Activité

Avez-vous essayé Pokémon Go ?

OK. Vous avez passé les vacances dans une yourte en Sibérie ou vous vivez à l’année sur le plateau du Larzac (ce qui revient sensiblement au même en matière de couverture réseau*) ET vous n’avez pas d’ados dans vos relations. Le phénomène Pokémon Go vous a donc peut-être échappé. Pourtant, vous avez bien remarqué depuis quelques temps ces jeunes errant les yeux rivés sur leur portables, mais la chose est courante, de nos jours, alors ça ne vous a pas plus frappé que cela.

Pourtant, à y regarder de plus près, il y a des détails qui changent : d’abord ils sont souvent plusieurs (oui, le Pokémon se chasse mieux en bande). Et puis leur allure est assez désordonnée : une marche calme mais déterminée dans un premier temps, puis quelques courses effrénées en fonction de la rareté de la proie, suivies d’arrêts brutaux pour procéder à la capture. Oui, un peu comme un entraînement fractionné, mais sous acide. Ah, dernier détail, mais non des moindres : ces ados ont parfois dépassé la quarantaine (mais dans ce cas-là ils sont seuls, car on a sa dignité, ou accompagnés d’un alibi enfant…).

Donc, de quoi s'agit-il ? D'une application à télécharger sur votre mobile (Android ou iPhone) pour partir à la chasse des Pokémons (oui, ceux-là même pour lesquels vos enfants vous ont fait acheter une Nintendo DS il y a une dizaine d'années et des centaines de cartes auparavant). Ils sont toujours là, et ils hantent désormais les rues et les parcs.

Et c'est là que cela devient vraiment WW compatible : parce que pour traquer ces petites bêtes, il va vous falloir faire des kilomètres ! En effet, le principe du jeu est d'une simplicité diabolique : pour que votre avatar se déplace sur la carte virtuelle de l'appli, il vous faut bouger. Et la carte est infinie, ou presque puisqu'elle correspond exactement au monde qui vous entoure. Vous allez donc devoir arpenter le pavé pour capturer quelques 150 Pokémons, qui apparaissent de façon plus ou moins aléatoire, un peu partout. Et aussi pour faire éclore les oeufs que vous avez pu trouver dans des Pokestop (il faut plusieurs kilomètres pour faire chaque oeuf, mais cela peut vous permettre d'avoir certains Pokémons difficiles à obtenir). Et bien sûr, pour trouver des Pokéstops (qui sont un peu les stands cadeaux du jeu).

Bref, il faut marcher, beaucoup, et ça tombe bien, ça va vous rapporter des FitPoints. Et en plus, c'est un très bon moyen de faire quelque chose d'amusant avec vos proches, petits ou grands.

Certains d'entre vous ne s'y sont d'ailleurs pas trompés et ont bien compris qu'il y avait des FitPoints à gagner. Faites une petite recherche avec le hashtag pokemongo dans l'appli WW, vous pourrez y lire des messages réellement savoureux. Parmi notre top du moment :

  • Moi, j'ai réussi à faire sortir ma maman et elle m'a aidée à les chasser... Heu... J'ai 34 ans
  • (après ce qui est devenu une balade romantique sous la lune): d'habitude il faut que je supplie mon mari de quitter sa console pour aller marcher.
  • J'ai marché 1h avec mon chien sous 33 degrés pour capturer 3 Pokémons...
  • Et me voilà partie à la chasse aux Pokémons durant ma pause-déjeuner. Bilan : 12 Pokémons et 5 800 pas !

Si vous ne vous êtes pas encore lancé, essayez ! Vous verrez, on peut rapidement devenir accro. Et le phénomène n'est pas fini, loin de là. Certaines municipalités envisagent même de modifier la signalétique au sol pour éviter les accidents... En attendant cela, soyez prudent, et mettez des chaussures confortables : le premier a avoir réussi à attraper toutes les créatures, un jeune new-yorkais, aura marché pour cela plus de 150 km, capturé 4629 bestioles et... perdu 5 kg. 

Bonne chasse !

*Note : l’équipe rédactionnelle de WW se désolidarise des propos sur le Larzac… L’auteur de ces lignes a été condamné à aller compter les brebis Pikachu du côté de La Couvertoirade avec un téléphone à clapet.

...