Tout ce qu’il faut savoir sur le sel

Cinq faits à propos de l’or blanc

Pourquoi mon corps a-t-il réellement besoin de sel ? Quelle quantité de sel doit-on consommer par jour ? Et quel type de sel est recommandé ? Tu peux lire tout ce qui est important sur l'or blanc ici.

1. Le sel est essentiel à la vie !

Ainsi, tous les fluides corporels en ont besoin pour garantir le bon fonctionnement du métabolisme. Il sert à maintenir l’équilibre hydrique des cellules et à réguler la pression sanguine, les nerfs l’utilisent pour la transmission de leurs informations et il entre également dans la composition de l’acide gastrique. D’autre part, une alimentation riche en sel est un facteur de risque d’hypertension artérielle qui est, à son tour, un facteur de risque de crise cardiaque et d’accident vasculaire cérébral. Lorsque nous absorbons une trop grande quantité de sel de table, c’est-à-dire de sodium, notre corps compense l’excès et attire l’eau dans le sang pour diluer le sel. Le volume de sang augmente et la pression dans les vaisseaux sanguins s’élève.

2. 5 g de sel par jour, c'est suffisant !

1. La Société suisse de nutrition (SSN), comme l’Organisation mondiale de la santé (OMS), recommande de ne pas consommer plus de 5 grammes de sel par jour, soit environ une cuillère à café. Selon l’OFSP, les Suisses en consomment toutefois nettement plus : jusqu’à 9 g par jour.

3. Le coupable, c'est la salière ? Pas vraiment !

D3. Le sel de la salière ne représente qu’une petite partie de notre consommation quotidienne de sel alimentaire. La majeure partie du sel que nous consommons provient des aliments transformés tels que le pain, la viande, la charcuterie et le fromage ainsi que les plats pré-préparés.

4. Du sel, ok, mais iodé, svp !

L’iode est nécessaire au fonctionnement de la glande thyroïde et à la production d’hormones thyroïdiennes. Une carence en iode peut entraîner la formation d’un goitre. La Suisse fait partie des zones où la présence d’iode est insuffisante. Les sols sont pauvres en iode parce que l’iode qu’ils contenaient a été drainé vers la mer pendant la période glaciaire. Les aliments végétaux et, par conséquent, les aliments animaux contiennent donc moins d’iode. Le poisson de mer contient en revanche beaucoup d’iode. Étant donné que de nombreuses personnes ne consomment pas de poisson de mer deux fois par semaine comme elles le devraient, il est difficile d’obtenir la quantité journalière recommandée d’iode uniquement par l’alimentation. Par conséquent, tu devrais utiliser du sel de table iodé et préférer les aliments fabriqués avec du sel iodé.

5. Du sel de l'Himalay & Co. ? Pas forcément !

Le sel de l’Himalaya est présenté comme un sel particulièrement sain. Mais en réalité, la composition de ce sel très coûteux est à 98 % la même que celle du sel conventionnel. Il y a même un grand désavantage : le sel de l’Himalaya ne contient pas d’iode, et justement ce minéral est particulièrement important pour nous.