposons pas de programme spécifique pour les futures mamans et nous vous rappelons que le programme n’est pas adapté aux besoins d’une femme enceinte. En effet, WW n’est pas un organisme médical et ses coaches ne sont pas formés pour accompagner les femmes enceintes.

Pendant cette période particulière de votre vie, nous vous recommandons de vous en remettre aux conseils de spécialistes de la grossesse. Après la naissance de votre enfant, nous serons ravis de vous revoir parmi nous. Notre recommandation est d’attendre au moins 4 à 6 mois après la naissance. Nous vous aiderons à retrouver ou à atteindre votre Objectif poids. Si vous décidez de donner le sein à votre bébé, nous vous fournirons tous les conseils pour adapter le programme à vos besoins pendant l’allaitement. En attendant, nous vous souhaitons une grossesse heureuse.


En (pré)ménopause, perdre du poids c’est possible ?

Pourquoi les femmes prennent-elles du poids à la ménopause ?

Trois facteurs entrent en considération :

1. Le processus de vieillissement

Avec l'âge, notre corps voit ses besoins énergétiques se réduire.

En vieillissant, la masse musculaire diminue, remplacée par de la graisse. Le métabolisme de base ralentit et le fonctionnement du corps nécessite moins d’énergie.
Beaucoup de femmes deviennent aussi plus sédentaires, ce qui diminue également leurs besoins énergétiques.

2. Les changements hormonaux

Ils surviennent en période de ménopause et peuvent contribuer à modifier la morphologie du corps. De nombreuses femmes prennent du ventre, ce qui renforce l’impression qu’elles ont d’être « trop grosses ».

3. Les changements de mode de vie

L’époque de la ménopause s’accompagne souvent de changements du mode de vie : départ des enfants, retraite… Ces modifications et le stress qui peut en découler peuvent entraîner un changement d’alimentation : on mange autrement et davantage. Des recherches montrent qu’il est possible de prévenir la prise de poids en période de ménopause en adoptant une alimentation saine et équilibrée et en pratiquant de l’exercice physique*.

Pour se maintenir à son poids, une femme de 50 ans doit consommer 300 à 500 calories de moins qu’à l’âge de 25 ans. C’est pourquoi le budget SmartPoints varie en fonction de l’âge.

 

Recommandations

  • Misez sur les aliments à ZeroPointTM .
  • Consommez chaque jour deux ou trois portions d’aliments riches en calcium et en vitamine D : lait, yaourt, fromage, légumes à feuilles vertes. Ils renforcent les os, et diminuent donc le risque d’ostéoporose.
  • Complétez régulièrement votre Bilan hebdo ou votre Journal de bord. Cela facilite la gestion du budget SmartPoints.  Vous pouvez noter également vos FitPoints gagnés et l’utilisation que vous en faites.
  • Bougez. Privilégiez les exercices d’endurance, par exemple la marche rapide ou le vélo, qui brûlent beaucoup de calories et sont moins susceptibles d’endommager les os et les articulations. N’oubliez pas non plus les exercices de force pour éviter la fonte musculaire.

* Simkin-Silverman LR, et. al. Lifestyle Intervention Can Prevent Weight Gain During Menopause: Results from a 5-Year Randomized Clinical Trial. Ann Behav Med. 2003 December; (3):212–220.

 


J’ai décidé d’arrêter de fumer !

3,8 kg, c’est la prise de poids moyenne pour un ancien fumeur. Pourquoi ?

  • Diminution de la consommation énergétique (environ 100 kcal/jour).
  • Augmentation de la prise de nourriture : l’odorat et le goût reviennent, provoquant parfois un regain de gourmandise et d’appétit.

Recommandations

Les experts recommandent de ne pas essayer de perdre du poids et d’arrêter de fumer en même temps.

La raison : les fumeurs qui réduisent leur apport calorique tendent à fumer davantage !

Si malgré tout, vous désirez ne pas trop prendre de poids,  ne soyez pas trop strict envers vous-même et respectez ces  quelques conseils :

  • Ne pas sauter de repas afin d’éviter les fringales
  • Limiter la consommation des mets trop gras et trop sucrés
  • Consommer au moins 5 fruits et légumes par jour
  • Boire au moins 1,5 à 2 litres d’eau par jour. Éviter la consommation d’alcool et de café (ils appellent la cigarette)
  • Bouger : pratiquer au moins 30 minutes de marche chaque jour. L’exercice permet d’évacuer le stress et d’augmenter la dépense énergétique.

 


Je suis végétarien, puis-je suivre le programme ?

Il est tout à fait possible de suivre le programme sans consommer de viande ni de poisson. Alimentation végétarienne et équilibre nutritionnel sont compatibles à condition d’appliquer certaines règles. Lorsqu’on élimine de son alimentation la viande et le poisson, on limite l’apport de protéines. Il faut donc remplacer ces sources de protéines, en consommant par exemple : des œufs, des produits laitiers et des fromages qui complètent les protéines végétales (céréales, légumineuses, soja, etc.).

En complément des protéines, veillez à vos apports en vitamine B12 (exclusivement d’origine animale, dans les laitages), en fer, en iode, en vitamine D, en acides gras oméga 3. N’hésitez pas à consulter votre médecin pour savoir si un complément alimentaire vous est nécessaire.

 


Je suis intolérant au gluten / malade cœliaque, puis-je suivre le programme ?

Le gluten est un mélange de protéines naturellement présentes dans certaines céréales (seigle, avoine, blé, orge) et tous les produits en dérivant. Il possède des propriétés agglutinante, liante et élastique. Il est donc beaucoup utilisé comme additif dans l’industrie alimentaire pour lier les sauces, donner une belle mie au pain ou une bonne texture aux pâtes…

L’intolérance au gluten est une réaction auto-immune de l’intestin grêle suite à l’absorption de gluten, ce qui conduit à un inconfort digestif très important et à une malabsorption des nutriments qui conduit à des carences. Pour la traiter, il est nécessaire que le malade suive un régime strict, sans gluten, à vie.

Un phénomène de mode amène de plus en plus de personnes à s’auto déclarer intolérant, à l’issue d’inconfort digestifs après l’absorption de gluten, mais sans diagnostic médical confirmant cette hypothèse.

L'intolérance au gluten, ou maladie cœliaque, est une véritable maladie digestive. Avant de supprimer totalement le gluten de votre alimentation, consultez votre médecin pour avoir un diagnostic précis.

Il est possible d’adapter le programme à une intolérance au gluten en s’orientant vers des aliments qui en sont naturellement dépourvus. Demandez conseil à votre médecin.

 


Je suis intolérant au lactose, puis-je suivre le programme ?

Le lactose est un sucre présent exclusivement dans le lait. L’organisme humain possède en naissant une enzyme : la lactase, dont le rôle est de dégrader ce nutriment. En grandissant la quantité de cette enzyme diminue si bien que certains adultes dégradent plus difficilement le lactose.

Dans le cas d’une intolérance au lactose, celui-ci fermente dans les intestins provoquant un inconfort digestif sans complication possible contrairement à une allergie (attention l’allergie au lactose n’existe pas !).

Une intolérance doit être diagnostiquée, elle est déclarée par un médecin et ne peut se faire en auto diagnostic.

Il est tout à fait possible d’adapter le programme à une intolérance au lactose. En effet, celui-ci est dégradé grâce à la fermentation lactique, notamment dans les yaourts et de la quasi-totalité des fromages. Même en cas d’intolérance, une personne peut en général consommer jusqu’à 12 à 15 g de lactose sur une journée soit l’équivalent de 250 à 300 ml de lait.