État d'esprit

WW confiné

#ongardelecap

Comme pour la plupart d’entre-vous et une grande partie des entreprises, notre quotidien, chez WW, a été pas mal bouleversé par ce premier mois de confinement. Entre Ateliers Virtuels pour les coachs WW et télétravail pour les équipes du siège, nous avons, comme vous, dû nous organiser. Et s’organiser, en ce moment, c’est par exemple pour certains apprendre à jongler entre les devoirs des plus petits et les réunions en visio avec les collègues. Ou pour d’autres, essayer de trouver des moyens de lutter contre la solitude ou l’ennui (même si, on vous rassure, ce n’est pas trop l’ennui qui nous guette le plus chez WW, vive le télétravail).

Du coup, à la rédaction, nous avons fait le tour des bureaux, comme souvent, mais virtuellement cette fois, pour voir comment chacun se débrouillait avec son quotidien de confiné.

Sans surprise, les jeunes parents (ou les parents d’enfants très jeunes) ne manquent pas d’occupations. Comme le souligne Anthony, “entre le télétravail et le bébé, on a finalement peu de temps pour nous ! ” Tout juste trouve-t-il quelques moments pour lire davantage, et de s’essayer à quelques séances de gym avec sa compagne (NDLR : mais là, on pense que c’est plus la motivation que le temps qui lui manque, le connaissant). Côté activité, Amandine a trouvé la parade, en faisant d’une pierre deux coups : bouger… et fatiguer son fils de deux ans, qui a besoin de se dépenser…. beaucoup : “quand il a trop d'énergie et qu'il fait beau, on fait des tours d'appart en courant : chambre, balcon, salon, couloir, chambre, balcon, salon, couloir…”. Et de préciser qu’après il dort bien… Pas vraiment étonnant

Après, il faut gérer le télétravail, et les réunions dans lesquelles les enfants font des apparitions inopinées. On a découvert pas mal de frimousses ces derniers temps, que ce soit sur les genoux de leurs mamans ou dans le porte-bébé de papa. Evidemment, cette confusion travail/vie privée peut générer des situations embarrassantes. Témoin, cette collègue qui, pour ne pas perdre le fil de la réunion, a répondu “oui tu peux” sans trop faire attention à la question de sa fille, qui lui demandait si elle pouvait récupérer ses jouets confisqués jusqu’à la semaine suivante…

Et puis comme dernier recours, certains perfectionnent leurs techniques d'immobilisation* : 

 


Avec des grands, ce n’est pas forcément beaucoup plus simple, comme l’a constaté rapidement Isabelle, obligée de “revoir totalement le rythme des journées après avoir candidement calqué [son] schéma habituel” sur cette situation inédite. Depuis, elle a réorganisé ses horaires pour avoir du temps à consacrer dans la journée à ses ados. Le travail décalé - plus tôt le matin, facilité par l’absence de trajet, ou un peu plus tard le soir, ou les deux - est d’ailleurs largement utilisé par celles et ceux qui veulent avoir du temps pour leurs enfants, leurs conjoints… ou eux-mêmes ! Comme Florence, par exemple :

“Ce que j'aime par dessus tout, c'est de me lever aux aurores, pendant que tout le monde dort encore et sortir mon chien pour une promenade dans les rues désertes et ensuite le voir courir le long du ruisseau qui traverse mon village. Tout est calme, reposant et si serein : j'adore. Quand je rentre, un bon café, une bonne douche et je suis prête à affronter une nouvelle journée.”

Ce qui est essentiel, en tout cas, c’est de conserver un rythme (dans la journée, mais aussi dans la semaine, avec une séparation claire pour le weekend), une organisation et des rituels.

Vous voulez des idées ? C’est parti !

Pour bouger :

 

  • “Gainage sur tapis de gym et pompes à l'intérieur, marche d'1h ou footing de 30 min dehors quand il fait beau” (Alexandre)
  • Des petites séances de gym (replay des seances sur C8), vidéos de chorégraphie avec mes danseuses, tutos d’activité sur youtube, et bien sur Aaptiv sur l’appli WW, les sources ne manquent pas (il y en a même qui ont ressorti la Wii - “Just Dance 2016”, ça marche encore pour de belles parties de rigolade !)
  • “Des abdos tous les matins et 1 soir sur 2 (en semaine) je fais une cession de sport de 25 minutes et j'ai essayé le yoga (mais non non je n'aime pas)” (Laetitia)
  • "J'ai adopté la salutation au soleil ! Simple, rapide, accessible, ... je le fais le matin, juste avant de m'installer à mon poste - ça me dénoue super bien. Si je peux, je le fais aussi dans le jardin. A chaque pause que je fais dans la journée, je m'étire, car l'ergonomie de mon poste de travail à domicile est nettement moins adaptée et confortable qu'au bureau."
  • Et dans la famille, tout le monde peut s’y mettre : “La grande s'est téléchargée une appli de fitness”, “On a essayé le yoga pour enfant. C'est très drôle, surtout parce que tout ce qui intéresse l’enfant, c’est de changer d’exercice. Sinon, le yoga, il s’en fiche un peu”, “Le trampoline est assailli par tous.”

Pour garder le moral

On prend du temps pour soi, et on garde le contact. Ce sont un peu les deux mots d’ordres dans nos équipes (ça, et en profiter pour ranger pas mal, chez certains).

Concrètement :

  • On lit pas mal, on regarde des films et des séries (et on se les conseille entre collègues, comme à la cafétéria le matin, en fait)
  • On fait des visites virtuelles, de monuments ou de musées, par exemple
  • On en profite pour apprendre de nouvelles choses (l’espagnol pour l’une d’entre nous, via l’appli DuoLinguo)
  • On fait un grand ménage de printemps, on trie… 
  • On bricole, comme Sarah, par exemple, qui alterne grands travaux dans sa maison et créations artisanales comme… un support de gamelle pour chien 
  • On appelle nos proches (famille ou amis), le plus souvent en visio, pour se voir : Whatsapp, Facetime, Zoom, il y a le choix ! Laure en profite même pour rattraper son retard : “je recontacte chaque jour une personne que je n'ai pas vue/appelée depuis le début d'année”
  • On écrit (“j'ai commencé un journal de confinement ”)
  • On médite (avec Headspace, notamment). Et on se pose les bonnes questions (“je trouve que la période a quand même du bon parce que globalement elle oblige à recentrer les priorités !”)
  • On organise des apéros. L’appli Houseparty peut être un bon support pour ça
  • On organise des challenges ou on fait des clips à distance (chacun se filme sur un sujet en outre la danse, chacun fait un bout de chorégraphie - et une personne du groupe consolide et fait un clip, par exemple),
  • On se partage beaucoup de vidéos entre amis : les copains qui jouent de la musique, les enfants qui dansent, des exercices de Taï Chi, ....
  • On recréé des occasions de la vie "courante" : samedi soir apéro, dimanche déjeuner famille, fête d'anniversaire, etc ...
  • On joue plus qu'avant avec du non digital, un peu comme en vacances.
  • On continue à faire des projets (c’est important !)

Et bien sûr - on est chez WW, on sait que c’est important de bien manger -, on continue à cuisiner et à se faire plaisir. Comme Sarah, qui se perfectionne dans “deux domaines qui [la] passionnent : la cuisine et le vin !  C'est donc l'occasion de prendre du temps pour cuisiner, de développer mes compétences et de tester de véritables accords mets et vins ! ”. Ou, plus pratiquement, comme chez Isabelle, qui a adopté de nouveaux rituels face à la situation : “Je prépare un max de choses à l'avance, je prévois des aliments pour des repas rapides et faciles que les enfants n'ont plus qu'à assembler ou réchauffer (riz, lentilles, omelettes, pâtes, haricots verts, salade...), comme ça le midi chacun se débrouille en autonomie et mange à l'heure qui lui convient selon son emploi du temps, et le soir on se retrouve pour un dîner commun”.

 

 

Et Françoise, détentrice du titre officieux (mais jamais contesté) de “Top Chef du siège WW”, s’offre “des moments d’évasion en cuisinant”. 

 


 

Dans ces cas-là, nous sommes nombreux à nous dire qu’on serait bien, confinés avec elle. Même si on a pas osé lui demander le nombre de SmartPoints de ce gâteau...

 

 





 

 

 

 











 

 


 

*Aucun enfant n'a été maltraité pour la réalisation de cette photo. En revanche, les parents du petit M. ont dû jouer pendant de très longues minutes à "Cache-moi dans le tapis". On est avec eux de tout coeur.